Live now
Live now
Masquer
My-body-my-rules pexels-olia-danilevich
Féminisme

Comment défendre le droit à l’IVG en France ? (Eh non, la lutte n’est pas terminée)

Le 28 septembre est la journée nationale du droit à l’IVG, un combat constant dans le monde entier. Mais comment lutter pour ce droit en France ? 

C’est le 17 janvier 1975 que la loi sur l’Interruption volontaire de grossesse, dite loi Veil, a été adoptée en France. Et depuis, la lutte est toujours présente, car un droit n’est jamais à 100% acquis.

Le site du gouvernement rassemble quelques chiffres sur le recours à l’IVG : en 2019, 232.000 avortements sont enregistrés en France, un taux en augmentation chez les trentenaires, mais en baisse chez les moins de 20 ans — il y est passé de 22,2 (en 2010) à 16,7. 

Pour ces 232.000 personnes, pour celles qui les ont précédées, celles qui les suivront, et celles qui n’ont pas pu avorter alors qu’elles le voulaient, il est important de préserver et lutter pour le droit à l’IVG. Mais comment ? 

En soutenant la proposition de loi pour allonger le délai d’IVG

La mesure phare d’une proposition de loi en discussion depuis janvier 2021 est de rallonger le délai dans lequel l’IVG est légalement possible — de 12 à 14 semaines.

D’après le rapport de Marie-Noëlle Battistel et Cécile Muschotti sur l’accès à l’IVG, ce sont 3000 à 5000 personnes qui sont contrainte d’avorter hors de la France à cause du dépassement des 12 semaines. 

Leur proposition de loi est donc importante et doit être soutenue pour permettre au plus grand nombre d’avoir accès à l’IVG.

Comment la soutenir, vous dites ? En la faisant circuler au maximum autour de vous ou sur les réseaux sociaux, ce qui aidera à sensibiliser les gens de votre entourage. Il y a également des pétitions qui visent à soutenir cette proposition de loi !

Voter et se renseigner 

À l’approche de la présidentielle 2022, il est important de connaître la position des différents candidats face à l’IVG et aux droits reproductifs en général.

Ce 28 septembre, il est un peu tôt pour se renseigner en détails, mais vous pouvez mettre dans vos favoris les principaux programmes des différents partis pour plus tard !

Soutenir les soignants et soignantes 

Les soignantes et soignants sont les acteurs principaux de l’accès à l’IVG. Mais le déclin de l’hôpital public en France va avec les déserts médicaux, par exemple, ce qui complique l’accès à l’IVG.

Défendre le droit à l’avortement, c’est aussi aider le personnel médical.

Vous pouvez donc soutenir la grève des sages-femmes, entamée le 24 septembre pour alerter sur leurs conditions de travail. Il est également possible d’aider les soignants, par exemple à travers la Fondation de France, cependant le projet est momentanément suspendu à cause de nombreuses demandes réceptionnées — possible réouverture mi-janvier 2022 !

S’informer sur ce droit fragile

On peut le constater dans l’actualité avec par exemple le cas du Texas : le droit à l’avortement est toujours fragile. Sarah Durocher, co-présidente du Planning familial, explique : 

« Sur la question de la mobilisation, il ne faut rien laisser passer. C’est un droit très fragile même s’il a évolué en 40 ans. Il est attaqué de manière régulière.

Quand l’avortement est attaqué, il ne faut pas laisser faire. Ce n’est pas un avis, c’est un droit. On ne peut pas empêcher les personnes qui font ce choix-là d’accéder à l’avortement. »

Pour s’informer sans se faire avoir par des discours anti-choix, plusieurs ressources sont facilement accessibles, dont un numéro mis en pace par le gouvernement : le 0800 08 11. Le Planning familial a également plusieurs ressources en ligne dont un tchat nommé Ton Plan à Toi lancé par sa branche de Nouvelle-Aquitaine.

Carte des centres où on peut pratiquer une IVG dans le Sud-Ouest de la France
On y trouve notamment une carte interactive recensant les endroits où on peut avoir recours à l’IVG dans la région.

Lutter contre les idées reçues autour de l’IVG

Beaucoup de clichés se baladent sur l’IVG, souvent pour culpabiliser les personnes qui y ont recours.

Ça tombe bien, Madmoizelle a récemment debunké les idées fausses sur l’IVG. Vous pouvez également vous tourner vers le Planning familial pour davantage d’informations et d’accompagnement !

Crédit photo : Pexels – Olia Danilevich-6640536


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Déclic

Elia, 26 ans : « J’ai fait une croix sur beaucoup de milieux dont je sais qu’ils sont remplis de personnes oppressives »

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

femmes-boivent-café // Source : URL
Société

Pourquoi le phénomène de la « Girl’s girl » est tout aussi problématique que la «Pick Me» ?

9
Source : Canva
Féminisme

Lily, 21 ans et son éveil féministe : « Je n’ai plus de jugement face à la personne sexiste que j’étais »

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1

La société s'écrit au féminin