Live now
Live now
Masquer
sage-femme-greve
Actu en France

Soutenons les sages-femmes en grève, leur combat nous concerne toutes

Les organisations et syndicats de sages-femmes ont appelé à la grève les 24-25-26 septembre et 7 octobre pour réclamer plus de moyens pour accompagner les femmes et une meilleure reconnaissance de leur métier.

Les sages-femmes en ont ras la blouse. Après avoir alerté cet été sur la pénurie de professionnelles dans les maternités, elles ont décidé de se mettre en grève les 24, 25 et 26 septembre, ainsi que le 7 octobre, pour continuer à alerter sur leurs conditions de travail… et par ricochets sur la prise en charge dégradée des femmes et des nourrissons.

La profession souffre en effet d’un gros manque d’attractivité — salaires trop bas pour ce niveau d’étude et de responsabilités, contrats précaires en début de carrière — ainsi que d’une vague d’épuisement professionnel lié aux sous-effectifs et au manque de reconnaissance.

Des sages-femmes en grève pour pouvoir mieux exercer leur métier !

Or, tout ceci a des conséquences, non seulement sur le quotidien professionnel des sages-femmes, mais aussi sur la façon dont les femmes, les nourrissons et les familles sont accompagnées pendant des moments importants de leur vie (naissance, IVG, IMG, deuil périnatal, post-partum, etc.).

Et cela ne concerne hélas pas que les mères, mais bien toutes les femmes. Pour vous donner un exemple très concret, la (super) maternité où j’ai accouché, à Nanterre, est passée cet été en mode « dégradé » faute d’avoir réussi à recruter suffisamment de personnel.

La maternité a ainsi été contrainte d’annuler les consultations gynécologiques qu’elle proposait à toutes les femmes qui le souhaitaient, notamment pour obtenir des contraceptions.

Soutenons les sages-femmes en grève, leur combat nous concerne toutes
La maternité de Nanterre / Crédit photo : page Facebook de la maternité de Nanterre

Suite à cet été compliqué à Nanterre et dans de nombreuses maternités de France (et en particulier d’Ile-de-France), les organisations professionnelles et syndicales de sages-femmes ont été reçues par le ministre de Solidarités et de la santé le 16 septembre. Il leur a annoncé des mesures de revalorisation salariale qu’elles ont jugées insuffisantes et qui ont donc débouché sur cet appel à la grève.

Les revendications des sages-femmes en grève

Voici un extrait de leurs revendications :

« Pour assurer la sécurité des femmes et des nouveaux-nés, les sages-femmes réclament :

– Un grand chantier sur leurs conditions de pratique dans tous les modes d’exercice : autonomie, effectifs, encadrement, recherche

– Une revalorisation pour tous les modes d’exercice pour permettre le recrutement : salaires, aides forfaitaires

– Des conditions de formation révisées pour permettre l’attractivité : durée des études, encadrement (maître de stage, statut des enseignants)

Ces demandes sont ancestrales, ces demandes sont légitimes pour une profession médicales, ces demandes doivent être entendues. »

Communiqué de l’Ordre national des sages-femmes

En attendant de savoir si les sages-femmes seront entendues, vous pouvez déjà soutenir leur action en signant la pétition « Pour une naissance respectée », et en la partageant sur les réseaux sociaux. Avant de peut-être, pourquoi pas, manifester toutes ensemble.

À lire aussi : #jesuismaltraitante, la campagne choc lancée par une sage-femme

Crédit photo : Vladimir Fedotov / Unsplash

Les Commentaires
9

Avatar de Mellys
27 septembre 2021 à 08h39
Mellys
que les étudent soient revalorisées c'est une chose, mais il faudrait qu'après les salaires prennent en compte cette revalorisation... ce qui n'est pas forcément gagné.
Puis si c'est le cas, que ça ne crée pas de différence de statut entre les sage-femme "anciennes études" et sage-femme "nouvelles études", et que les anciennes soient moins bien rémunérées à travail égal...
1
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Féminisme
alexandra-richard-selfie

Condamnée pour le meurtre de son conjoint violent, Alexandra Richard se bat pour sa liberté

Actu en France
pexels-andy-barbour-universite plan actions violences sexistes et sexuelles

Enfin un plan d’actions contre les violences sexistes et sexuelles dans les facs et les grandes écoles

Maëlle Le Corre

18 oct 2021

Actu sexe
Personne surfant sur internet dans son lit

CSA, contrôles, blocages : que va-t-il se passer pour les sites pornographiques en France ?

Actu en France
jeunes qui brainstorming autour d'un ordinateur

Violence, santé, mobilités : ce projet vous invite à co-créer la prévention de demain

Tribune
collage : validisme assassin

Déconjugalisation de l’AAH : « Le gouvernement préfère regarder ailleurs et s’enfoncer dans ses mensonges »

Aïda Djoupa

06 oct 2021

Animaux
pexels-helena-lopes-chien loi maltraitance animale

Pourquoi les associations de défense animale sont furax contre le Sénat

Actu en France
Femme – senior – seule – isolée

Un demi-million de seniors en « mort sociale » : le Covid aggrave l’isolement des personnes âgées

Psychologie
Psychologue – remboursement – consultation – France

Dès 2022, les consultations chez le psy seront remboursées. Mais à quel prix ?

Vie étudiante
Harcèlement – scolaire – fille – école

Les ados eux-mêmes harcelés sont « plus nombreux à avoir été auteurs de violences en ligne »

Actu en France
immeuble-parisien

« Je n’avais pas conscience d’être à la rue » : pour les jeunes, se loger dignement en Île-de-France devient presque impossible

Aïda Djoupa

26 sep 2021

13

La société s'écrit au féminin