Live now
Live now
Masquer
sage-femme-greve
Actualités France

Soutenons les sages-femmes en grève, leur combat nous concerne toutes

Les organisations et syndicats de sages-femmes ont appelé à la grève les 24-25-26 septembre et 7 octobre pour réclamer plus de moyens pour accompagner les femmes et une meilleure reconnaissance de leur métier.

Les sages-femmes en ont ras la blouse. Après avoir alerté cet été sur la pénurie de professionnelles dans les maternités, elles ont décidé de se mettre en grève les 24, 25 et 26 septembre, ainsi que le 7 octobre, pour continuer à alerter sur leurs conditions de travail… et par ricochets sur la prise en charge dégradée des femmes et des nourrissons.

La profession souffre en effet d’un gros manque d’attractivité — salaires trop bas pour ce niveau d’étude et de responsabilités, contrats précaires en début de carrière — ainsi que d’une vague d’épuisement professionnel lié aux sous-effectifs et au manque de reconnaissance.

Des sages-femmes en grève pour pouvoir mieux exercer leur métier !

Or, tout ceci a des conséquences, non seulement sur le quotidien professionnel des sages-femmes, mais aussi sur la façon dont les femmes, les nourrissons et les familles sont accompagnées pendant des moments importants de leur vie (naissance, IVG, IMG, deuil périnatal, post-partum, etc.).

Et cela ne concerne hélas pas que les mères, mais bien toutes les femmes. Pour vous donner un exemple très concret, la (super) maternité où j’ai accouché, à Nanterre, est passée cet été en mode « dégradé » faute d’avoir réussi à recruter suffisamment de personnel.

La maternité a ainsi été contrainte d’annuler les consultations gynécologiques qu’elle proposait à toutes les femmes qui le souhaitaient, notamment pour obtenir des contraceptions.

maternite-nanterre
La maternité de Nanterre / Crédit photo : page Facebook de la maternité de Nanterre

Suite à cet été compliqué à Nanterre et dans de nombreuses maternités de France (et en particulier d’Ile-de-France), les organisations professionnelles et syndicales de sages-femmes ont été reçues par le ministre de Solidarités et de la santé le 16 septembre. Il leur a annoncé des mesures de revalorisation salariale qu’elles ont jugées insuffisantes et qui ont donc débouché sur cet appel à la grève.

Les revendications des sages-femmes en grève

Voici un extrait de leurs revendications :

« Pour assurer la sécurité des femmes et des nouveaux-nés, les sages-femmes réclament :

– Un grand chantier sur leurs conditions de pratique dans tous les modes d’exercice : autonomie, effectifs, encadrement, recherche

– Une revalorisation pour tous les modes d’exercice pour permettre le recrutement : salaires, aides forfaitaires

– Des conditions de formation révisées pour permettre l’attractivité : durée des études, encadrement (maître de stage, statut des enseignants)

Ces demandes sont ancestrales, ces demandes sont légitimes pour une profession médicales, ces demandes doivent être entendues. »

Communiqué de l’Ordre national des sages-femmes

En attendant de savoir si les sages-femmes seront entendues, vous pouvez déjà soutenir leur action en signant la pétition « Pour une naissance respectée », et en la partageant sur les réseaux sociaux. Avant de peut-être, pourquoi pas, manifester toutes ensemble.

À lire aussi : #jesuismaltraitante, la campagne choc lancée par une sage-femme

Crédit photo : Vladimir Fedotov / Unsplash


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

9
Avatar de Mellys
27 septembre 2021 à 10h09
Mellys
que les étudent soient revalorisées c'est une chose, mais il faudrait qu'après les salaires prennent en compte cette revalorisation... ce qui n'est pas forcément gagné.
Puis si c'est le cas, que ça ne crée pas de différence de statut entre les sage-femme "anciennes études" et sage-femme "nouvelles études", et que les anciennes soient moins bien rémunérées à travail égal...
1
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Jonathan Daval dans une série documentaire de BFM TV // Source : Capture d'écran YouTube
Société

Condamné pour meurtre, Jonathann Daval porte plainte en diffamation contre son ex-belle famille

4
Pancarte de manifestation "pas ton corps, pas tes choix"
Actualités France

IVG : le Sénat « pas défavorable » à son inscription dans la Constitution

1
La mairie de Paris fait fermer le site Internet du groupuscule anti-IVG « Les Survivants » // Source : Capture d'écran twitter
Actualités France

La mairie de Paris fait fermer le site Internet du groupuscule anti-IVG « Les Survivants »

Une vendeuse en train de vendre un haut blanc en dentelle à une cliente dans une boutique de vêtements // Source : filadendron de Getty Images Signature
Actualité mode

« Les vendeuses dans l’habillement sont déshumanisées » : interview d’une syndicaliste sur l’effondrement de la mode milieu de gamme

1
Rokhaya Diallo  // Source : Capture écran YouTube
Société

Le « harcèlement » subit par Rokhaya Diallo depuis des années inquiète l’ONU

4
Le comédien Philippe Caubère mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineures // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités France

Le comédien Philippe Caubère mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineures

Gwenola Ricordeau // Source : Jessica Bartlett
Société

Gwenola Ricordeau : « Le féminisme dominant reste foncièrement carcéral »

28
« Elle est feuj » Mediapart révèle des images de violences policières « sexistes et antisémites »  // Source : Capture d'écran vidéo Mediapart
Actualités France

« Elle est feuj » : Mediapart révèle des images de violences policières « sexistes et antisémites » 

2
Rocky 6 sera joué du 31 janvier au 4 février 2024 au Lavoir Moderne Parisien // Source : Madeleine Delaunay
Culture

« Pour sortir l’intersexuation du seul champ de l’intime, j’ai écrit la pièce de théâtre Rocky 6 » : Alice Etienne

La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra sur le plateau de RTL // Source : Capture d'écran Youtube
Actualités France

Amélie Oudéa-Castéra aurait fait la promotion d’une école privée hors contrat, selon Mediapart

La société s'écrit au féminin