Même les cols roulés sont vulgaires maintenant ?!

Les gros seins sous un col roulé, c'est « vulgaire » ? Cette idée reçue bien moisie semble encore vivace en 2019... Ne serait-il pas temps d'ÉVOLUER ?

Même les cols roulés sont vulgaires maintenant ?!Shiv dans la série Succession

— Je dis juste que ça fait vulgaire, c’est tout.

Combien de fois je l’ai entendue, cette phrase, que ce soit pour me qualifier moi ou une autre femme ? Combien de fois a-t-on ainsi jugé mon corps, ou mes choix personnels ?

Je pensais qu’en 2019 on en serait débarrassées, mais visiblement faut réexpliquer les bases.

Le col roulé sur des gros seins, c’est vulgaire ?

Tout part d’un tweet, à présent supprimé, d’un mec qui disait que selon lui, « les meufs à gros seins qui portent des cols roulés, ça fait vulgaire ».

Comme te l’expliquait une jeune femme dont la vie est devenue un enfer à cause de son bonnet E, les poitrines généreuses sont souvent connotés dans l’imaginaire collectif.

Une autre madmoiZelle aux gros seins rejoignait son ressenti :

Dans l’esprit de beaucoup de personnes, avoir des gros seins = avoir le feu aux fesses.

Quand les seins sont gros, ils se voient. Ils prennent de la place. C’est aussi simple que ça. Ça ne veut pas dire qu’on VEUT les montrer, juste… ils sont là, quoi, quasiment au milieu de notre corps.

Un petit haut au col lâche dévoilera davantage de poitrine sur moi que sur Queen Camille, ça me semble logique ! Et un col roulé sera bien plus tendu sur un bonnet E que sur un A.

Ça s’appelle la physique.

View this post on Instagram

Still not over Austria – and still desperately in need of a haircut 💗 — We woke up at 2AM this day in Vienna because jet lag is a thing, and once we thought it was socially acceptable to go outside, we strolled around and explored the city ✨ the Spanish Riding School was coincidentally our first stop (pictures above). It stood proud, in all its breathtakingly elegant beauty – and I actually mistook it for the opera house because it is so.dang.lovely. Still quite pristine for being built around 1729. — Suffice it to say, Ryan and I just stood gawking alone at the School and surrounding buildings until more people woke up and began walking around. Soon, the square was bustling like Disneyland on a summer day, so we made our way to Cafe Central for some coffee. We don’t see places like this too often in California – which makes me feel all the more grateful for being able to experience and share snippets of a place like this. So full of history, music, and unbelievably delicious food (i.e. bread) 🥖

A post shared by Alexandra Grace (@talesofalexandra) on

On peut choisir de prendre un pull oversize pour ne pas mouler ses seins, ou parce qu’on préfère ce style, mais en aucun cas ça ne devrait devenir une OBLIGATION.

Les gros seins ne sont pas vulgaires

Les seins ont beau être érogènes, surtout au niveau des tétons, ils sont à mon sens un peu trop sexualisés par rapport à leur fonction première (nourrir un bébé, je le rappelle).

Ces deux masses de graisse et de chair déclenchent des réactions si vives qu’il est compliqué de les montrer sur Instagram, d’avoir un téton qui pointe tranquillou ou de se balader seins nus.

Pourtant, ils ne sont pas un organe sexuel… mais à force de les sexualiser, et de les voir sexualisés en permanence, beaucoup l’ont oublié.

Ainsi, face à une grosse poitrine, les cerveaux les plus étriqués font un lien « beaucoup de seins = beaucoup de sexualité », alors que ça n’a RIEN À VOIR.

Avoir des seins qui se voient, ça ne veut pas dire qu’on met en avant sa sexualité, son envie de choper ou son amour des branlettes espagnoles. Ça veut juste dire… que notre poitrine… est là. Eh ui. Fou.

C’est quoi son conseil pour « ne pas être vulgaire », à ce twitto ? Que toutes les meufs qui dépassent le bonnet C portent des hauts trop grands et informes ?

(Bien sûr que non, ce serait probablement le 1er à dire que « ça fait négligé, pas féminin », car au jeu du sexisme, face on perd, pile ils gagnent !)

La vulgarité d’une femme, ça veut dire quoi ?

Dans le langage courant, « vulgaire » ne veut plus vraiment dire « populaire ». Comme expliqué dans l’article La vulgarité, qu’est-ce que c’est ? :

On s’en sert désormais pour qualifier une attitude volontairement provocante, jouant sur les normes sociales.

Et étrangement (non), de nos jours, à ce petit jeu, ce sont souvent les femmes qui trinquent.

Un homme malpoli sera plus volontiers qualifié de « grossier » que de « vulgaire », de même qu’un homme jouant sur sa plastique torride sera un « playboy », ou « provocateur », mais beaucoup plus rarement « vulgaire ».

Je pense que tu seras d’accord avec moi pour dire qu’enfiler un col roulé, ce n’est pas vraiment provocant comme acte. Peu importe la taille de la poitrine qui sera réchauffée en-dessous.

Perso, j’en ai marre de cette idée de « vulgarité ». Parce que les femmes, et notamment les femmes aux gros seins dont on parle ici, seront toujours vulgaires dans l’esprit des cons.

Ça tombe bien, voici comment termine l’article La vulgarité, qu’est-ce que c’est ?, paru en 2014 tout de même :

La vulgarité n’est pas un concept anodin. Il ne définit rien de précis. Il n’est pas constructif. Il sert à une seule chose : réassurer l’emprise de la société sur nos jugements moraux.

[…] Le mot « vulgaire » n’existe que pour pointer du doigt. Pire, il pointe du doigt avec ce petit air d’évidence, de « bon sens », qui le renforce.

Je vous propose donc d’abandonner définitivement ce terme faussement évident de « vulgaire » !

Bonne nouvelle, le monde va dans le bon sens : les réponses au mec qui avait tweeté ont bien plus de succès que son petit avis naze.

Eh oui, les mecs qui veulent contrôler le corps des femmes ne sont pas du bon côté de l’Histoire. Bye bye les rageux ! Signé : moi et mon bonnet D.

À lire aussi : Pourquoi je suis vulgaire ?

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Nastasja

@MissMachine Beaucoup de nouveaux riches n'étalent pas leur (nouvelle) richesse, mais il est vrai que le stéréotype c'est le mec qui roule des mécaniques en Ferrari dorée et Rolex surdimensionnée (moi, exagérer? voyons, jamais).
En même temps, le nouveau riche discret, il peut bien venir avec 100 potes et potesses identiques à lui, iels seront toujours moins remarqué-es que 1 gars qui fait tout pour que les regards se posent sur lui. Du coup, on se retrouve avec l'image de l'autre kéké qui ne sait même pas que le doré n'est pas sa couleur (trolling volontaire).
Maintenant oui je pense qu'il y a une forme de mépris (et de jalousie? sentiment d'être menacé? :hesite:) de la part des anciennes fortunes lorsqu'elles posent le regard sur le comportement exubérant de certains nouveaux riches… ou sur les nouveaux riches tout court. Ecoute, si certain-es n'ont que leur fortune ou celle de leur famille pour se sentir spéciaux, que veux-tu que je te dise? c'est triste (et sinon peut-être qu'il y aura des personnalités en soldes qu'ils pourront s'acheter en janvier :rire:)
Parce que bon tout le monde (enfin tout riche) a été nouveau riche un jour… et si ce n'est lui /elle c'est son ancêtre, ce qui revient au même XD

@Nastja tu avais besoin de preuves supplémentaires que je suis un boulet? bah voilà !
au fait je crois que ta mère a oublié de préciser que le mec portait un bob à monogramme LV … huhuhu
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!