Live now
Live now
Masquer
caroline cayeux ces gens la
Société

« Ces gens-là » : la ministre Caroline Cayeux à nouveau visée par une plainte pour injure homophobe

La ministre Caroline Cayeux est toujours dans le collimateur des associations LGBTI+. Plusieurs d’entre elles ont déposé à nouveau plainte contre la membre du gouvernement pour « injure publique homophobe et incitation publique à la haine homophobe ».

Une première plainte avait été classée sans suite mais les associations LGBTI+ ne baissent pas les bras : Stop Homophobie, Mousse, Adheos et Grey Pride ont déposé plainte contre la ministre Caroline Cayeux pour « injure publique homophobe et incitation publique à la haine homophobe » et se sont constituées partie civile

En juillet dernier, la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales avait été interrogée sur son soutien à la Manif pour tous en 2012 et 2013. Pendant ces débats violents, elle aurait qualifié les revendications d’égalité de « caprice », d’« une ouverture de droit irrespectueuse de la nature et insensée », qualifiant le droit au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe de dessein « contre-nature ».

Un « ces gens-là » qui ne passe pas

Près de dix ans plus tard, qu’en est-il, pour elle qui n’est d’ailleurs pas la seule membre du gouvernement composé par Elisabeth Borne à avoir tenu des positions contre l’égalité des droits ? Sur le plateau de Public Sénat, Caroline Cayeux a rétorqué qu’elle maintenait ses propos, affirmant néanmoins qu’elle appliquerait la loi. Elle aurait pu s’en tenir là, mais non : la ministre a sorti l’argument du « j’ai un ami gay », de la pire des façons.

Caroline Cayeux :

« Je vais vous dire, quand même, que j’ai beaucoup d’amis parmi tous ces gens-là. Franchement, c’est un mauvais procès qu’on me fait et ça m’a beaucoup contrariée (…). Je n’ai jamais fait partie de La Manif pour tous, je n’ai jamais défilé, que les choses soient claires ».

Avec son « ces gens-là » empreint de fausse politesse et de vrai mépris, la ministre a déclenché la colère de très nombreuses personnes LGBTI+. Et ses excuses n’ont pas vraiment convaincu :

caroline cayeux tweet excuses ces gens la
Caroline Cayeux (Twitter)

« Les mots utilisés par Caroline Cayeux, “contre-nature”, sont très lourds de sens », rappellent aujourd’hui les associations dans un communiqué.

« Ils renvoient par ailleurs à la terminologie de la répression des homosexuels en France. Etienne Deshoulières, avocat des associations, rappelle que « la loi pétainiste de 1942 utilisait aussi le terme « contre-nature » pour qualifier les relations homosexuelles ». Elle est à l’origine de quelque 10.000 condamnations entre 1945 et 1978.

Aujourd’hui encore, cette expression est utilisée par les législations des pays francophones qui condamnent pénalement l’homosexualité, car considérée comme étant « contre-nature ». Les personnes LGBT+ y vivent un enfer au quotidien. »

Après un classement sans suite de leur première plainte en août pour cause d’infraction insuffisamment caractérisée, les associations espèrent donc que la justice se penchera sur l’affaire.

À lire aussi : En annonçant la création d’un ambassadeur aux droits LGBT+, Élisabeth Borne tente-t-elle de rattraper le coup avec les associations ?

Crédit photo : Public Sénat (capture)

Les Commentaires
2

Avatar de Bloem
13 septembre 2022 à 22h49
Bloem
Je suis pas sure que la plainte aboutisse. « Ces gens-là », même si c’est une tournure peu flatteuse, ça peut difficilement être considéré comme une injure. Pour ses propos plus anciens, est-ce qu’elle peut être reconnue responsable? Techniquement elle a parlé d’une « ouverture de droit irrespectueuse de la nature » (ses propos sont de la conn***e profonde) du coup elle désignait pas les homosexuels directement.
Pas que je la défende une seconde. Seulement au niveau de la loi, t’as le droit de donner un avis, même débile, sur un projet de loi.
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Société

Pancarte de manifestation
Société

Inscription de l’IVG dans la Constitution : réelle avancée ou mesure symbolique ?

national-cancer-institute-VJVsEnR_vNE-unsplash
Daronne

La parentalité est plus stressante et dangereuse pour les personnes racisées

Sihem Belouahmia
Société

Féminicide de Sihem Belouahmia : pourquoi les mots sont importants

Elisa Covo

03 fév 2023

5
Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

La cellule d’enquête interne d’EELV annonce la clôture du dossier Julien Bayou

Elisa Covo

02 fév 2023

hemicycle-2017-300
Société

Le Sénat se prononce en faveur de la constitutionnalisation de l’IVG

denis brogniart
Société

Denis Brogniart est accusé d’humiliations et de violentes crises de colère par d’anciennes collaboratrices

Maya Boukella

30 jan 2023

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Pourquoi Aya Nakamura est-elle si méprisée en France ?

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

1280px-FIBD2018LuciaBiagi – papmetoobd
Société

Alors que le festival d’Angoulême vient de s’ouvrir, le monde de la BD va-t-il enfin se remettre en question ?

La société s'écrit au féminin