Live now
Live now
Masquer
campji-shatila-temoignages-refugies-palestiniens
Témoignages

Le camp de Shatila raconté par Rayan, réfugiée palestinienne au Liban

01 juin 2018
Esther a rencontré Rayan à Beyrouth. Cette jeune réfugiée palestinienne est journaliste pour le média Campji, alimenté par et pour les habitants du camp de Shatila. Elle raconte chaque jour leurs histoires… mais ici, elle parle de la sienne.
madmoiZelle au Liban

Esther est partie recueillir les témoignages des jeunes femmes de plusieurs pays, à travers le monde, avec une attention particulière portée aux droits sexuels et reproductifs : liberté sexuelle, contraception, avortement.

Elle a déjà rendu compte de ses rencontres avec des sénégalaises et sa deuxième étape l’a menée au Liban ! Elle y a réalisé interviews, portraits, reportages, publiés au fil des jours sur madmoiZelle.

Pour retrouver tous les articles et la genèse du projet, n’hésite pas à jeter un œil au sommaire de présentation : madmoiZelle en reportage au Liban !

Tu peux aussi suivre au jour le jour ses pérégrinations sur les comptes Instagram @madmoizelledotcom et @meunieresther, avant de les retrouver ici bientôt !

J’ai posé mon regard sur le camps de Shatila en y mettant les pieds par deux fois, mais j’aimerais vous donner un autre aperçu de ses réalités.

Car deux fois, c’est peu pour comprendre et rendre compte de ce qui s’y déroule. Et qui, mieux que les gens qui y vivent, peuvent le décrire ?

À lire aussi : « Il y a plein de gens qui veulent reconstruire la Syrie » : Hala, Aïsha et Ayat racontent leur vie de réfugiées au Liban

Personne. C’est la philosophie qui anime Campji : une plateforme médiatique alimentée par les réfugiés, pour parler d’eux-mêmes.

Les jeunes qui participent au projet sont formés et payés : il s’agit d’une véritable expérience professionnelle !

Campji is the camp story

J’ai rencontré Rayan Sukkar, l’une des sept jeunes journalistes qui y officient depuis deux ans, pour qu’elle me parle d’elle et de Campji évidemment.

Le journalisme de terrain, l’essence du projet Campji

Rayan est née dans le camp de Shatila et y a grandi. Lorsqu’elle a démarré ses études, elle a d’abord voulu être dentiste… mais au bout d’un semestre, elle a changé d’orientation car ce parcours était trop cher.

C’est là qu’elle a démarré des études en Médias & Communication, mais l’envie d’être journaliste date cependant de son enfance :

« Quand j’étais petite j’avais un appareil photo, et mon père aimait aussi prendre des photos. Il voulait être journaliste, il vivait déjà dans le camp pendant les années 80 alors qu’une vraie guerre faisait rage à l’intérieur.

J’avais envie de faire quelque chose qu’il aurait aimé faire. Ce n’est pas qu’il m’ait spécialement incitée, mais il m’a inspirée. »

Changer d’orientation n’a pas suffi à réduire les frais de scolarité. C’est pourquoi encore aujourd’hui, en parallèle de ses études, Rayan travaille.

« J’ai les études, Campji, et je fabrique des accessoires de mode et de beauté en cuivre que je vends.

J’ai appris à faire ça avec mon oncle il y a longtemps. Lui il a étudié le droit, mais au Liban il ne peut pas être avocat, c’est interdit pour les réfugiés palestiniens, donc il fait de l’artisanat. »

Les réfugié·es palestinien·nes au Liban sont en effet autorisé·es à pratiquer un nombre très restreint de professions, qui sont souvent non qualifiées. Cela n’empêche pas Rayan de se démener pour avoir la vie dont elle rêve, quitte à peu dormir…

« J’ai vraiment hâte d’être diplômée car c’est un peu difficile de cumuler les études et le travail. »

Ce sera le cas à la fin de cette année scolaire.

Campji, une école de journalisme et un engagement

En attendant, elle travaille d’arrache pied en tant que reporter. Elle fait partie de la première promotion à être formée.

« Je suis membre de l’équipe de Campji depuis deux ans. J’ai vu une affiche dans le camp, puis une amie m’a parlé du projet. »

Bientôt, une nouvelle promotion viendra se former aux techniques du journalisme !

Plusieurs membres de la première ont en effet quitté le projet au fur et à mesure, que ce soit parce qu’ils ont eu d’autres opportunités, parce qu’ils manquaient de temps, ou parce qu’ils ont quitté le Liban.

Dans les locaux de Campji, de jeunes reporters s'activent, sous de l’œil de Lara qui supervise l'équipe.
Dans les locaux de Campji, de jeunes reporters s’activent, sous de l’œil de Lara qui supervise l’équipe.

Pour Rayan, c’est, au-delà d’un apprentissage, une véritable forme d’engagement :

« C’est génial. Tous les jours on apprend quelque chose de nouveau, tous les jours on écoute les histoires des gens. Ça nous a rapprochés de notre communauté et on a désormais le sentiment de faire quelque chose pour eux.

Aujourd’hui, nous avons une voix, ce qui n’était pas le cas avant. C’est nous-mêmes qui racontons nos propres histoires. Ce n’est pas comme si je racontais celles d’autres gens : ce sont mes histoires aussi. »

Campji, parler des camps de réfugiés palestiniens depuis l’intérieur

Elle n’a pas tort lorsqu’elle parle d’engagement puisque son travail fait bien souvent une différence.

Chez Campji, on produit des micro-trottoirs, on fait des enquêtes en évitant de pointer du doigt les factions qui se partagent le contrôle du territoire, on réalise aussi des sketchs, pour rire des difficultés de la vie dans les camps.

Et des portraits. C’est l’exercice favori de Rayan :

« Il y a tellement de gens qui ne sont pas sous les projecteurs et qui pourtant sont doués, talentueux, ils ont du potentiel mais personne ne les connaît.

Ça permet aussi de booster leur confiance en eux, et d’une certaine façon, ça peut leur ouvrir des portes.

Par exemple j’ai fait le portrait d’un jeune peintre, et lorsqu’on l’a posté il a eu une opportunité : une agence de l’ONU lui a proposé d’enseigner la peinture à des enfants.

Il y a aussi cette vieille femme.

Pour moi, le reportage à son propos n’était pas génial… mais je suis heureuse qu’on l’ait fait : elle était très pauvre, et grâce à ce portrait un riche Palestinien a pris connaissance de sa situation et il lui est venu en aide.

Il s’est assuré qu’il y a toujours des gens pour vérifier qu’elle prenne ses médicaments, etc. car elle est vraiment très vieille.

Il y a aussi cette fille, son nom est Hala, elle joue de la flûte. Elle avait l’habitude de jouer dans le camp et après notre reportage, une artiste lui a proposé de collaborer sur de grandes scènes ! »

Campji, une chance d’avoir un impact positif dans les camps de réfugiés palestiniens

Et elle, que lui apporte Campji ? Elle considère que le projet lui a permis de se sentir utile et que c’est déjà beaucoup.

« Camji m’a donné la possibilité de travailler, je me sens chanceuse car j’ai de nombreux amis qui ont de grandes difficultés à trouver des opportunités professionnelles à cause des règles restrictives sur les métiers.

Pouvoir transmettre ces histoires, donner une voix à ces gens, ça me rend heureuse. Parce que je veux laisser une trace, un impact positif.

Ça me rend très fière de produire une vidéo et de voir les réactions des personnes qui la regardent, et des personnes qui y figurent. »

Campji est pour l’heure financé grâce à un partenariat avec la Deutsche Welle Akademie, une branche du service international de diffusion de l’Allemagne qui vise à promouvoir le développement de médias libres dans le monde.

Mais l’équipe espère d’ici quelques années devenir indépendante. Ses reportages, produits en arabe et diffusés sur Youtube mais surtout sur leur page Facebook devraient bientôt être sous-titrés en anglais.

Rayan conclut notre discussion avec ses rêves d’avenir.

« J’ai toujours su que je voulais faire quelque chose de différent, je veux continuer à être une journaliste qui apporte un regard différent. »

À lire aussi : Je suis libanaise, je suis bisexuelle, je suis devenue athée, et j’ai hâte d’être libre

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Témoignages

destinations
Témoignages

10 lectrices partagent le meilleur conseil de psy de leur vie

Aïda Djoupa

27 nov 2022

Sexo
Sponsorisé

Parlons sans complexe de vaginettes

Humanoid Native
Anais Z / Les petits portraits / C stane
Témoignages

J’ai été victime de violences conjugales, et je me suis réapproprié mon histoire par la photographie

Aïda Djoupa

25 nov 2022

3
Kevin Wolf Unsplash
Règlement de comptes

Marine, 2 257€ par mois : « Pour les courses, je fais les poubelles »

Aïda Djoupa

24 nov 2022

50
Karolina Gabrowska / pexels
Témoignages

J’ai fait un AVC à 21 ans, très certainement à cause du tabac et de la pilule

Aïda Djoupa

23 nov 2022

4
Mikotoraw / Pexels
Témoignages

Mon mec m’a trompée, et tout le monde m’a encouragée à le pardonner

Aïda Djoupa

19 nov 2022

30
Sharon Christina / unsplash
Témoignages

Mon woofing en Norvège qui a tourné au cauchemar

Aïda Djoupa

18 nov 2022

7
Jeffery Erhunse / Unsplash
Règlement de comptes

Aimée, 2 422€ par mois : « Je donne de l’argent à ma mère pour qu’elle se fasse plaisir »

Aïda Djoupa

17 nov 2022

14
rendez-vous-romantique-temoignage
Témoignages

Ce rendez-vous inattendu qui m’a réconciliée avec le romantisme

Une madmoiZelle

13 nov 2022

12
Chad Madden / Unsplash
Règlement de comptes

Cynthia, 2 044 € par mois en Angleterre : « Avec l’inflation à 9,4 %, j’ai réduit tout ce que je pouvais »

Aïda Djoupa

10 nov 2022

14
Oleg Baliuk
Témoignages

Comment j’ai perdu la vue en quelques jours à 20 ans

Aïda Djoupa

09 nov 2022

4

Témoignages