Live now
Live now
Masquer
always-echec
Féminisme

« On échoue vraiment seulement lorsqu’on n’essaie même pas », le message crucial de la nouvelle campagne Always

Always poursuit sa campagne #LikeAGirl avec un nouveau clip inspirant qui contient un message essentiel.

Always, la marque de protection hygiénique, a déjà réalisé de nombreux spots pour sa campagne #LikeAGirl, #CommeUneFille.

Pour défoncer les clichés sur ce que c’est de faire les choses « comme une fille », les encourager à continuer de faire du sport, dénoncer les emojis sexistes

Cette fois-ci, la campagne s’attaque à un problème rampant : la peur de l’échec, celle qui paralyse.

Dans une étude menée par Always sur des jeunes filles américaines âgées de 16 à 24 ans, 50% d’entre elles disaient parfois que la peur de l’échec les paralysait.

Mais l’échec… Ce n’est pas une mauvaise chose.

https://www.youtube.com/watch?v=P_MhsbRiFyI

L’échec, un tremplin vers la réussite

Ces vidéos font passer des messages qui me plaisent, mais celui-ci particulièrement parce que c’est celui que j’ai à coeur de partager : tenter, toujours, parce qu’en réalité qu’est-ce qu’on risque, mis à part d’apprendre de nos erreurs ?

Bien sûr, parfois on échoue, mais des échecs on tire des leçons qui nous permettront, la fois suivante, de réussir.

Dans cette vidéo, on voit Nwabisa répéter un texte à ce sujet devant sa classe, pendant qu’à l’écran s’enchaînent les images de filles qui échouent avant de réussir, tantôt en escrime, dans la course,

« L’échec. La chose dont tout le monde a peur. Mais la chose dont on fait toutes l’expérience. On a échoué à beaucoup de choses, on échouera à beaucoup d’autres. Et c’est une bonne chose.

Parce que les échecs ne sont pas des revers, ils sont un carburant. Pour continuer d’avancer, de grandir, pour continuer de faire des progrès pour nous-même et pour nous toutes.

Alors continuons d’échouer, parce qu’on échoue vraiment seulement lorsqu’on n’essaie même pas. »

Perso, je me le rappelle tous les jours avec ce petit fond d’écran tranquille :

chill-the-fuck-out

« Personne ne compte réellement combien de fois tu te plantes. Alors détends toi putain. »

Donc oui, prends le risque d’échouer, tu n’as rien à perdre.

À lire aussi : Sortir de sa zone de confort, c’est parfois un échec (mais c’est pas grave)


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

2
Avatar de Lilas DUPONT
18 août 2017 à 18h08
Lilas DUPONT
Autant je n aime pas cette marque qur je trouve cher et incomfortable (pour moi hein) mais j adore leur combat ce qu ils denoncent j adore je continue de suivre
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva / Midjourney
Déclic

Ed, 38 ans : « Je vois le couple classique plutôt comme une TPE que comme une relation »

3
Manifestation contre les violences faites aux femmes  // Source : Jeanne Menjoulet
Société

Féminicide à Montpellier : « Notre vision de la vieillesse empêche de politiser les violences sur les séniores »

2
Laurène Daycard
Féminisme

Laurène Daycard : « Notre société est malade de sa fascination pour les bourreaux »

3
Source : Getty Image / MARIA DUBOVA
Féminisme

Ève, 42 ans : « Quand il m’a demandé où était le nettoyant après six mois de vie commune, j’ai pleuré »

5
Source : Capture écran YouTube
Société

Attaque du Hamas : des assos féministes bientôt privées de subventions pour des propos « ambigus » ?

3
Euphémie
Déclic

Euphémie, 28 ans : « Pour moi, on ne peut pas être féministe et de droite » 

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-01-22T105711.943
Société

Selon le HCE, les hommes se sentiraient menacés par le féminisme (rien que ça)

3
Source : Kristina Paukshtite / Pexels
Daronne

Réarmement démographique : « Ce discours nataliste fait écho à un imaginaire très ancré à l’extrême droite »

Source : Capture vidéo / Flickr - Victoria Pickering
Politique

Les propos d’Emmanuel Macron sur le « réarmement démographique » inquiètent les féministes

15
Source : Canva
Déclic

Maëva, 20 ans : « Ma famille s’obstine à défendre des personnes indéfendables »

2

La société s'écrit au féminin