Live now
Live now
Masquer
Angelina_Jolie_gage skidmore
Féminisme

Agressée par Harvey Weinstein, Angelina Jolie regrette le silence complice de Brad Pitt

Dans une interview pour The Guardian, Angelina Jolie est revenue sur son refus de collaborer avec Harvey Weinstein et les conséquences de cette courageuse décision dans ses relations avec Brad Pitt.

Ce n’était pas le sujet de l’interview… et puis ça l’est presque devenu. Dans un long entretien pour The Guardian, l’actrice Angelina Jolie — en promo pour la sortie de son livre Know Your Rights — est revenue sur l’agression qu’elle a subi à la fin des années 90, à l’époque du film La Carte du cœur.

Elle avait alors 21 ans. Son agresseur était alors un producteur tout-puissant : Harvey Weinstein.

« Ça a été dur pour moi quand Brad [a travaillé avec Weinstein] »

Si elle ne s’est pas étendue sur les circonstances précises de cette agression qui remonte maintenant à plus de vingt ans, Angelina Jolie a raconté comment elle avait tenté d’agir à son niveau pour protéger d’autres actrices des comportements de prédateur de Weinstein :

« Je suis restée à l’écart et j’ai mis en garde les gens. Je me souviens avoir dit à Jonny [Lee Miller, ndlr], mon premier mari, qui était formidable à propos de ça, de faire passer le mot à d’autres mecs — de ne pas laisser des filles seules avec lui.

On m’a demandé de faire The Aviator, mais j’ai refusé car il était impliqué. Je n’ai plus jamais été associée à lui et je n’ai plus jamais travaillé avec lui. Ça a été dur pour moi quand Brad l’a fait. »

Angelina Jolie raconte donc qu’en connaissance de cause, et en sachant que sa femme avait été elle-même victime, son ex-mari n’a pas rechigné à collaborer avec Harvey Weinstein pour Inglorious Bastards de Quentin Tarantino en 2009, ou encore pour Killing Them Softly en 2012 — Brad Pitt avait carrément approché l’homme pour qu’il en soit le producteur.

« On s’est disputés à ce sujet. Bien sûr que ça m’a blessée. »

Si l’on savait qu’Angelina Jolie avait été une des victimes d’Harvey Weinstein (elle avait fait partie des actrices qui avaient pris la parole dès les premières révélations en 2017), on en savait moins sur l’inaction et le silence complice de son ex-mari.

Séparée depuis cinq ans de Brad Pitt, Angelina Jolie a aussi évoqué à demi-mot son divorce qu’on devine douloureux, qui l’a laissée selon ses dires « brisée » :

« Il y a beaucoup de choses que je ne peux pas dire. Au bout du compte, même quand vous et les quelques personnes que vous aimez, vous savez la vérité sur votre vie, ce pour quoi vous vous battez, ce que vous avez sacrifié, ce qui vous a fait souffrir, vous arrivez à être en paix, peu importe tout ce qui se passe autour de vous. »

Weinstein riposte aux révélations d’Angelina Jolie

D’après le tabloïd américain TMZ, le producteur dément avoir agressé Angelina Jolie, l’accusant de mentir pour booster les ventes de son livre :

« Il n’y a jamais eu d’agression, ni de tentative d’agression. C’est un mensonge éhonté et de la publicité pour du clic. Quand on est Angelina Jolie, tous les hommes et toutes les femmes du monde vous témoignent de l’intérêt, j’en suis sûr. Est-ce que le monde entier vous agresse ? »

On notera qu’il faut être sacrément culotté pour commencer par crier au mensonge et nier toute agression… et puis finalement affirmer que le monde entier se comporterait de façon intéressée vis-à-vis d’Angelina Jolie.

Ce n’est pas juste faux, cela laisse aussi entendre une certaine conception des rapports de séduction.

Breaking news, Harvey, tout le monde n’est pas un chacal. Et quand on est encore en train de purger une peine de 23 ans de prison pour viol et agression sexuelle, on devrait plutôt se faire tout petit.

À lire aussi : Retour sur l’affaire Weinstein, le scandale qui a tout ébranlé

Crédit photo : Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America, CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons

Les Commentaires
4

Avatar de filmadore39
6 septembre 2021 à 17h57
filmadore39
Et l'ex de Brad Pitt dans les années 90, Gwyneth Paltrow, avait également été victime du prédateur Harvey Weinstein. Brad Pitt serait, à l'époque, intervenu physiquement pour le menacer s'il continuait.
C'est étonnant pour la suite quand même. C'est pareil avec Tarantino qui a bossé et rebossé avec Weinstein, sachant que ce dernier avait agressé et harcelé sa petite amie de l'époque, l'oscarisée Mira Sorvino.
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Féminisme

femme-nue
Chère Daronne

Je suis victime de revenge porn, mais c’est moi qui « ne me respecte pas » selon les potes de ma meuf

Chère Daronne

18 jan 2023

21
Sexo

Horoscope 2023 : quel sextoy pour votre signe astrologique

Humanoid Native
Monique_Wittig_ph._Colette_Geoffrey
Féminisme

Pourquoi les féministes d’aujourd’hui doivent redécouvrir l’oeuvre radicale de Monique Wittig

Maëlle Le Corre

08 jan 2023

2
Miss France
Féminisme

Le concours Miss France contrevient-il au droit du travail ? La justice a tranché

Maëlle Le Corre

06 jan 2023

sex workers rights
Féminisme

Pourquoi lutter contre les violences faites aux travailleuses du sexe est un enjeu féministe

Maëlle Le Corre

17 déc 2022

39
disabled_people_for_future
Société

« Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Aïda Djoupa

03 déc 2022

14
assemblee nationale IVG premiere lecture
Féminisme

IVG : les députés votent l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

2
pexels-mart-production-violences conjugales
Féminisme

Mon copain m’a frappée : comment réagir, que faire quand on est victime de violences dans son couple ?

Chloé P.

23 nov 2022

44
nous toutes 2021
Féminisme

Où manifester ce samedi 19 novembre contre les violences faites aux femmes avec Nous Toutes ?

Maëlle Le Corre

18 nov 2022

Megan Fox dans Jennifer's Body
Cinéma

Bimbo non grata : comment la carrière de Megan Fox illustre l’avant-après #MeToo

Anthony Vincent

31 oct 2022

13
Une femme portant une couronne de fleurs au milieu d’un champ d’herbe, Oleg Gekman via Canva
Féminisme

Non, la tendance incitant à se « reconnecter à son féminin sacré » n’a rien de féministe

La société s'écrit au féminin