Les YouTube Poop : décryptage d’une tendance WTF

Les YouTube Poop sont des vidéos un peu épileptiques, très bizarres et globalement incompréhensibles. Amélie s'est penchée sur le phénomène. Enquête*.

Les YouTube Poop : décryptage d’une tendance WTF

Sur YouTube, tu peux croiser un grand nombre de personnages bizarroïdes. Il y a ceux qui postent des vidéos LOL (discutables), ceux qui documentent la grossesse de leur gerbille et qui décident d’en faire profiter tout l’internet, ou encore ceux qui décident de diffuser le court-métrage qu’ils ont réalisé sur leur classe de troisième et monté à l’aide de Movie Maker.

La plateforme de partage de vidéos est une base de donnée totalement immense, où tu peux trouver absolument tout — de Nabilla qui se vernit les ongles de pieds aux gens qui font des flammes avec leurs anus en passant par un monsieur qui fait des critiques de films qui déchirent. Les youtubeurs l’ont bien compris : c’est pas facile de sortir du lot.

Mais au milieu de cette conquête de la vue et du like, un tout autre mouvement est en marche. Il déferle sur la toile comme une énorme vague de what the fuck qui se dirige vers toi, internaute, à contre-courant. Ces gens sont fous. Ils ont créé… le YouTube Poop.

La fiente de Youtube

Les YouTube Poop (littéralement « crotte de Youtube », au sens mignon de la chose) sont des vidéos totalement What Da Fuck ??? qui pullulent sur la plateforme. On va pas passer par quatre chemins, venons-en à la matière. Attention, si tu es épileptique, va te cacher. :

Ok. Tu n’es pas mort-e ? Ça va, on continue. Tu n’as strictement rien compris à ce qui vient de se passer ? C’est normal, on va y revenir. Alors, comme tout grand professeur commence un grand cours (non) de cette façon (mais je vais le faire quand même), je te propose de poser les bonnes bases grâce à un peu d’histoire — interdit de chipoter, c’est une grande scène de l’Internet qui se joue ici.

L’origine du YouTube Poop est plutôt obscure mais il semblerait que ce genre de vidéo a fait son apparition vers l’an 2004. Jadis, YouTube n’avait pas encore gratifié la Toile de son existence. Le premier poop naquit donc sur un autre site du genre.

Au départ venu des États-Unis, le poop migra dans notre contrée au fil des années. Il te suffit désormais de taper « YTP » dans le moteur de recherche de YouTube pour t’en apercevoir : le paysage audiovisuel mondial ne cesse d’être gratifié de nouveaux apports.

Le principe du YTP, c’est le détournement de vidéos en tout genre. Les extraits, le plus souvent déjà cultes, sont modifiés dans tout les sens pour en distiller l’essentiel. Il n’y a qu’un mot pour qualifier ce travail de maître : inouï.

Non, je rigole (pas complètement : ci-dessus, c’est un chef d’oeuvre). Les YouTube Poop, c’est du grand n’importe quoi totalement maîtrisé. Il s’agit de transformer une séquence normale en un trip sous LSD ! C’est une ode à l’absurde ! C’est du surréalisme ! Sérieusement, ces mecs sont les descendants d’André Breton ! (Quoi je m’emporte ? Pas du tout.)

Dans ce genre de vidéos, il s’agit de multiplier la référence à tout type de pop culture, de mélanger des extrait pour rendre la situation complètement barrée, d’utiliser des jeux de mots foireux… En gros, il faut faire cramer son logiciel de montage, gérer tous les effets les plus kitsch, l’incrustation et parfois même l’animation. Bref, tout est permis tant que ça part totalement en sucette — mais pas n’importe comment.

Pourquoi un tel engouement ? 

Ma première fois fut un échec. Clairement, j’ai déclaré à mon fort intérieur « les YouTube Poop c’est nul, archi-nul ». Je trouvais ça pas drôle, vachement mal fait et complètement inutile. Ok. Sauf que c’est complètement le but.

À partir du moment où je me suis rendue compte de ça, j’ai su apprivoiser cette culture tribale faite de pets et d’images subliminales. Et crois-moi, la contagion ne se soigne pas.

Les gens aiment les poop parce que c’est tellement con que ça devient du génie. Si tu en regardes beaucoup, tu te rendras vite compte que les youtubeurs ont tous leur petite signature. Ils se font des big-dédi entre eux et même des battles. Bref, c’est une véritable petite société qui se jouait loin de nos yeux détournés par les vidéo de Grumpy Cat et autres compilations de fails.

Personnellement, j’ai jeté mon dévolu sur celle-ci – j’aimerais bien qu’on la passe à mon mariage. L’ambiance pince-fessier ça me donne des gaz. Ça détendrait l’atmosphère.

Huhu.

Tuto pour un poop triomphant

Je sens bien que tu es tombé-e en pâmoison devant ces héros de l’Internet. Peut-être que tu veux t’y mettre toi aussi. Devenir une star du réseau et troller YouTube comme un-e pro n’est pas si compliqué. Si tu suis mes conseils, je pense que ça peut marcher.

  1. Empare-toi des rushes du dernier film de Jacob Vaughan, comme ça on est bien dans l’ambiance. Ne télécharge pas illégalement (c’est interdit), je te conseille plutôt de tuer le réalisateur et de lui voler ses données.
  2. Pose-les sur ta timeline et ajoutes-y des extraits des Simpson, d’American Dad, de Degrassi… bref, de ta série préférée. Tout ça ne doit pas être fait n’importe comment : assure-toi que le rendu soit complètement fou. Ça ne veut rien dire ? Tant mieux.
  3. Ajoute un éclair qui traverse l’écran.
  4. Accroche la tête de ton meilleur ami à celle d’Homer, puis remplace-la soudain par celle d’Antoine Daniel.
  5. Ajoute un lâcher de bulles qui traverse l’écran.
  6. Cherche les bonnes syllabes et forme le mot « PR-OU-T ».
  7. Signe ta vidéo et ajoute « Si t’y comprends rien c’est normal ».
  8. Poste ta vidéo sur YouTube et attends les pouces verts de la gloire ou mieux, les rouges, preuves que tu auras bien fait chier tout le monde. Mission accomplie.

Les principales techniques utilisées par les Pooptubeurs sont les suivantes :

  • L’Ear Rape (ou le viol de l’oreille) qui consiste à mettre le volume à fond de manière sournoise, distordue et souvent en boucle.
  • Le Sentence Mixing qui utilise des syllabes éparses pour construire un nouveau mot (sans doute mon effet préféré).
  • Le Stutter Loop permet de mettre en avant une partie de la vidéo en la diffusant en boucle.

Ensuite tu peux ajouter les effets de son les plus improbables qui soient et tout un autre panel que seul un monteur qualifié saurait manier correctement. Certains extraits reviennent très souvent : ils font partie de la base du mouvement. Il est de bon goût de glisser une image de Mario ou de Link (Face of Evil) par exemple…

Le Yi-King comme précepte ?

Quel est le point immun entre Yoko Ono, John Cage et Groscacaboudin (à qui on doit en partie l’amour français pour les YouTube Poop) ? Ce sont des outsiders. Ils ne font pas comme tout le monde. Les deux premiers avaient l’habitude de pratiquer la philosophie zazen, qui implique fortement le hasard. Cage composait sur un piano des notes qu’il avait tirées au sort, Ono invitait les gens à venir découper sa robe dans Cut Piece (et pendant ce temps, Lady Gaga se promène cul nu dans les bois)…

Quand on est face aux YouTube Poop, on pense direct à une performance. Un truc artistique un peu barré qui ne ressemble en rien à ce qu’on peut voir ailleurs. Une oeuvre que la personne a créée au beau milieu d’un tekos où il plantait ses doigts dans toutes les touches de son clavier en même temps.

Mais il ne faut pas s’arrêter aux apparences. Ce ne sont pas simplement des bouts de vidéos balancés à l’arrache. Oui, c’est timbré rocambolesque, c’est fou, mais c’est quand même figuratif et pas abstrait (souvent en tout cas).

Il y a plusieurs stades de la « poopitude ». Il y a par exemple ceux qui modifient le montage d’une séquence entière ou d’un plan pour changer l’histoire et la rendre débile, et ceux qui poussent loin le délire du côté de la frénésie épileptique.

Mais, rien n’est fait au hasard. Le Poop n’a de précepte que le trolling (mais rigolo).

Pour plus de YouTube Poop

Le site YouChew est une référence en matière de Poop anglophone. En France, les chaînes de Jefaischierlesgens, 123lunatic et Grocacaboudin sont des références.

Et comme un bon article doit toujours se finir sur une bonne note :

http://youtu.be/98qQHRwmgWg

* Classieux le chapô à la Zone Interdite hein.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • TristanaLeRenard
    TristanaLeRenard, Le 6 mars 2014 à 0h43

    Madmoizelle qui parle des YTP c'est trop beau :icon_4laugh:
    J'adore les YTP
    J'ai découvert grâce à celle-là j'étais tellement pliée :
    http://www.youtube.com/watch?v=Pyk7tDtOtGc

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)