WoW (Superbus)

Réjouissons-nous : Superbus est de retour. Le groupe semble réglé comme du papier à musique : deux ans après leurs débuts avec Aéromusical, Pop’n’Gum arrivait dans les bacs ; et deux ans après celui-ci, ils nous livrent un troisième opus, WoW. Titre présomptueux ? Non, pas du tout. Superbus signe ici un album haut en […]

Réjouissons-nous : Superbus est de retour. Le groupe semble réglé comme du papier à musique : deux ans après leurs débuts avec Aéromusical, Pop’n’Gum arrivait dans les bacs ; et deux ans après celui-ci, ils nous livrent un troisième opus, WoW. Titre présomptueux ? Non, pas du tout. Superbus signe ici un album haut en couleurs, novateur et qui reste cependant dans le style du groupe. Petite description du nouveau bébé du groupe le plus décalé de la scène rock française.

L’album s’ouvre sur un morceau punk-rock punchy, Le Rock à Billy, où l’on retrouve avec plaisir les paroles décalées et les jeux de mots qu’affectionne le groupe, et qui donnent tout de suite le ton. S’ensuit Ramdam, dont le rythme rappelle beaucoup No Doubt (auquel on a d’ailleurs souvent comparé Superbus). Jusque là, rien de bien surprenant, on n’est pas déçu, mais ça reste dans la lignée des deux premiers albums. Vient ensuite le dansant et planant premier extrait Butterfly, moins fidèle à l’esprit du groupe, et qui se révèle être l’un des moins bons titres de l’album.

D’autres morceaux surprendront par leur côté un peu dance, comme Over you, ou Travel the world. Les meilleurs titres de l’album sont ceux dans lequel on retrouve l’esprit qui caractérise le groupe depuis ces débuts, avec un son cependant novateur : l’électro-rock.

On notera par exemple le très bon Lola, le très rock Tiens le fil, aux paroles directes caractéristisques du groupe (« Je me fous de toi comme du reste, je prends sur moi pour que tu restes »), sur lesquels on se surprend à trouver des similitudes avec Garbage.

WoW nous révèle d’autres bonnes surprises, comme le punky et très dansant Let me hold you, que personnellement je trouve irrésistible ; ou encore On Monday, jolie ballade presque acoustique aux paroles un peu nostalgiques (« On Monday, on Tuesday, on Wenesday too, I’ll always remember you »). A noter également, la pop acidulée de Jenn je t’aime.

L’album se clôt sur deux morceaux très rocks et énervés, Bad boy killer et Breath, tous deux également réussis, avec des riffs de guitare très réjouissants. Tu l’auras compris, si tu as aimé les deux premiers albums de Superbus, tu aimeras WoW, dans lequel le groupe développe le style qu’il affectionne depuis ses débuts, tout en parvenant à innover. En bref, un petit bijou pop-rock flashy et punky, on n’en attendait pas moins de Superbus.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 6 août 2008 à 16h06

    j'étais fan depuis Aéromusical, et puis finalement la flamme s'est éteinte petit à petit :yawn:

    Pop'n'Gum est d'un nul! heureusement qu'il y avait les extra comme Boys don't cry, No school today, Miss underground... pour rattraper le coup. On dirait qu'il a été bouclé en deux temps/trois mouvements.

    WoW a relevé un peu le niveau, mais vraiment un tout petit peu (même si j'adore Breath et Eeighteen...)
    le meilleur album reste le premier!

    depuis des années j'attendais de les voir en concert, et j'ai eu l'occasion d'y assister il y a un peu plus d'un an. hurrggp :sad: bonne ambiance malgré tout, mais une Jenifer Ayache qui -d'après moi, a très vite pris la grosse tête vis à vis de son public, et un groupe boff bof sur scène.

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)