Comment voyager à moindre frais et en faire son mode de vie ?

Tout plaquer pour partir à la découverte du monde, beaucoup en rêvent… Anaïs et son copain l’ont fait ! Elle nous raconte comment ils réinventent un quotidien si épanouissant, et nous donne tous ses bons plans pour gagner sa vie tout en voyageant pour pas cher. 

Comment voyager à moindre frais et en faire son mode de vie ?

Pourquoi tout quitter ?

Mon copain et moi avions des situations très confortables, des CDI et un appart, mais nous en avions marre de passer nos journées à travailler pour quelque chose qui ne nous intéressait pas. Travailler une année en Chine n’a pas vraiment amélioré le problème : le contexte était peut-être dépaysant, mais nous nous ennuyions toujours.

Nous avions déjà testé la vie en France, en Espagne et en Chine donc, mais aucun de ces pays ne nous plaisait assez pour nous y installer définitivement.

Nous étions tous les deux convaincus qu’une vie heureuse est une vie riche en expériences, en rencontres, équilibrée et surtout, avec toujours la possibilité de choisir. Et nous concevions le travail comme une source de revenus bien sûr, mais aussi comme un créateur de lien social et comme un moyen d’apprendre en permanence.

Alors en septembre, nous avons tout quitté et nous sommes partis à l’aventure! Enfin, l’aventure… Disons plutôt une vie nomade, ouverte à toutes les opportunités.

Baby, baby, it’s a wild world

L’idée, c’est de voyager et découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures, mais également de s’y immerger parfois pour plus longtemps et même de carrément s’y arrêter si nous en avons envie. Nous voulons découvrir de nouveaux territoires, rester parfois quelques jours, parfois plusieurs mois là où nous en aurons envie.

Même si parfois on est un peu surpris.

Nous sommes également très ouverts aux autres et voulons rencontrer les populations locales. La liste des choses que nous voulons faire est elle aussi très longue : stages de sport, apprendre l’art du massage, cuisiner, faire du volontariat dans des écoles, aider des familles dans leur vie quotidienne, et j’en passe.

Nous n’avons pas vraiment de planning, juste une liste de pays où nous avons envie d’aller. En revanche, nous ne sommes pas complètement fous ! Nous avons fait de nombreuses recherches sur les pays qui pourraient nous intéresser, les possibilités sur place, les procédures de visa, etc. Nous avons souscrit à une assurance pour nous protéger.

On est parés.

Évidemment, la question de l’argent et de notre survie au jour le jour s’est posée, mais avec du bon sens, du bagout et un peu de débrouillardise, les possibilités sont illimitées. Voilà les quelques pistes que nous avons trouvées.

Se déplacer sans trop claquer

Tout d’abord, la première règle, je crois, c’est de prendre son temps. Les bus et trains sont bien moins chers que les avions et ils permettent de rencontrer des locaux et de voir du paysage.

Ensuite, il y a évidemment les compagnies aériennes low cost, bien utiles lorsque l’on n’a pas d’autre choix que de prendre l’avion. Quelques compagnies intéressantes :

  • Europe : Ryanair, Easyjet, Transavia, Wizz, Norwegian
  • Asie : Air Asia, Jetstar Asia, Tiger airlines, Indigo
  • Amerique : Virgin America, Airtransat
  • Australie : Jetstar

Je suis pas certaine que ce soit la partie du voyage que je préfère.

Ensuite, pour les trajets en bateau, il y a un très bon plan qui ressemble plus ou moins à du covoiturage : le site Find A Crew. C’est très simple : il suffit de s’inscrire et de rechercher les bateaux en manque d’équipage dans la zone où vous vous trouvez. Parfois c’est gratuit, parfois il faut participer aux dépenses communes, et si vous avez un peu d’expérience vous pouvez même être rémunéré !

Dans les pays occidentalisés, vous trouverez également toujours des équivalents de notre BlaBlaCar, option intéressante pour des courts trajets et pour rencontrer du monde !

Se loger gratuitement

Eh oui, c’est possible, et pas seulement avec Stéphane Rotenberg (non, pas pour Top Chef, pour Pékin Express voyons !). Le premier outil indispensable, c’est évidemment le site CouchSurfing pour trouver un canapé ou une chambre chez l’habitant. CouchSurfing, c’est une communauté de plus de six millions de personnes à travers le monde, alors aucun doute : vous trouverez un hébergement pour votre prochaine destination.

Ensuite, les options pour se faire héberger en échange de quelques heures de travail quotidiennes sont très nombreuses. Il y a bien sûr le Wwoofing, très populaire en Australie, mais il existe aussi d’autres plateformes de rencontres pour trouver des missions diverses et un hébergement :

Les missions sont très variées : cours d’anglais, volontariat dans un orphelinat, aide dans un hôtel, cours de cuisine, jardinage, baby sitting, etc. Les conditions sont également très flexibles : parfois quelques jours, parfois plusieurs mois, hébergement standard, chez l’habitant, repas inclus ou non…

Si vous avez des compétences ou talents particuliers, c’est le moment de les mettre en avant !

Autre bon plan : le house sitting ! Eh oui, comme les enfants, les maisons ont besoin d’une nounou lorsque les propriétaires ne sont pas là… Parfois vous devez aussi vous occuper des animaux de compagnies mais bon, franchement, que ne feriez-vous pas pour passer un mois gratos dans une villa à Bali ?

Le travail à distance

Aujourd’hui, il est de plus en plus facile de travailler à distance. Il suffit juste d’avoir un ordinateur et une connexion à Internet. On peut vraiment gagner pas mal d’argent en mettant ses compétences à profit.

Grâce aux sites de mise en relations comme Odes ou Elance, vous pouvez très facilement trouver des missions temporaires ou régulières en tant que traducteur, rédacteur Web, designer, Web créateur, chanteur, voix off, etc. Les missions sont variées et vous pouvez vous faire envoyer vos recettes directement sur votre compte courant. Plutôt cool, quoi !

 Petit aperçu de votre bureau avec vue sur le Mékong (tiré de nomadoffice.tumblr.com)

Petits jobs faciles à trouver à l’étranger

Pour finir, comme je le disais, avec un peu d’imagination et de débrouillardise, il est possible de gagner un peu d’argent à l’étranger. Vous pouvez par exemple :

  • Donner des cours de langues : c’est vraiment le job le plus facile à trouver à l’étranger, et c’est parfois très très bien payé
  • Jouer de la musique : en Chine notamment, les groupes de musique étrangers sont très appréciés et il est assez facile de se faire de l’argent en jouant dans les mariages et autres évènements
  • Si vous êtes beau/belle, voire très très beau/belle, vous pourrez facilement trouver un petit job de modèle, soit pour des publicités, soit pour des séries TV par exemple
  • Servir dans un bar ou un restaurant.

Où (en) sommes-nous?

Nous avons tous les deux choisi le travail nomade, en freelance. Mon copain crée des sites Internet. Je n’ai pas vraiment de formation « Web », mais je sais écrire, et je parle plusieurs langues. Alors j’écris, je traduis, je transcris, je parle même.

Ce qui est vraiment sympa, c’est que je change de « métier » chaque jour et que toutes les missions sont différentes : je traduis des contrats, des sites Internet, des lettres manuscrites d’une vieille grand-mère… Je transcris des entretiens médicaux, des vidéos québécoises, des interviews de sinologues… Je prépare des cours de français, j’enregistre des répondeurs vocaux, je raconte des histoires… Et puis surtout, j’écris, pour des blogs sur l’écologie, le marketing online, les mariages, les bijoux, etc.

Pour le moment je n’échangerais ma place pour rien au monde. Je vous explique… Je me lève tranquillement avec le soleil, je prends mon petit déjeuner en lisant les nouvelles du Monde et de Facebook, ensuite je me mets au travail chez moi, dans un café ou chez un ami. Le week-end peut commencer un mardi, un jeudi, quand je le décide. Je peux ne pas m’arrêter de travailler pendant deux semaines si je le souhaite. Je peux partir sans devoir poser de jours de congé. Et si j’ai une panne de réveil, mon patron ne viendra pas me réprimander… Je travaille en short, en pyjama, comme je veux. Pas de réunion, pas de pots de départ.

 On est même plutôt jouasses.

À ce jour nous n’avons pas de problèmes financiers : nous avions mis des économies de côté pour le début, et gagnons assez maintenant avec nos activités sur le Web. Nous avons passés six mois en Thaïlande, où nous vivions dans une grande chambre pour seulement cent vingt euros par mois. Nous venons tout juste d’arriver en Inde, où le coût de la vie reste également très abordable : on y vit facilement pour cinq cent euros par personne par mois.

Mais en septembre prochain, après notamment un tour en Indonésie, nous partons en Australie : le challenge n’est pas le même. Nous avons sauté sur une promotion d’Air Asia, qui nous permet d’y aller pour seulement quatre-vingt euros chacun, mais la vie est assez chère là-bas : nous verrons donc comment nous nous en sortons avec nos activités en free lance et nos bons plans!

Nous avons prévu de continuer à explorer le monde au gré de nos envies jusqu’à trouver l’endroit où nous nous sentirons enfin assez bien pour nous installer. Nous vous tiendrons au courant de nos découvertes !

Lisez la suite : Comment voyager à moindre frais et en faire son mode de vie – un an après

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 31 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Marjo2714
    Marjo2714, Le 9 août 2015 à 20h47

    salut @AnaisGib ! je suis allée sur ton blog (que j'ai trouvé en tapant ton nom sur google, bizarrement il est pas noté dans ton article! à moins que j'ai pas les yeux en face des trous...) et je ne trouve pas d'onglet pour t'envoyer un message sur ton blog! Comment te contacter? Je suis au bord de sauter le pas et de faire comme toi mais j'aimerais te poser quelques questions stp! merci

Lire l'intégralité des 31 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)