Comment vivre comme dans un film de Christophe Honoré ?

Aaaah, Christophe Honoré ! Depuis le magistral Les Chansons d’Amour, il semblerait que le gaillard utilise toujours les mêmes ficelles. Voici la recette pour devenir une de ses héroïnes modernes !

Comment vivre comme dans un film de Christophe Honoré ?

Après avoir fait un rapide tour de sa filmographie, il apparaît que ce réalisateur a quelques thèmes de prédilection. Que sont-ils ? Comment reconnaître la Honoré’s touch ? Comment créer soi-même son Honoré, chez soi à la maison ?

L’amour, ça a l’air mieux à trois

L’amour à deux c’est bien, c’est chaud comme du bon pain, mais parfois on s’emmerde. Rien de tel que de pimenter le quotidien avec un bon vieux threesome ! En gros : alors que ton histoire d’amour commence un peu à battre de l’aile avec ta tendre moitié (David est un gros relou, il ne t’écoute pas le soir quand tu dis que non, vraiment, t’as pas envie de remanger le poulet basquaise de la veille), voilà qu’un sombre personnage ténébreux arrive pour te retourner les ovaires et te poser des questions existentielles.

Et si cet inconnu qui subitement fait chavirer tes pensées les plus intimes était l’homme de ta vie ? La vie est trop dure pour faire un choix. Tu peux soit te lancer dans un ménage à trois (risque de marcher en cowboy le lendemain et nécessité d’un lit king size, mais l’assurance d’avoir toujours quelqu’un le soir à la maison), ou bien vivre en silence ta passion dévorante pour ne pas la gâcher.

Ambiance garantie pour ton mec officiel qui, désormais, quand tu te mets à chanter dans la rue pour une histoire de pincement de fesses, te prend pour la follasse du coin. Pire encore, il te prend à ton propre piège en te stalkant au téléphone le soir.

Chargement du lecteur...

Traverser les crises telle une autruche sourde muette

Tu peux, comme les personnages de Christophe Honoré, te payer une bonne tranche de crise existentielle pour remettre tes chakras dans l’ordre. L’osmose avec le ciel parisien, ça se mérite, bon dieu !

Au lieu de traverser une après-midi de doute suite à une énième dispute (cf le point 1), un oubli malencontreux sur la liste des courses (où est passé le chavrou ?) ou encore une mauvaise nouvelle au boulot (tu as laissé cramer les steaks et toute la fournée de big mac est partie en pertes), il vaut mieux se mettre le doigt et un ongle mal coupé dans sa blessure, et touiller le tout en hurlant à la face du monde “LAISSEZ MOI VIVREUH MA VIE QUOI”. Ouais, ça va déjà mieux.

On se termine tranquillement en sautant dans la Seine en pyjama sans mourir, et on rentre chez soi se faire un chocolat, tranquille. Ou bien on chante sous la pluie parce que la vie est triste.

Chargement du lecteur...

Avoir une vie sexuelle saine et épanouie

Parlons du nerf de la guerre : le cul. Même si une relation amoureuse ne se base tout de même pas exclusivement sur la qualité de vos rapports sexuels, il est de bon ton, pour obtenir le label « Approved by Honoré », de faire des choses un peu étranges avec ses fesses.

Pour un dépucelage réussi et de bon goût, on peut s’assurer de faire ça dans un couloir public, avec sa mère en face (elle seule pourra valider la teneur de ces rapports de haute voltige), ou bien mourir après avoir niqué, histoire de bien retenir toute l’intensité dramatique de la situation. Ambiance garantie. À côté de ces joyeusetés, Ibiza est un camp de rescapés de la Toussaint. Si finalement tu as cédé à la tentation de te taper l’Autre, autant en mettre plein la vue en sacralisant le premier rapport, une étreinte fougueuse et désespérée, une fuite en avant de tous les instants. Et c’est bô.

Chargement du lecteur...

Chanter la vie, chanter l’amour

Petite spécialité assez récente dans les films d’Honoré, ses films se retrouvent désormais ponctués de chansons. Toi aussi, tu peux te lever le matin avec une furieuse envie de pousser la chansonnette, mais quelques soucis viennent entraver ta route :

– de une, composer une musique en même temps que trouver des paroles (cohérentes, les paroles hein) c’est pas facile facile.
– De deux, après avoir disserté en chantant que le café qui passait là-bas dans la machine, tu te retrouves en panne d’inspiration.
– Encore mieux, tu demandes à toute ta famille de faire la même chose au même moment que toi. Ok, ton père a pas trop l’air d’avoir le tempo dans le sang et ton frère vient de t’envoyer te faire voir parce qu’il n’a pas envie de se la jouer comédie musicale (il aime même pas Glee, c’est dire).

Conclusion logique : le poulet rôti du dimanche vire en affrontement familial. Autre solution : faire passer à l’Autre un message, une déclaration voilée. Si possible, choisir un truc un peu ridicule, comme un poème de Maurice Carême ou une chanson de Pascal Obispo, histoire de capter tout le sens caché de cette déclaration publique.

Chargement du lecteur...

Vivre avec Louis Garrel

Cela semble évident que pour bien faire comme dans un bon Christophe Honoré, il faut vivre avec Louis Garrel. Si possible, un Louis Garrel un peu bobo parisien, un peu queutard mais pas trop, qui a envie de te faire des cabrioles tout en te récitant des répliques de Boeing-Boeing.

Il te regarderait avec les yeux d’un chien battu qui cherche un peu de chaleur humaine, tandis que tu te roulerais par terre de niaiserie à l’idée d’avoir pécho un si beau spécimen. Oui mais : que faire d’un mec qui, tous les quatre matins, se met à crier son malheur en prenant une pose digne de Rodin dans ton salon ? Comment gérer les trois heures de coiffage quotidien de ses mèches sauvâââââches ? C’est fini, au bout d’un moment tu craques : tu lui tonds le crâne en hurlant comme une damnée.

"Annelise, je suis dur de partout" "- Grand fou va"

Finalement, vivre dans un film de Christophe Honoré, ce n’est pas évident tous les jours, et tu comprends vite les limites de la chose : le reste du monde finit par te prendre pour une déglingo. Allez, c’est pas grave : c’est ça, de vivre pour l’art.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Bunnysen
    Bunnysen, Le 8 septembre 2011 à 19h03

    Navajo;2534412
    J'ai dû le dire quinze fois ici, mais Louis Garrel est atroce en vrai. Il a des boutons, la peau grasse, il porte des joggings et des bonnets Quechua. Il est même un peu bête d'ailleurs (il m'a parlé de la mort de son hamster en la comparant à la mort de Dieu selon Nietzsche.)
    Sinon je n'aime pas trop Christophe Honoré donc l'article m'a fait gentiment sourire.
    Tu as cassé un mythe.
    Je m'en vais me pendre, adieu.

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)