5 pertes monumentales de temps et d’énergie

Par  |  | 10 Commentaires

Pavé dans la mare : dans la vie, il y a des choses inutiles. Sophie vous en liste cinq, dont elle aimerait se débarrasser.

5 pertes monumentales de temps et d’énergie

Dans la vie, y a deux catégories de trucs : ceux qui servent à quelque chose et ceux qui servent à rien. Après, tout ceci est quand même pas mal relatif.

Les choses inutiles des uns sont peut-être les indispensables des autres, QUI SAIT.

Alors, en bonne journaliste, j’ai décidé de tenter un maximum de rester au plus proche de la réalité, en prenant en compte des critères pour le moins sérieux (c’est faux, je suis aucunement journaliste, mais ça me fait marrer de vous imaginer vous attendre à une enquête poussée après cette intro).

Regretter le repas gras qu’on a mangé

Ça, non seulement c’est inutile, mais en plus c’est chiant parce que ça gâche le plaisir puissance 1000.

Regretter un truc fat qu’on vient d’ingurgiter, au final, c’est un peu comme si t’avais demandé à un inconnu de cracher devant avant de le manger : ça retire rien à la saveur, mais ça rend l’expérience quand même moins sympathique.

À lire aussi : Mes « comfort food » favorites pour les soirs de tristesse

J’ai été, longtemps, la pro pour me morfondre systématiquement après avoir mangé un truc gras. Parce que j’allais grossir, parce que je trouvais déjà que je ressemblais à un tas, parce qu’à quoi bon avoir avalé des légumes avant-hier si c’est pour m’empiffrer avec un burger aujourd’hui.

J’ai été, longtemps, la pro pour me morfondre systématiquement après avoir mangé un truc gras.

Bon, bah laisse-moi te dire que c’était bien nul, bien con et que ça servait à rien parce que ça créait de la frustration. Et cette frustration me donnait envie de manger plus encore (par mécanisme de compensation).

Maintenant, quand je mange un truc gras, je l’apprécie, de bout en bout. Avant, pendant, après. Parce que si j’en ai eu tellement envie, c’est que peut-être que mon corps ou mon cerveau le désirait très fort.


À lire aussi : Le foodporn et moi, de l’amour à la haine

Et de ce fait, j’ai moins souvent envie de m’adonner à ce genre de plaisirs gustatifs (entendons-nous : au moins une fois tous les deux jours. T’as cru que je m’appelais SoFit Riche ou comment ça se passe ?).

Ça me fait du bien, ça m’aide à manger équilibré le reste du temps et ça me donne plein de joie pour chanter la vie.

À lire aussi : Comment j’ai trouvé mon équilibre alimentaire

La languette sous le truc de Flamby

Bah ouais désolée de te le dire hein mais je suis sûre que c’est un gadget et qu’on pourrait faire sortir le dessert autrement.

Ou juste qu’on pourrait le manger sans le sortir et arrêter de s’imposer de la vaisselle en plus, bon sang.

Culpabiliser ne sert à rien

Je le martèlerai jusqu’à ma mort : culpabiliser, ça sert à rien. Quand on a fait une connerie, bah on a fait une connerie. Ce qui est fait est fait et y a pas moyen de revenir en arrière. Mieux vaut s’excuser si besoin et se poser pour comprendre pourquoi on a déconné et comment on peut arranger ça.

À lire aussi : Comment s’excuser après des propos discriminatoires ?

Faut savoir aussi qu’il y a plusieurs types de culpabilité : celle qui implique autrui et celle qui n’implique que nous. Les deux sont hyper importantes et ça sert à rien de les ignorer. Mais on les gère pas de la même manière.

Pour une culpabilité vis-à-vis d’autrui, faut réussir à démêler les erreurs qu’on a vraiment faites et le cadre dans lequel on les a faites : pourquoi est-ce que c’est arrivé, est-ce qu’un élément extérieur a provoqué l’acte ?

Je le martèlerai jusqu’à ma mort, ça, mais vraiment, culpabiliser ça sert à rien.

Et savoir s’excuser et se remettre en question sans culpabiliser (a.k.a se torturer), globalement, c’est top.

Dans le cadre de la culpabilité de soi à soi, c’est différent. Il faut savoir trouver un équilibre entre l’indulgence envers soi-même (qu’on a tendance à oublier) sans se laisser aller.

J’y pense beaucoup en ce moment, parce qu’entre ma situation personnelle, mon déménagement et un gros coup de fatigue, je travaille toujours quotidiennement mais avec moins de productivité et d’entrain. Et c’est pas toujours évident de savoir se motiver sans s’épuiser.

L’équilibre à trouver, il est chaud : faut se rappeler qu’on ne peut pas toujours être d’humeur et de productivité égales. Que c’est pas grave : c’est juste humain. Mais faut quand même pas se laisser plonger parce que faudrait voir à pas déconner.

Les Beauty Blenders

En vrai ça sert à quelque chose, mais comme je sais pas comment ça fonctionne, ça me vexe tous les jours. Mon Beauty Blender à moi symbolise, chaque matin, posé devant ma glace, l’échec cuisant qu’est ma vie.

Alors v’là, du coup c’est mon article et j’ai décidé que ça servait à rien. Faut pas m’emmerder.

Trop vivre dans le passé

Nan mais c’est vrai quoi. Bon, c’est peut-être fort de café de dire que ça sert à rien, mais disons que c’est une tendance que j’ai toujours eu, comme plein de gens, et dont j’essaie de me débarrasser autant que possible (et ça marche plutôt bien).

Je comprends que ce soit difficile, de pas s’ennuyer des bons moments du passé, de pas être nostalgique à outrance des joies d’avant, et de pas morfler en repensant aux peines de l’époque.

Il se trouve qu’aussi dur que cela puisse être, chaque épreuve difficile du passé a fini par me faire avancer, et chaque très beau moment d’avant, dont je ne renie aucunement la force et l’impact, ne m’a jamais empêché d’en vivre tout un tas d’autres par la suite.

Le bonheur, c’est pas comme l’exposition au soleil, y a pas un moment où t’y as plus droit sinon c’est mauvais pour ta santé.

Le bonheur, c’est pas comme l’exposition au soleil, y a pas un moment où t’y as plus droit sinon c’est mauvais pour ta santé.

Par contre, faut accepter qu’il puisse venir. Faut pas le bouder en restant trop nostalgique du bonheur d’hier. Voyez ce que je veux dire ?

Bon eh, pis t’inquiète si c’est pas facile facile hein : y a quelques jours j’ai chialé en me faisant des aubergines au four, parce que la dernière fois que j’en ai fait j’étais encore avec mon ex. Eh, oh, on n’est qu’humains hein.

Humain, j’vous dis.

À lire aussi : Comment (et pourquoi) j’ai arrêté de me complaire dans la nostalgie

7 surprises culinaires personnalisées par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Sophie Riche

Sophie Riche est membre de la rédac depuis 2011, époque à laquelle elle officiait sous le pseudonyme Sophie-Pierre Pernaut. Elle aime manger du fromage et l'humour un peu gras.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • MissDodo
    MissDodo, Le 24 août 2017 à 13h16

    @TennanTen
    Je me dis exactement la même chose et puis le soir je mange tout pareil!

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!