Le Planning Familial américain est à nouveau en danger, et de nombreuses stars se mobilisent

Par  |  | 1 Commentaire

L'administration Donald Trump s'en prend une fois de plus au Planning Familial. De nombreuses stars prennent la parole et appellent les Américain•es à faire de même pour le soutenir.

Le Planning Familial américain est à nouveau en danger, et de nombreuses stars se mobilisent

Donald Trump avait promis durant sa campagne de suspendre le financement du Planning Familial.

Il a déjà porté plusieurs coups à l’organisation, notamment en autorisant les États fédérés à retirer les financements issus du programme public Title X aux centres de santé au prétexte qu’ils pratiquent l’avortement — et ce même si ces fonds publics ne sont pas utilisés pour financer les IVG.

À lire aussi : État des lieux du droit à l’avortement sous Trump

Une nouvelle attaque de l’administration Trump sur le Planning Familial

En parallèle, l’administration Trump travaille depuis un moment déjà sur un texte qui modifierait le système d’assurance santé américain Medicaid.

Une nouvelle version de ce texte devrait être présentée au Sénat sous peu, et parmi ses dispositions, une mesure vise de nouveau le Planning Familial comme le rapporte le Washington Post.

En effet, les fonds dont l’organisation bénéficie de la part de Medicaid pourraient être suspendus pour un an.

De nombreuses stars se mobilisent en faveur du Planning Familial

C’est en réaction à ces attaques récurrentes et plus particulièrement à la dernière que de nombreuses stars américaines ont décidé de prendre la parole, afin d’afficher leur soutien au Planning Familial.

Dans une vidéo relayée par Now This, Jennifer Lawrence, Amy Poehler, Gloria Steinem, Judd Apatow, Lena Dunham, Phoebe Robinson, Elisabeth Moss et bien d’autres appellent les Américain•es à faire entendre leur voix.

Toutes ces personnalités encouragent chacun•e à contacter son sénateur ou sa sénatrice afin de lui demander de voter contre tout texte qui porterait atteinte au Planning Familial.

Appeler son sénateur à soutenir le Planning Familial

Dans ce but, le mouvement #IStandWithPP (« je soutiens le Planning Familial ») a mis en place un site Internet où il suffit de s’inscrire, pour être recontacté•e et mis•e en ligne directe avec le bureau de son sénateur ou de sa sénatrice.

Il est même indiqué très précisément quel discours les citoyen•nes peuvent tenir pour faire passer le message :

« Bonjour, je suis Kate Walsh et je vis à New York, j’appelle pour demander à mon sénateur de voter contre tout texte qui viserait à couper les financements du Planning Familial. »

Un peu symboliquement, Elizabeth Moss — qui joue notamment l’héroïne de la série dystopique féministe The Handmaid’s Tale — ouvre l’argumentaire qui vise à expliquer pourquoi il est important d’appeler :

« Ce texte est un assaut de plus sur les droits reproductifs et sexuels des femmes, une manière supplémentaire de priver de soins et d’assurance santé les personnes qui en ont le plus besoin.

Le droit de disposer librement de notre corps est le plus basique des droits humains.

Si le Congrès coupe les financements du Planning Familial, des millions de gens n’auront plus accès à la contraception, au dépistage de cancers et autres soins fondamentaux. Beaucoup d’entre eux n’auront nulle part d’autre où aller pour avoir accès à ces soins.

J’attends de mon sénateur qu’il fasse ce qui est juste, qu’il défende les patients du Planning Familial : localement et à travers tout le pays, ces gens comptent sur les centres de santé du Planning Familial.

Je soutiens le Planning Familial, parce qu’il me soutient.

J’attends de mon sénateur qu’il vote contre tout texte qui viserait à couper les financements du Planning Familial. Sinon, vous êtes un gros débile. »

Quel impact aurait la disparition du Planning Familial ?

La démarche est cruciale dans la mesure où cette loi pourrait porter atteinte aux droits reproductifs et sexuels de nombreux•ses Américain•es.

Le Guttmacher Institute explique qu’encore une fois, ce seront les femmes les plus pauvres, souvent d’origine étrangère, qui risquent de voir leur accès aux soins restreint.

Tout ça pour réduire le nombre d’avortement ? Pourtant, comme l’institut le rappelle, sans le Planning Familial il y aurait 15% de grossesses non désirées supplémentaires, ainsi que 15% d’avortements en plus.

À lire aussi : Comment le Texas restreint le droit à l’avortement en deux lois


Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Padawan en relations internationales, son passe-temps favori consiste à scruter l'actualité, une tasse de thé rooibos à la main.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Freehug
    Freehug, Le 26 juin 2017 à 16h41

    C'est vrai qu'elles peuvent compter que sur le planning aux USA... Déjà qu'en France c'est pas simple (alerte euphémisme). Franchement, bon courage aux états-uniennes, parce que ça va pas être simple de se taper Trump pendant quatre ans. Sans mauvais jeu de mots.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!