Live now
Live now
Masquer
jennifer-lawrence-strip-club-reponse
Culture

Jennifer Lawrence refuse superbement de se laisser humilier par les tabloïds

Jennifer Lawrence est allée dans un club de strip-tease, a un peu bu, et s’est essayée à la pole dance. Et elle n’en a absolument pas honte.

Je suis régulièrement surprise par la violence des articles dans les tabloïds. Entre les jugements sur l’apparence des stars, les injonctions à foison et la moquerie crasse, c’est le royaume de la mesquinerie…

L’exemple du jour ne déroge malheureusement pas à la règle.

Un tabloïd se moque du passage de Jennifer Lawrence dans un strip-club

Jennifer Lawrence, de passage en Autriche pour tourner un film d’espionnage, est allée s’amuser avec des amis dans un club de strip-tease à Vienne.

Quelqu’un l’a filmée à son insu, et le tabloïd Radar Online a mis la vidéo en ligne, avec un article bien salé pour l’accompagner. Échantillon de l’ambiance avec ce titre.

j-law-tabloid

« JLaw se lâche ! Elle joue la comédie sur une barre de strip-tease ET ON A LA VIDÉO !

L’actrice oscarisée enlève le haut, se frotte à un beau mâle, et se met des fessées à elle-même ! »

Ce journalisme de grande qualité ne s’arrête pas là.

« Probablement la performance que Jennifer Lawrence aurait voulu ne JAMAIS révéler au monde ! […]

La chouchou de l’Amérique se lâche comme une go-go danseuse bon marché dans un club de strip-tease trash en Europe : elle danse sur une barre, se fesse avec des billets et BIEN plus encore ! […]

À un moment de la soirée, elle a perdu son haut, donc elle ne portait qu’un soutien-gorge et dansait de façon encore plus scandaleuse ! »

J’aime bien le fait que l’article commence par le fait que Jennifer Lawrence n’a pas voulu montrer cette scène au monde entier. Bah oui, parce qu’elle était FILMÉE À SON INSU, connard. Y a pas de quoi se vanter.

Rappelons que l’actrice a déjà vu sa vie privée exposée au grand jour quand des photos privées d’elle, la montrant dans un cadre sexuel

, avaient été mises en ligne sans son accord.

À lire aussi : Pourquoi il ne faut pas partager les photos volées de Jennifer Lawrence & co.

Jennifer Lawrence répond aux haters de la presse people

C’est sur Facebook que Jennifer Lawrence a répondu à cet article dégoulinant de haine.

« Écoutez,

Personne ne veut que l’Internet lui rappelle qu’une fois, il/elle a essayé de danser sur une barre de strip-tease. C’était l’anniversaire d’un•e de mes meilleur•es ami•es, et j’ai baissé mon curseur de parano pendant une seconde pour m’amuser.

Je ne m’excuserai pas, je me suis ÉCLATÉE cette nuit-là.

P.S. : C’est pas un soutien-gorge, c’est un haut Alexander Wang, et sans mentir je trouve que je danse plutôt bien, même sans abdos. »

ALLEZ BYE.

Laissons les stars être des humain•es comme les autres

C’est quand même fou, non, la haine qui transpire de cet article ? Tout ça parce que Jennifer Lawrence est connue et très présente dans les médias — et parce qu’elle est une femme qui a joué de sa sensualité en soirée.

Tu m’étonnes que certaines stars ont la réputation d’être désagréable après… si on me traitait comme ça à chaque fois que je force sur les pintes en soirée, moi aussi je sortirais les crocs.

À lire aussi : Les stars ont-elles le droit de refuser des selfies à des inconnus ?

On sort de l’aspect un peu « langue de vipère » de la presse people : ici, on a pour moi une violation de la vie privée de Jennifer Lawrence, et je refuse personnellement de cautionner ce genre de pratique. C’est pour ça qu’il n’y a pas de lien vers l’article ou la vidéo : je ne veux pas donner de la visibilité au tabloïd en question.

Je pense qu’il est important de laisser les célébrités être ce qu’elles sont, à savoir des humain•es, et de les traiter comme telles.

Et j’irai au cinéma voir les films avec Jennifer Lawrence, qui sont quand même souvent fort chouettes, tiens, comme Mother!, le prochain Aronofsky !

À lire aussi : Comment réagir quand on croise une célébrité ?


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

19
Avatar de Hannah-Scarlett
22 mai 2017 à 14h05
Hannah-Scarlett
Je suis la seule à doublement la kiffer encore plus? Déjà parce que 1) elle s'éclate comme elle veut sans en avoir rien à faire et 2) elle se fout de la gueule des tabloïds et assume d'être une personne normale? Vive J-Law <3
https://media.giphy.com/media/3o7btXJrqLo5bbtQDm/giphy.gif
1
Voir les 19 commentaires

Plus de contenus Culture

Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

La pop culture s'écrit au féminin