3 sources de stress dont j’ai réussi à me débarrasser

Par  |  | 6 Commentaires

La vie, c'est déjà pas mal stressant. Et pourtant, on s'en rajoute allègrement trois couches. Sophie a décidé d'éradiquer quelques petits trucs qui la rendaient nerveuse et qui ne servent, en plus, à rien du tout.

3 sources de stress dont j’ai réussi à me débarrasser

Y a un moment, je sais pas trop comment, je sais pas trop pourquoi, j’ai arrêté de vouloir perdre mon temps à me faire du mal.

Comme je l’ai déjà raconté, j’ai décidé de reprendre ma vie en main et de chercher toutes les sources de stress que je pouvais éradiquer de mon quotidien.

À lire aussi : 5 problèmes dont j’ai réussi à me détacher pour être plus sereine

Parce que j’veux dire, la vie c’est super, mais c’est un peu pesant quand même. Alors pourquoi, ai-je fini par me dire il y a un peu plus d’un an, en proie à des crises d’angoisse presque tout le temps, est-ce que je rajouterais du stress au stress ?

J’ai décidé de reprendre ma vie en main.

N’existe-t-il pas quelques sources de stress qui pourraient être évitées, voire définitivement supprimées de ma vie, histoire de pas en rajouter douze couches ?

taraji-p-henson
La curiosité de Taraji P. Henson est piquée (ouais on est copines) (elle le sait pas c’est tout).

Source de stress n°1 : lire, voir, donner de l’attention à ce que je déteste

J’ai activement pratiqué le hate-reading ou hate-watching. Frénétiquement. Dans mes recommandations YouTube, je cliquais presque plus rapidement sur les vidéos que j’allais détester que sur celles de mes youtubeur•ses préféré•es.

À lire aussi : Rihanna, Liz Jones et la pratique du hate-reading

Je cliquais sur les articles de médias très conservateurs, très à droite, qui donnaient leur avis (un avis à mes yeux aussi éclairé qu’une lampe sans piles) sur les droits des femmes, l’écologie ou l’immigration.

Je savais que je détesterais probablement ce que j’allais voir ou lire, mais peu importe. On pourrait croire que ça n’a aucun sens, mais je crois que ça vient du fait qu’un agacement très fort, entre les palpitations, les yeux qui voient rouge sang menstruel et l’adrénaline, ça fait se sentir super vivant•e.

Je savais que je détesterais probablement ce que j’allais voir ou lire, mais peu importe.

Ça peut donc donner envie. Sauf que ressentir des émotions très fortes, je suis pour, mais des sentiments aussi négatifs, bonjour l’angoisse. Ça me faisait me sentir mal et clairement je perdais un temps dingue.

Je perdais un temps dingue à lire et regarder ces contenus, évidemment, mais pas que. Cette émotion forte prenait tellement de place que j’en perdais toute productivité.

J’avais envie de le faire lire ou voir à plein de gens et de débattre avec eux, MAIS SEULEMENT S’ILS ÉTAIENT DU MÊME AVIS QUE MOI, et c’était bien trop chronophage.

Donc j’ai arrêté. Tout simplement. C’est parfois tentant de cliquer sur un contenu parce que je sais que je vais pas aimer, mais je me demande si ça m’apportera au final plus de positif que de négatif. La réponse est bien souvent non.

Alors je clique pas. Et ça va vachement mieux.

pitch-perfectIllustration de gens qui ont un rapport sain à ce qu’ils regardent sur l’écran (je le sais parce qu’ils ont l’air contents).

Source de stress n°2 : suivre l’actualité de trop près

Avant, j’étais rédactrice Web au quotidien. Je devais donc suivre l’actualité constamment. Ça me plaisait beaucoup.

Bien sûr, tout ne me convenait pas, parce que le monde est sacrément mal fichu et la société correspond tellement peu à l’idéal que j’ai en tête que j’en fais des bulles de bave. Mais globalement, ça allait.

Sauf qu’entre-temps j’ai arrêté la profession et BIEN HEUREUSEMENT, parce que bordel de merde, c’est complètement parti en steak cette histoire.

Les infos me font peur. Viscéralement. Ça me fait faire trois tours dans le slip, de rage, de frustration, d’angoisse.

À lire aussi : Pourquoi les chaînes d’info en continu sont-elles anxiogènes ?

Les infos me font peur. Ça me fait faire trois tours dans le slip, de rage, de frustration, d’angoisse.

Les infos me rendent dingue. Et puisque je n’ai plus à me renseigner pour mon travail, pourquoi continuer à m’infliger ça sur le même rythme ?

L’actualité me rend tsouintsouin, alors je lève le pied. Je m’y concentre et m’y attarde un peu, le matin et le soir, pour ne pas perdre le lien avec la vie, mais j’ai retiré les 45 sources de notifications que je recevais sur mon téléphone et mes nerfs m’en remercient.

lizzie-mcguire
Moi quand je suis les infos en buvant du Sprite.

Source de stress n°3 : stalker les gens qui m’ont fait du mal

Avant, régulièrement, je faisais le tour des profils Facebook, Instagram et Twitter des gens qui m’avaient mis un râteau, larguée, insultée, qui s’étaient foutus de ma gueule, qui m’avaient fait complexer, qui avaient menacé de me frapper ou commenté mes posts sur Skyblog pour dire que j’étais cheum.

À lire aussi : Je suis la pro du stalking… et parfois je me fais peur — Témoignage

Perte de temps suprême que celle-ci. Dans tous les cas de figure, ça me déprimait.

S’ils avaient l’air heureux, ça me rendait ronchon genre « ouin ils ont l’air plus heureux que moi alors qu’ils ont été si méchants avec moi c’est injuste ».

Dans le cas contraire, je me sentais soudain mal : qui j’étais pour souhaiter que des humains soient moins jouasses que moi ? Est-ce que j’avais vraiment envie d’être ce genre de personnes ?

Qui j’étais pour souhaiter que des humains soient moins jouasses que moi ?

Ça fait pas mal de temps que je le fais plus. En fait, depuis que je suis heureuse et mieux dans ma peau, c’est fini. J’ai plus aucun intérêt à vouloir savoir ce que deviennent des gens qui sont sortis de ma vie depuis la Saint-Glinglin.

Parce que j’m’en fous. Ça m’a pris du temps mais maintenant qu’est-ce que j’m’en fous.

the-newroom
Moi quand je stalke via téléphone à fil (j’sais pas, peut-être ça existe).

Autres sources de stress à bannir

J’ai déjà fait des efforts, mais j’ai pas fini (j’pense que je finirai jamais en vrai, mais eh c’est ça la vie, l’aventure). Voilà mes prochaines sources de stress à bannir :

  • Acheter des vêtements que je n’oserai porter que quand j’aurai perdu quelques kilos, parce que peut-être que je les perdrai jamais et, si c’est le cas, c’est pas grave ! Autant cesser de dépenser de l’argent pour un bout de chiffon qui me rappelle, dès que j’ouvre mon armoire, que je n’ai pas perdu de poids.
  • Essayer de comprendre la méchanceté gratuite.
  • Être autant accrochée à mon téléphone les jours off.
  • Me coucher tard tout le temps.
  • Aller faire les courses aux heures de pointe.
  • Ne pas voir assez mes ami•es.
  • Imaginer les situations avant qu’elles ne se soient passées, soit en les idéalisant soit en les dramatisant.

Allez, à ton tour : c’est quoi tes prochaines sources de stress à envoyer péter ?

À lire aussi : Comment être moins stressée au boulot ? – Fannyfique

Sophie Riche

Sophie Riche est membre de la rédac depuis 2011, époque à laquelle elle officiait sous le pseudonyme Sophie-Pierre Pernaut. Elle aime manger du fromage et l'humour un peu gras.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (6) Facebook ()
  • LoveSalander
    LoveSalander, Le 13 février 2017 à 15h53

    Cet article me parle tellement ! Je me reconnais surtout dans la partie vidéos Youtube / commentaires à la con. J'en avais d'ailleurs parlé dans une section du forum. En général c'est pas les vidéos susceptibles de me déplaire que je regarde mais les commentaires sous les vidéos. Et c'est une très mauvaise idée de manière générale et ça l'est encore plus quand c'est une vidéo qui parle féminisme. Je sais que je ne devrais pas les lire mais j'aime bien avoir les avis d'autres personnes, parce qu'avoir des avis différents c'est intéressant, à condition qu'il y ait une argumentations.
    Mais en général dans les vidéos youtube y a souvent pas d'argumentation et en fait c'est rempli de troll. Même en sachant ça, c'est quand même lourd à lire et vous vous dites que le monde est rempli de :caca:
    J'essaye de me faire violence pour perdre cette habitude de lire les commentaires parce que comme le dit l'article c'est une perte de temps et ça énerve.
    Lire l'actualité me faisait pratiquement le même effet, du coup je ne lis plus les journaux. En fait c'était même pire que lire les journaux parce que j'avais des applications sur mon téléphone, et là ou le journal papier a ses limites et ben l'application n'en a pas et les nouvelles s'actualisent sans fin.
    Après y a actualité et actualité, j'entends par là les informations qu'on nous donnent au niveau politique/sociologique/économique etc. dans le monde. Et les faits divers à la con, genre Machin à découpé Machin avec une hache pour agrémenter son pot-au-feu.:lol: A part te faire perdre foi en l'humanité et aussi d'avoir peur de tes voisins ça sert juste à rien du tout. Maintenant je me tiens un minimum au courant de l'actualité importante, en me faisant mon propre avis dessus et voilà. Je suis quand même assez contente d'avoir lâché les journaux. Plus qu'à arrêter les commentaires Youtube et autre !:lunette:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!