Sortie ciné du 3 Février 2010 : Brothers, de Jim Sheridan

Attention, trio gagnant : la belle Natalie Portman donne la réplique à Jake Gyllenhaal et Tobey Maguire dans Brothers, un drame familial signé Jim Sheridan. En salles le 3 février prochain. Des Marines, des Afghans et des patineurs sur glace (amateurs) Fils cadet et mouton noir de la famille Cahill, Tommy sort de prison et est […]

Sortie ciné du 3 Février 2010 : Brothers, de Jim Sheridan

Attention, trio gagnant : la belle Natalie Portman donne la réplique à Jake Gyllenhaal et Tobey Maguire dans Brothers, un drame familial signé Jim Sheridan. En salles le 3 février prochain.

Des Marines, des Afghans et des patineurs sur glace (amateurs)

Fils cadet et mouton noir de la famille Cahill, Tommy sort de prison et est accueilli par Sam, son frère aîné, un courageux US Marine déployé quelques jours plus tard en Afghanistan. Il laisse derrière lui sa femme, Grace, et leurs deux petites filles, Isabelle et Maggie.
Lorsque Sam est porté disparu et présumé mort, Tommy saisit l’occasion de faire enfin quelque chose de bien de sa vie et décide de prendre soin de ses nièces et de Grace.
Au fil des semaines de deuil, une nouvelle famille se forme et le bonheur semble renaître. Ce qu’ils ignorent, c’est que Sam est en réalité retenu captif dans le désert afghan…

Mon frère, ce héros

Remake du film danois Brødre, couronné par le Prix du Public du festival de Sundance en 2005, Brothers est un drame familial servi par une belle distribution.
Tobey Maguire a pour l’occasion quitté son costume de Spiderman pour enfiler celui d’un US Marine qui sombre doucement dans la folie et la parano à son retour du front. Terriblement dérangeant, l’acteur a été nommé aux Golden Globes pour son rôle, sûrement l’un de ses meilleurs (tout du moins le plus charismatique).
A ses côtés, Jake Gyllenhaal incarne un frère sur le chemin de la rédemption, un paumé d’abord plein de rage puis qui s’adoucit et trouve paradoxalement une paix intérieure à la disparition de son aîné. Une belle prestation pour le Prince of Persia.

Dis, y'avait des poneys là-bas ?

Dis, y'avait des poneys là-bas ? (crédit Allociné)

Entre les deux (ou presque), Natalie Portman, dans son tout premier rôle de mère. Et quelle mère ! Pilier d’une famille détruite qui s’efforce de garder la tête hors de l’eau pour protéger ses enfants. Toujours aussi juste et fragile, l’actrice joue encore une fois sans aucune fausse note et rajoute à sa filmographie un rôle puissant et douloureux. On l’a-do-re.
A noter la révélation féminine du film : la jeune Bailee Madison, dans la peau de la fille de Sam et de Grace, pour qui le retour du père autrefois chéri semble être une véritable épreuve. Faut dire, Tonton Tommy est quand même vachement plus cool (lui non plus n’aime pas les petits pois !).

« I’m drowning, Tommy. »

Le sujet, l’effritement d’une famille suite à la disparition du « fils prodige » au combat, est déchirant. Rien d’original me direz-vous, mais le film a le mérite de ne pas sombrer dans le simple triangle amoureux et encore moins dans le pathétique (fans de Pearl Harbor, s’abstenir). Pas de longues scènes de jérémiades, de pleurs… Brothers est une histoire où les personnages sont à fleur de peau. Ils se retiennent, refoulent leurs sentiments, tentent de guérir leurs blessures dans le silence. Bref, de l’émotion, pas d’artifices ! Jim Sheridan filme ses acteurs tout en finesse, avec beaucoup de gros plans et un jeu de regards omniprésent afin de capter les sentiments des personnages. On regrettera malheureusement que leur psychologie et les relations complexes qu’ils entretiennent ne soient pas plus creusées. Un arrière-goût de « Je me foule pas trop et je m’arrête en chemin ». Bah oui mais non, c’est frustrant !

Chéri, tu as les coudes secs !

Chéri, tu as les coudes secs ! (crédit Allociné)

Toujours est-il que Brothers est un beau film sur l’Amérique en deuil. Une Amérique qui pleure encore une fois (same player shoots again) ses soldats : les morts comme ceux qui reviennent et qui doivent vivre avec leurs blessures physiques mais surtout psychologiques. Sam, autrefois fort et valeureux (le héros par excellence, This is America, merde !) revient du front comme prisonnier de son expérience au combat, dépourvu de son innocence et de sa joie de vivre du début du film. A l’inverse, Tommy, l’ancien tolard, a pu lui s’épanouir au contact de Grace (tu m’étonnes) et de la jolie petite famille. La question que le film pose, jusqu’à la dernière seconde, est celle de la reconstruction de ces hommes moralement morts : comment continuer de vivre après avoir été confronté à un tel conflit ? Une question de nouveau au cœur des débats aux Etats-Unis : le taux de suicide des soldats de retour de mission ne cesse d’augmenter depuis 2008…

« How do I go on living ? »

Bref, Brothers est un film sur les sentiments cachés et la colère refoulée d’une famille américaine victime de la guerre ; tout du moins jusqu’aux dernières minutes, où le trio d’exception finit par exploser et où la tension, palpable depuis le retour de Sam, redescend doucement pour laisser place à l’espoir. Un drame humain, émouvant et juste, avec un casting irréprochable.

>> Brothers, de Jim Sheridan, sortie en France le 03 Février 2010.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Kiwi-wiki
    Kiwi-wiki, Le 3 février 2010 à 20h56

    Je pense sérieusment le voir ce week end! Il a l'air vraiment bien.

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)