Quinze ans après « Fils de France », Saez lutte toujours contre le FN avec « Premier mai »

Par  |  | 3 Commentaires

Saez sort à nouveau une chanson en écho à l'actualité politique. Premier mai, son nouveau titre, résonne comme un espoir en berne.

Quinze ans après « Fils de France », Saez lutte toujours contre le FN avec « Premier mai »

Face à la présence de Jean-Marie Le Pen au 2ème tour de l’élection présidentielle, le 21 avril 2002, Saez écrit, compose et joue une chanson. Fils de France deviendra le tube engagé de toute une génération.

J’avais 16 ans, je séchais les cours pour crier « Non au F-Haine » dans les rues de ma commune de moins de 30 000 habitant•es, dans la campagne lorraine. Et je gueulais « Nous sommes, nous sommes la nation des droits de l’homme » en choeur avec les manifestant•es.

Saez, c’était pour moi la voix d’une révolte qui ne demandait qu’à s’exprimer, une jeunesse qui cherche à se faire entendre face au vote des vieux, en gros.

À lire aussi : Les jeunes ploucs parlent aux vieux cons (de L’Express)

Premier mai, quinze ans après Fils de France

Entre temps, le chanteur aura poursuivi sa carrière.

Quinze ans se sont écoulés depuis Fils de France, et voilà que Saez sort un nouveau titre en réaction à l’élection présidentielle, où le Front National est à nouveau présent au second tour, sans que cette qualification n’ait suscité un émoi particulier.

La terrible habitude de la montée de la haine et de la peur de l’autre, sans doute.

Premier mai, un espoir en berne ?

Ce qui m’a frappée à l’écoute de Premier mai, c’est que je n’y retrouve pas du tout la hargne de Fils de France. Là où je sentais dans ce dernier une vraie énergie de révolte, le nouveau titre de Saez m’inspire plutôt la résignation.

Même si le refrain insiste que « Nous serons la lutte », c’est sur un ton très doux, très lent, comme une souffrance qu’on s’inflige. Loin de la force rebelle « pour un idéal, pour une utopie » qu’on chantait en 2002…

À lire aussi : Le désamour politique de la jeunesse, selon Alison Wheeler

Mais finalement, cet apaisement dans le rythme m’inspire plutôt une lame de fond.

Saez chante « nous serons la lutte » en-dehors d’un système électoral décevant, et de ce point de vue, je retrouve également ma conception de l’engagement citoyen, qui ne saurait se limiter à glisser une enveloppe dans l’urne, une fois tous les 5 ans.

À lire aussi : Comment agir, à notre échelle, pour un monde meilleur ?

Pour moi, l’engagement politique est permanent.

C’est défendre les droits des femmes à chaque fois que j’en ai l’occasion, c’est adopter un mode de vie durable pour porter moi-même le modèle de société que je voudrais voir émerger, c’est prendre la parole à chaque fois que j’ai l’opportunité de défendre une cause qui me tient à coeur, etc.

C’est répliquer chaque jour l’engagement pro-égalité qui m’anime en ce ce Premier mai, en résumé. Et toi, tu l’as lu comment, ce nouveau titre anti-FN de Saez ?

À lire aussi : Ces chanteurs français qu’il est bien vu de détester (et pourquoi c’est un tort)

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (3) Facebook ()
  • Amanda0
    Amanda0, Le 2 mai 2017 à 21h37

    Ce commentaire vous est présenté par le pétage de plombs d'une stagiaire-journaliste qui doit rester objective:

    J'ai jamais compris pourquoi c'était bien vu de cracher sur Saez...perso "Fils de France" me donne la chair de poule à chaque fois... C'est tellement adapté pendant mon stage ou je suis censée faire de l'analyse politique aux Etats-Unis et où je regarde la France en mode "Le Pen à 40%".....on dit "Mais c'pas graaaaaave Macron va gagner à 60% m'voyez"....ya que moi que çà choque Le pen à 40%...les gens sont aussi posés que si c'était les Républicains au second tour. Je n'avais peut etre que 6 ans en 2002 mais je me souviens de ma mère les larmes aux yeux. Bordel entre les affaires Chatillon, les propos sur le Vel d'Hiv, les protestants et compagnie juste comment c'est possible?
    Bref j'ai peur de la France que je vais retrouver en rentrant...
    Des bisous sur vous, l'humanisme gagnera avec de l'amour <3 un jour

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!