S’aimer comme on est et vouloir s’améliorer, c’est incompatible ?

Le développement personnel t'incite à t'aimer telle que tu es... mais aussi à changer pour devenir une meilleure version de toi-même. Comment trouver un équilibre pour concilier les deux ?

S’aimer comme on est et vouloir s’améliorer, c’est incompatible ?

Bon, maintenant qu’on a un pays en paix, à bouffer et un toit, il s’agirait d’être heureux !

Le spleen ne ferait plus rêver les milléniolz en quête d’épanouissement.

S’épanouir, un nouveau mantra

Il faut s’accepter, vivre sa passion, prendre soin de soi, être positif, bienveillant, s’améliorer constamment… Bref, tirer le maximum de jus de joie de cette vie à durée déterminée.

Le développement personnel est tellement à la mode que certains et certaines parlent d’« injonction au bonheur ».

Du coup, j’ai pas bien compris… c’est quoi le plan ? Je deviens une meilleure personne ou je m’aime telle que je suis ?


Non parce que je veux bien être moi-même mais ça va être un sacré bordel 

S’améliorer ou s’accepter, telle est la question

Côté développement personnel, il est valorisé de toujours chercher à s’améliorer et devenir une meilleure version de soi-même : plus aimable, plus productive, plus détendue, plus passionnée, plus heureuse…

Côté acceptation de soi, nous sommes encouragées à être nous-mêmes, à s’aimer telles que l’on est et considérer que l’on est « assez ».

OK. Mais concrètement, comment accepter d’être une parfaite égoïste qui plante ses potes au dernier moment ET devenir une meilleure personne EN MÊME TEMPS ?

Faut-il choisir entre incarner son vrai moi ou changer pour tendre vers son moi idéal ?

La comédienne et fan de développement perso Anna Akana apporte des éléments de réponse en vidéo.

Comment Anna Akana a trouvé un équilibre

Sur sa chaine YouTube, Anna Akana a fait plus 400 vidéos dont la plupart expliquent comment devenir une meilleure version de soi-même.

Que ce soit à travers des astuces corporelles pour augmenter la confiance en soi ou en encourageant la vulnérabilité émotionnelle, la comédienne a toujours défendu l’idée que si tu peux faire mieux, tu devrais faire mieux.

Dans cette vidéo, Anna Akana raconte qu’elle a longtemps considéré l’acceptation de soi comme de la paresse ou de la complaisance, et que si elle n’évoluait pas, elle avait l’impression de stagner.

Mais elle explique que, si le développement personnel peut être un outil intéressant, il peut aussi être mal utilisé…

  • Si l’on vise des objectifs de perfection impossibles à atteindre
  • Si l’on se convainc qu’il y a fondamentalement un problème avec qui on est
  • Si l’on ne fait pas la distinction entre ce qu’on peut et ce qu’on ne peut pas contrôler

C’est ce dernier point qu’elle retient pour définir l’acceptation de soi : accepter ce qu’on ne peut contrôler, les défauts qui nous rendent uniques et être en paix avec l’endroit où l’on se trouve, à l’instant T, sur le chemin du développement personnel.

Une fois encore (oh surprise !)  la clé du problème se cache dans un équilibre délicat, une combinaison à toujours réajuster entre le changement et l’acceptation de soi.


Hopla 

Et toi, comment tu jongles entre t’aimer comme tu es et t’améliorer ? 

À lire aussi : Les internautes partagent les conseils qui ont changé leur vie

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Akarui
    Akarui, Le 11 octobre 2018 à 16h35

    Tout à fait d’accord avec @mailiseli, ça dépend de ce qu’on entend par « s’accepter comme on est ». Selon moi ça ne veut pas dire s’obstiner envers et contre tout, aveuglément, à dire « c’est la nature et voilà tant pis tu m’aimes ou tu me quittes », juste à ne pas être malheureuse.x ou en proie au désarroi, ou à la culpabilisation de n’être pas tout ce qu’on voudrait être et d’accepter ses limites pour vivre en paix avec soi-même...

    Quant à ladite injonction au bonheur, c’est que c'est un véritable marché - juteux à n’en pas douter au vu des quintaux de livres que je peux voir dans n’importe quel espace où se vendent des livres, à tous les blogs qui t’expliquent comment aller bien en te racontant leur vie, comment c’était nul avant et comment ça va bien mieux maintenant, et te proposant de t’inscrire à des programmes, pour avoir des livres gratis, des conseils “être comme ça/arrêter de ça/faire ça en 5 étapes” etc etc -, et qui, je trouve, individualise complètement tout ce qui peut être considéré comme négatif. Avec des solutions clefs en main. Comme si notre bonheur ne dépendait que de nous. J’ai l’impression que ça omet la souffrance sociale, le contexte socio-économique et politique, en nous mettant au centre de tout avec notre petite clef intérieure. Et le double-tranchant de cette façon de penser réside notamment dans le fait que si on est malheureux, ben...quelque part c’est un peu de notre faute. Pourtant - dans une certaine mesure bien entendu - les sentiments négatifs ont un bon côté. C’est très complexe tout ça ! Bref, j’ai surtout l’impression que la direction que ça prend est de se faire de l’argent sur les sentiments des gens, en individualisant toutes les réponses sans prendre en compte “the big picture”. De plus, c’est très difficile de “se rebeller” contre ça, car l’argument principal est “mais c’est pour votre bien que tout ça existe, pour que vous vous sentiez bien dans votre vie, donc ce n’est pas mal, donc où est le problème ?”...certes, et comment répondre à ça ? Comme une bienveillance oppressante....assez pernicieux, selon moi !

    Sinon je vois cette youtubeuse être l’objet de quelques articles madmoizelle depuis quelques temps. J’ai regardé quelques vidéos pour me faire une opinion, et...elle me met mal à l’aise haha. J’ai l’impression qu’elle cherche toujours à être dans la performance, c’en est stressant et fatigant à regarder ^^

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!