Quand Ségolène passe du rose au rouge

Dans une interview accordée ce week end au JDD, Ségolène Royal s’est clairement refusée à condamner les salariés licenciés qui séquestrent cadres ou patrons. Question du JDD: Quand vous avez vu des cadres de Caterpillar être retenus, vous avez eu de la sympathie pour eux? Réponse de Ségolène : Ce n’est pas agréable d’être retenu, […]

Quand Ségolène passe du rose au rouge

Dans une interview accordée ce week end au JDD, Ségolène Royal s’est clairement refusée à condamner les salariés licenciés qui séquestrent cadres ou patrons.

Question du JDD: Quand vous avez vu des cadres de Caterpillar être retenus, vous avez eu de la sympathie pour eux?

Réponse de Ségolène : Ce n’est pas agréable d’être retenu, et c’est illégal de priver quelqu’un de sa liberté de mouvement. Mais on ne les a ni brutalisés ni humiliés. Ceux qui sont fragilisés, piétinés et méprisés, ce sont les salariés à qui l’on ment, avant de les mettre à la porte. A Caterpillar, ils ont appris leur arrêt de mort sociale en lisant la presse ; et on s’étonnerait de leur réaction? Etonnons-nous plutôt de l’état du dialogue social dans notre pays!

Question du JDD : Selon vous, on est forcé de se révolter?

Réponse de Ségolène : Les salariés doivent forcer le barrage de l’injustice absolue: ce discours dominant qui demande aux salariés de subir, et de disparaître en se taisant, d’être licenciés sans faire d’histoire ni de bruit… Je pense le contraire: depuis qu’ils sont médiatisés, les salariés d’Heuliez progressent, on ne peut plus les dénigrer. Ce qu’on appelle la révolte, c’est une réaction contre la violence qui s’exerce contre les salariés et contre le pays.

Les dirigeants de l’UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, sont immédiatement montés en ligne pour dénoncer « des propos tout simplement inadmissibles » (Xavier Bertrand) , des propos qui visent à « surfer sur les angoisses des gens, dans l’espoir d’en tirer profit au plan politique et sans se soucier de contribuer ainsi à excuser l’inexcusable » (Frédéric Levebvre).

Cela fait bien longtemps qu’on n’avait vu se dessiner aussi clairement la ligne de fracture qui oppose valeurs de gauche et valeurs de droite dans le discours politique.

Qu’en penses-tu madmoiZelle ? D’accord ou pas d’accord avec Ségolène Royal ?

 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 24 avril 2009 à 19h03

    Pour ce qui est de Dakar, j'estime qu'elle a raison. Dire que ce n'est pas à elle de faire des excuses, je ne sais pas.. C'est une citoyenne française qui est, comme nous tous, représentée par Sarkozy à l'étranger vu que la fonction du Président est avant toute une fonction de représentation (normalement). Quand Sarkozy tient des propos d'un mépris et d'une grossièreté hallucinante ce n'est pas Monsieur Sarkozy qui insulte l'Afrique, c'est la France. Alors qu'en tant que française elle présente des excuses, je n'y vois rien d'étonnant ou de déplacé. On a élu un type qui méprise tout et tout le monde, qui insulte à tout va (du français lambda à tout un continent), qui ne respecte ni son gouvernement, ni ses citoyens, ni qui que ce soit.. Alors que de temps en temps quelqu'un présente des excuses et que le reste du monde (scandalisé par la grossièreté de notre président, rappelons-le) se souvienne qu'on n'a pas tous choisi d'être représentés par ce type, je ne vois pas le mal que ça peut faire. Enfin en soi, je m'en fiche qu'elle présente des excuses, j'ai juste du mal à comprendre pourquoi l'UMP lui tombe dessus au lieu de se confronter au vrai problème. Pour ce qui est de Zapatero, mon opinion sur les excuses de Royal est un peu plus nuancée, mais je trouve dommage que ça devienne le coeur de la polémique plutôt que l'attitude de Sarkozy.

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)