Dr Luke, accusé de viol par Kesha, veut accéder au dossier médical de la chanteuse

La chanteuse Kesha vient de perdre une bataille qui l'opposait à son ancien producteur accusé d'avoir abusé d'elle, la mobilisation continue avec le hashtag #FreedomForKesha.

Dr Luke, accusé de viol par Kesha, veut accéder au dossier médical de la chanteuse

Mise à jour du 13 mai 2016 — L’affaire Kesha continue et ça ne va pas en s’arrangeant. Il y a quelques semaines je me réjouissais de voir l’artiste enregistrer une chanson mais l’information du jour est moins chouette…

À lire aussi : Kesha a sorti une nouvelle chanson et c’est tout un symbole !

Page six nous raconte effectivement que son producteur, Dr Luke, a posé mardi un recours à la cour de Manhattan. Il demande d’accéder au dossier médical de la chanteuse pour prouver qu’il ne l’a pas violé. Le musicien annonce qu’elle a « sans aucune ambiguïté renoncé » au privilège de la relation thérapeute / patient en l’accusant d’avoir abusé d’elle et tenté de rompre leur contrat…

Une action qui, selon les avocats de la jeune femme, pourrait avoir des répercussions dans le traitement des victimes. Ils argumentent en disant que ce privilège est là pour protéger « une personne dans le plus profond de ses pensées et sentiments ».

L’affaire entre Kesha et Dr Luke n’est pas prête de s’arrêter.

Samedi dernier, la chanteuse reprenait à l’occasion du gala Rescue la chanson Til it’s happens to you de Lady Gaga. Une chanson qui parle de viol, pleine de sens.

À lire aussi : Lady Gaga sort « Til It Happens To You », un clip choc contre le viol dans les universités

Mise à jour du 4 avril 2016 — Le bras de fer entre Kesha et sa maison de disques n’est pas terminé, et se poursuit en coulisses, comme l’a signalé la chanteuse dans un post Instagram datant d’hier.

Alors. On m’a offert ma liberté SI j’acceptais de mentir. Il faudrait que je m’EXCUSE publiquement et que je dise que je n’ai jamais été violée. VOILÀ CE QUI SE PASSE en coulisses. Je ne reviendrai jamais sur la VÉRITÉ. Je préfère laisser la vérité détruire ma carrière plutôt que de mentir une seule fois pour un monstre.

Elle parle du contrat qui la lie à la maison de disques (et du coup à son producteur Dr Luke). Reste à savoir si cet élément aura des répercussions juridiques, pour donner une nouvelle chance à Kesha de rompre son contrat…

Mise à jour du 20 février 2016 — En dépit de la mobilisation en sa faveur, Kesha a perdu hier le procès qui l’opposait à son producteur Dr Luke, selon le Hollywood Reporter. Elle sera donc contractuellement obligée de travailler avec celui qu’elle accuse de viol, pour encore plusieurs albums. (3, 6 ou 9 selon des sources divergentes, même si le nombre qui circule le plus est 6.)

Afin d’appuyer son verdict, la juge new-yorkaise Shirley Kornreich a estimé qu’il était impossible de « demander au tribunal de dénoncer un contrat dûment négocié et typique de l’industrie musicale », et que son instinct était de prendre un jugement « raisonnable du point de vue commercial ». L’avocat de Sony a estimé :

« Notre intérêt est le succès de Kesha. Notre intérêt est le succès de Dr Luke ».

Autrement dit : qu’importent les accusations de Kesha à l’encontre de son ex-manager tant que cette collaboration rapporte de l’argent, ou comme l’explique si bien le webzine Jezebel « Ils savent ce qui est le mieux pour nous ». Autant dire que ce verdict signe sans doute la mort artistique de la chanteuse. La mobilisation continue avec  #FreedomForKesha.

Article initialement publié le 28 septembre 2015 — La chanteuse pop Kesha a accusé Dr. Luke (Lukasz Gottwald), son ancien producteur, de l’avoir violée et d’avoir abusé d’elle à répétition pendant leur collaboration, qui a tout de même duré dix ans. Elle assure qu’il lui a notamment plusieurs fois fait ingérer des substances afin d’abuser d’elle. Aujourd’hui, le hashtag #FreedomForKesha est devenu viral, retweeté par tous ses fans qui la soutiennent.

À lire aussi : Ke$ha, le Street Style

Depuis, Kesha se trouve dans l’impossibilité de continuer à faire de la musique ; elle a d’ailleurs dû arrêter depuis sa collaboration avec Pitbull en 2013 pour le titre Timber. Jusqu’à ce que les juges de New York rendent leur verdict, Kesha ne peut plus travailler avec quelque producteur que ce soit, puisqu’elle est toujours liée par contrat avec la maison de production Kemosabe, qui appartient au groupe Sony. Elle ne peut donc pas faire de nouveaux titres, ni partir en tournée.

Et plus le procès s’éternise, plus Kesha perd son public et sa réputation. Il est donc urgent pour elle que le problème soit résolu, car en attendant son avenir professionnel est dans l’impasse ! Aurait-elle mis sa carrière en danger simplement pour pouvoir se défaire de son contrat avec Dr. Luke, comme celui-ci le prétend ? Il est permis d’en douter, même s’il est important de respecter la présomption d’innocence. Kesha refuse de toute façon désormais de continuer à travailler avec son ancien producteur, arguant qu’elle « ne se sent pas en sécurité ».

Ce n’est pas la première fois que les fans de Kesha s’expriment pour prendre sa défense : en 2013, ils avaient lancé une pétition pour la sortir de son contrat avec Dr. Luke, en arguant qu’il la « contrôlait comme une marionnette ». Affaire à suivre…

À lire aussi : Agression sexuelle et dépôt de plainte : les conseils d’un policier

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 46 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Neverland90
    Neverland90, Le 15 mai 2016 à 16h23

    Sérieux ?! Le dossier médical ? Cette affaire est complètement WTF!!!

Lire l'intégralité des 46 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)