Chéris tes premières fois, ces chutes libres au seuil de l’inconnu #62jours

Par  |  | 174 Commentaires

L’ivresse des premières fois, c’est une sensation qu’on a tendance à oublier, pour ne retenir que la peur et le stress qui les précèdent parfois. Ou l’indifférence, lorsqu’elles nous semblent trop insignifiantes…

Chéris tes premières fois, ces chutes libres au seuil de l’inconnu #62jours
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Je voudrais pouvoir arrêter le temps

Je déteste la routine, et je crois que ce que je déteste le plus dans la routine, c’est sa capacité à éliminer les premières fois. Quand tu déroules chaque journée comme celle d’hier, tu oublies qu’il y a un milliard de possibilités en dehors du chemin que tu suis telle une zombie, ou un train lancé sur ses rails.

À lire aussi : L’inertie des habitudes #62jours

L’euphorie des premières fois : un saut dans l’inconnu

J’adore les premières fois, au moins autant que je déteste l’angoisse qu’elles me procurent parfois, lorsqu’elles me donnent l’impression de sauter dans le vide, d’avancer les yeux bandées.

Je dis « parfois », parce toutes les premières fois n’ont pas un potentiel d’intimidation semblable. La première fois que j’ai goûté un mojito était beaucoup moins bouleversante que la première fois que j’ai fait du parapente.

Une allégorie.

Pourtant, si j’y réfléchis, toutes les premières fois sont toujours un saut dans l’inconnu. C’est juste que parfois tu passes une marche de quelques centimètres, et parfois, tu t’élances du sommet d’une montagne.

Parfois tu ne sens même pas l’obstacle que tu viens de dépasser ou le seuil que tu viens de franchir en vivant une première fois, parfois tu peux rester des heures, des jours, des semaines au bord de l’inconnu, paralysée par le précipice que tu devines sous tes pieds.

Ça fout le vertige, la première fois. Mais c’est grisant, kiffant, enivrant. Et parfois, j’oublie qu’il n’y a pas que les premières fois « grandioses » qui méritent mon respect et mon enthousiasme.

À lire aussi : Je veux être puissante, pour gravir des montagnes #62jours

Toutes ces premières fois que je ne célèbre pas

J’en reviens à cette bienveillance envers moi-même, cette patience et cette indulgence qui me font encore défaut.

Beaucoup de mes premières fois passent sous le radar de l’habitude : j’ai déjà « sauté de plus haut », alors pas de quoi fouetter un chat.

Sauf que ça me fait toujours peur, ça m’intimide toujours, de commencer quelque chose de nouveau. De m’aventurer dans un territoire sur lequel je n’ai aucune connaissance, aucune expérience.

Et pour toutes ces premières fois, aussi insignifiantes puissent-elles être, j’oublie de me féliciter, j’oublie surtout de les apprécier pour ce qu’elles sont : des petites victoires, des pas en dehors de ma zone de confort, qui s’élargit à chaque première fois que je passe.

À lire aussi : Ces « mauvaises fréquentations » qui m’ont fait sortir de ma zone de confort

L’ivresse des premières fois qui comptent plus que les autres

J’ai commencé à m’entraîner pour le trail, et c’est nouveau pour moi. C’est une montagne.

C’est littéralement une montagne qu’il faut grimper au pas de course ! Aucune chance pour que j’y arrive, si je prends le défi sous cet angle. Mais une montagne à gravir, c’est mettre un pied devant l’autre, et ça je sais faire.

L’entraînement aussi, c’est une suite de première fois. Ce matin, j’ai fait ma première séance « micro-circuit » : j’entraîne mon corps à varier les surfaces, courir en côte, sur le plat, en pente, tout en poussant la machine.

J’te jure, la première fois que je me suis lancée, c’était un tel kif que j’en ai rigolé, à voix haute, comme ça, sur les quais de Seine, à la faveur de l’aube d’une journée d’été.

J’avais oublié ce que ça fait, une première fois que tu vas chercher à la force de l’envie et de la volonté de te dépasser.

Si c’est à ce point un kif la première fois que je m’élance au pas de course dans une côte, imagine un peu le kif que ce sera… la première fois que je passerai une ligne d’arrivée.

Parfois, j’oublie l’ivresse et la jouissance des premières fois, et le moteur qu’elles sont pour continuer à avancer… vers les sommets.

La réponse était donc : les notes de ma séance micro-circuit pour l’entraînement #TrailXpérience !

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.


Tous ses articles

Commentaires
  • Agathe_5doigts
    Agathe_5doigts, Le 7 septembre 2017 à 14h45

    Bonjour, ton article "Te repose pas sur tes acquis, cours après les progrès " est très inspirant ! Si le minimaliste t'intéresse davantage n'hésite pas à aller faire un tour sur notre boutique https://5doigts.fr/ ! Tu trouveras une multitude de chaussures minimalistes pour débuter ta transition ! Si tu as des questions tu peux nous contacter via les réseaux sociaux (pseudonyme : 5doigts) ! En espérant suivre tes prochaines aventures minimalistes !
    Le Team 5doigts :taquin:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!