Un jeune homme trans récite un poème de 365 mots composé d’un mot par jour

Pour sa première année de transition, Jackson Bird a composé un poème de 365 mots en prononçant un mot par jour pour narrer son voyage.

Jackson Bird, jeune YouTubeur, a décidé de relater sa transition en un poème poignant de 365 mots. Ces mots, il les tire de plusieurs artistes, allant de John Keats à Taylor Swift en passant par Oscar Wilde.

Il s’est filmé chaque jour de sa transition pour suivre les changements apportés à son physique et à sa voix, et tous les mots assemblés ont formé un poème original.

Au fur et à mesure que les jours passent, sa voix se transforme et gagne en grave, même si ça semble assez imperceptible, la fin montre la différence. Et bien que la vidéo soit un peu trop hachée pour comprendre intelligiblement tous les mots — sauf le Carpe Diem, tout le monde l’a reconnu, l’idée est là — et les sous-titres aussi. Il s’est libéré de son ancien costume féminin et a brisé ses chaînes.

Il parle de l’acceptation de son corps, que sa carapace a enfin éclaté et qu’il peut atteindre ses rêves. Beau message d’espoir pour ce nouveau commencement !

Sur sa chaîne YouTube, Jackson traite de diverses problématiques féministes et bien sûr, de transidentité. Mais il est aussi un grand fan de Star Wars et d’Harry Potter, on le voit d’ailleurs un jour en uniforme Gryffondor, mais aussi… de gaufres !

big-transition-genre-selfies

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Yun
    Yun, Le 21 mai 2016 à 18h50

    Sérieux c'est beau, ce genre de vidéo me met toujours la larme à l'oeil. Je trouve que ce sont des personnes emplies de courage et d'espoir. (Je parle pas que dees personnes transgenre, le poème du gars plein de Tocs me met dans le même état)

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)