« Je suis poussée par une forme d’urgence à agir » — Une heure avec Marlène Schiappa

Par  |  | 24 Commentaires

Marlène Schiappa est Secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes. Pendant une heure, elle nous a parlé de son parcours, ses engagements, de culture du viol, de laïcité, de harcèlement de rue, et du combat culturel pour l'égalité.

Marlène Schiappa est l’actuelle Secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes. On la voit très souvent sur les plateaux télé et radio, prendre la parole dans la presse et sur les réseaux sociaux, surtout depuis que l’affaire Weinstein a propulsé « ses sujets » à la une de l’actualité.

Mais ces prises de parole sont courtes, morcelées, et j’avais envie de l’entendre sur tous ces sujets qui sont aussi les nôtres, sur madmoiZelle, sans l’interruption continue des faits divers, et de l’actualité.

Je lui ai proposé une longue interview, pour que l’on puisse partir de son parcours, arriver à son engagement politique, et ouvrir sur ces sujets de société qui vous seront sans doute familiers : le syndrome de l’imposteur, le harcèlement de rue, la culture du viol.

Une heure avec Marlène Schiappa : son parcours et ses engagements

Souvenez-vous, sur madmoiZelle, nous avions été à la rencontre de Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre des Droits des femmes. Puis c’est Pascale Boistard qui était venue nous rendre visite, échanger avec nous au sujet du harcèlement sexiste dans les transports.

Laurence Rossignol n’avait eu à ce poste qu’une petite année, un peu court pour pouvoir développer des projets. C’est désormais Marlène Schiappa qui a repris le flambeau du combat pour l’égalité des droits.

Avant de rejoindre le mouvement lancé par Emmanuel Macron à l’été 2016, Marlène Schiappa était adjointe au maire du Mans, où elle avait été élue en 2014.

Ce n’est pas une « politique de carrière » comme on dit, elle vient de la société civile. Elle travaillait dans la publicité, lorsqu’elle a lancé un blog devenu un véritable « réseau de mères actives » : Maman travaille, une plateforme d’échange autour de la conciliation entre carrière et vie familiale.

Une heure avec Marlène Schiappa : les shownotes

Maman travaille, la page Facebook et le site lancé par Marlène Schiappa en 2008.

Essai sur la culture du viol, publié aux éditions de L’Aube, 2018.

L’affaire Daval dont on parle : Jonathann Daval a avoué avoir étranglé son ex-compagne, dont le corps calciné avait été retrouvé. L’avocat de la défense avait parlé d’un « accident ». Pour en savoir plus : Alexia Daval est victime de féminicide conjugal, pas d’un « accident ».

Je fais référence au dossier constitué par Esther cette année, au sujet des agressions sexuelles entre enfants.

Les ABCD de l’égalité étaient ce programme d’éducation à l’égalité et au respect entre les filles et des garçons, développé par Najat Vallaud-Belkacem. Benoît Hamon s’était déclaré « gêné » par ce projet en reprenant l’Éducation National, et le programme avait finalement été décliné dans une version moins ambitieuse.

L’éducation sexuelle en France se fait désirer. En 2015, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (le HCEfh) rendait un rapport faisant état de ce manque, et il était édifiant : une fille sur quatre ne sait pas qu’elle a un clitoris, pour ne citer qu’un seul élément mis en lumière par ces travaux. À quand une véritable éducation sexuelle pour les jeunes en France ? Car, rappelons-le : la pornographie n’est pas un substitut acceptable, mais c’est aujourd’hui une alternative très populaire chez les ados.

En octobre 2017, Marlène Schiappa annonce vouloir verbaliser le harcèlement de rue. Une proposition qui ne provoque pas l’unanimité des féministes : Entre antisexisme et antiracisme, la loi de lutte contre le harcèlement de rue en débat.

À lire aussi : Verbaliser le harcèlement de rue : un symbole fort dans une lutte culturelle

À propos de la laïcité, Marlène Schiappa a publié en décembre 2017 un essai, co-écrit avec Jérémie Peltier. Laïcité, Point ! présente « la laïcité à la française », fidèle à l’esprit de la loi de 1905.

La chronique de Raphaël Enthoven à propos du Burkini, sur Europe 1 : En matière de burkini, résister, c’est permettre.

Les débats entre femmes et féministes font référence à la tribune des cent signataires dont Catherine Deneuve, qui a donné lieu à bien des réponses.

À lire aussi : Catherine Deneuve revient sur la FAMEUSE tribune, « texte vigoureux à défaut d’être parfaitement juste »

On termine en parlant du Tour de France de l’Égalité, qui a un site dédié.

Je mentionne le récent rapport du HCEfh sur les violences en ligne, et plus précisément du phénomène du cyber contrôle.

Le projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles comportera trois mesures principales :

Le 1er février 2018, Marlène Schiappa publie Le Deuxième Sexe de la démocratie, un essai sur la place des femmes en politique. 

À lire aussi : La transparence des salaires, une solution contre les inégalités de rémunération hommes/femmes ?

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • Cornélie
    Cornélie, Le 15 février 2018 à 18h30

    Laoragwen
    Pareil, c'est un truc que je n'ai jamais compris :neutral:
    Je comprends pas comment on peut dire qu'il n'y a aucun problème à ce qu'une personne de 20, 30, 40, 50 ans etc... ait une relation sexuelle avec une personne de 15, 16 ou 17ans :neutral:
    Qu'on me dise pas qu'à cet âge là on peut donner son consentement, le problème n'est pas là pour moi, le problème est qu'une personne majeure trouve ça normal d'avoir une relation sexuelle avec une personne à peine plus âgée qu'un enfant.

    Les personnes majeures sont absolument obligées d'avoir des relations sexuelles avec des mineures ????
    ça va les empêcher de vivre si iels ne passe pas à l'acte ???
    Souvent on entend les mêmes excuses, iel faisait plus âgé.e ect....
    Ouah iel faisait 17ans et pas 11 ou 14 :rolleyes:
    Sinon on peut tout simplement s’empêcher d'avoir une relation sexuelle avec quelqu'un d'aussi jeune, même si c'est 17ans, non ?? :neutral:
    iel était obligé d'avoir une relation sexuelle avec cet.te mineur.e ??? iel pouvait pas le faire avec quelqu'un qui clairement est majeur ???
    Y'en a certain.e.s, on dirait que pour eux le sexe est aussi vitale que respirer :neutral:
    Ton post me perturbe tellement, surtout que je suis souvent d'accord avec toi, d'habitude ! :yawn: Tu trouves vraiment ça choquant, une relation entre quelqu'un de 20ans et quelqu'un de 17 ? :eh: C'est rien du tout, trois ans d'écart, en cas de redoublement ou de réorientation, ce serait même tout à fait possible qu'ils soient ensemble dans le même lycée ou même dans la même classe, c'est tout petit comme écart d'âge ! J'ai 21ans maintenant, et ouais, j'ai changé depuis mes 17ans, mais pas de manière drastique non plus, je savais tout autant ce que je voulais à 17ans que maintenant. On n'est pas "à peine plus âgé qu'un enfant" à 16 ou 17ans, quand même. La maturité et les envies de quelqu'un de 10ans sont loin d'être celles de quelqu'un de 16. :dunno:

    Si c'est consenti et qu'il n'y a pas de rapport d'autorité entre les deux, où est le souci ? On est quand même capable à cet âge-là de savoir ce qu'on veut faire de notre corps ou non, et de ce qui nous est agréable ou pas.. Evidemment qu'il y a malheureusement des cas où ça se passe mal, mais ça peut arriver à 17ans comme à 19 ou à 43. En fait, ce qui me perturbe dans ton post, c'est qu'à ta façon de le formuler, j'ai l'impression que tu présentes ça comme une décision uniquement faite par la personne majeure. Mais dans une relation saine et normale, peu importe l'âge, ce n'est pas une décision d'un seul côté. Tu peux aussi aimer la personne en question et être en couple exclusif avec, cas dans lequel "va faire ça avec quelqu'un d'autre", c'est un peu plus difficile à faire, quand même. x) Une relation de couple/sexuelle entre majeur et mineur d'âge relativement proche, ce n'est pas forcément une décision unilatérale de l'initiative de la personne majeur, ça peut être tout à fait sain et bien.

    Bon, après, j'ai toujours beaucoup de mal avec les arguments qui se rapprochent de "le sexe, c'est pas de ton âge, tu ne devrais pas être intéressée". Non, quelqu'un de seize ans n'est pas un enfant innocent incapable de prendre une décision éclairée.:dunno: Et ce n'est pas spécialement malsain d'avoir la vingtaine et de se taper quelqu'un de 17ans, ce n'est pas "avoir un problème".