7 comportements de personnages de films que je ne SUPPORTE PLUS

Par  |  | 172 Commentaires

Le cinéma, c'est bien. Sans poncifs, c'est mieux. Voilà 7 comportements complètement débiles que les personnages de films adoptent souvent, et qui donnent des ulcères à cette pauvre Kalindi.

7 comportements de personnages de films que je ne SUPPORTE PLUS

Hier, c’était la journée du bonheur. Et c’était bien mais c’est fini. Allez hop, hop, hop, on recommence à râler !

Ça va deux secondes les éclats de rire sous le soleil, les politesses dans l’ascenseur, et les petits chants d’automne. Retour à la mauvaise foi et au rali, ralou.

Allez, allez !

Le topic du jour : les comportements insupportables qu’adoptent les personnages de cinéma.

Voilà donc 7 poncifs, qui me font lever les yeux au ciel, rouler par terre et gémir de douleur. Garanti 100% drama !

Les gens qui font confiance au méchant du film pour la 9ème fois

Insuuuuuup’ !

Tu as vu la trilogie du Hobbit ? Dans le deuxième volet, il y a un type tout crasseux, genre moitié Rusard, moitié Grima-langue-de-serpent, qui aime trahir son prochain.

Tout le monde le sait. Et pourtant, ce même tout le monde continue à lui confier des fuckings missions.

Tu imagines si on faisait ça dans la vraie vie ? Genre :

« Tu as insulté ma mère ? Volé mon sac à dos lumineux ? Mangé mon repas ? Trompé ma meilleure pote ? C’est pas grave, je vais quand même t’embaucher et même te donner plus d’argent qu’à Josie, qui fait très bien son travail depuis 15 ans ».

Ça n’a pas le moindre sens !

Les gens qui se séparent dans des films d’horreur

Bon alors là, on touche au domaine qui me passionne le plus AU MONDE : les comportements teubés dans les films d’horreur.

Petit sondage. Si un intrus, UN SEUL, entrait dans ta maison alors que tu es avec 3 de tes potes, tu choisirais de :

a) T’enfermer dans une pièce avec tous tes amis, une arme improvisée à la main pour sauter sur l’envahisseur ?

b) Proposer à tous tes camarades de se séparer. Allez hop, un connard au grenier, un trou de balle dans la salle de bain, et un dans la cuisine. Histoire d’avoir le plus de chances possibles de décéder.

Eh ben tu choisirais de rester avec tes potes, comme une personne normale qui tient à sa vie. Car vous aurez toujours plus de facilités à trucider un type, même armé, à 4 plutôt que tout seul. C’EST LOGIQUE BORDEL.

Insupportaaaaable. Arrêtez avec ce comportement, ça énerve littéralement tout le monde.

Les gens qui restent dans des maisons hantés

« Eh, Philippe, cette maison a l’air agréable. Et si on allait y passer le reste de notre vie »

Les gars, franchement. Un peu de sérieux. Pourquoi défier le diable ?

Tu remarqueras, si tu es comme moi amatrice de films d’horreur, que la plupart des situations de « possessions de maison » pourrait se résoudre en 3 minutes montre en main.

Si j’arrivais dans une baraque où :

  • Les murs crient la nuit
  • Des enfants fantômes apparaissent au bout du couloir
  • Du sang coule du robinet
  • Des gens parlent au grenier

Eh ben je prendrais un baluchon, je jetterais 3 slips, mon poster de Bright Star et mes chaussures à plateformes dedans, et je partirais IMMÉDIATEMENT, comme une personne saine d’esprit.

Et puis je revendrais la baraque au premier connard qui passe.

Mais non, dans les films d’horreur, les personnages préfèrent attendre de voir l’intégralité de leur famille se faire découper en morceaux.

Pourtant, dès la première nuit, où leur chien se fait éventrer, il aurait fallu penser à décamper.

Mais non. Autant rester se faire pour bouffer le cul par un démon qui parle latin. C’est plus drôle.

Les gens qui pratiquent la « danse du lampadaire »

Rappelle-toi. En 2006 sortait Le Diable s’habille en Prada.

Si tu l’as déjà vu, tu te souviens probablement d’une des scènes qui se déroulent à Paris.

Anne Hathaway y est RAVIE. En même temps, l’air est doux, elle kiffe le blondinet qui fait virevolter son écharpe, et Paris, ben c’est une chouette ville.

Alors bon, comme elle est jouasse, elle a envie de le montrer. Et elle entame une valse avec le FUCKING LAMPADAIRE. Genre elle le prend dans sa main, et tourne autour, l’air béat.

Mais rhaaaaa. On a vu cette scène 2000 fois. Au moins. Je suis à peine de mauvaise foi. Je peux pas te dire à quel point je trouve ça cliché.

Ils auraient carrément du lui mettre un béret et lui coller une baguette de pain sous l’aisselle gauche pour parfaire son look de parisienne insup’.

Je suis de Paris. J’aime Paris. Ceci n’était pas une insulte envers Paris. Paris, ne le prends pas mal. Pardon. Merci.

Les gens qui tournent sur eux-mêmes, sur une plage abandonnée

Rhaaaaaaaaaa. Mais rhaaaaaaaa. Mais rhaaaaaaaaaaaaaaaaaa.

La dernière fois qu’un type s’est mis à tourner sur lui-même les bras écartés et le sourire ravi sur mon écran, j’ai soufflé si fort que j’ai failli décoller le papier-peint.

Je crois que ce poncif m’énerve même dans la littérature. L’année dernière, j’étais plongée dans La vérité sur l’Affaire Harry Quebert, en pleines vacances d’été.

Et qu’est-ce-qu’elle fait Nola, l’une des protagonistes principales du bouquin ? Eh ben elle aime courir et tourner sur elle-même, les bras écartés, sur la plage, en riant fort.

Personnellement, j’appelle cette obsession artistique le « complexe de la mouette ».

En vrai, ça doit tellement être une énorme déception pour les réalisateurs et les écrivains de pas pouvoir voler, qu’ils obligent leurs acteurs/personnages à se comporter comme des volatiles marins.

Ça n’a aucun sens, et ça rend la scène tellement cucul bordel !

Les gens qui révèlent un secret 1 seconde avant de mourir

Ohlalalalalalala. Je ne sais même pas quoi dire.

Tu vois cette scène où une personne âgée se fait poignarder ou fait une sorte de crise cardiaque, et qu’elle tombe par terre à bout de souffle ?

En général, t’as le héros du film qui cherche désespérément à genre retrouver sa fille disparue depuis 14 ans, et qui se penche sur le corps de la vieille personne, l’air paniqué.

Celui-ci lui dit un truc comme :

« José, je dois te dire quelque chose. Il faut que je t’avoue que… ça fait 14 ans que… ».

Et là… IL MEURT !

Oh bordel, c’est insupportable. Dites-les trucs avant de mourir. Merci !

Les gens qui donnent seulement le début d’une information

Communément appelée La technique de Jean-Michel Connard, ce processus est très simple.

Souviens-toi, tu as surement vu un film dans lequel un type détient un très lourd secret. Mais plutôt que de le révéler de manière normale au héros du film qui est grave en détresse, il lui balance un :

« Prends garde au vent du nord, qui parfois enrhume les braves marcheurs. »

Puis il disparait dans le noir, telle une personne chelou et peu encline à aider son prochain.

Mais ça veut rien dire, espèce de con !

Je hais ce type !

Parfois, il se contente aussi d’un début d’information genre :

« Prends garde à l’amant de ta mère ».

Et puis il disparait encore.

Mais dis-lui pourquoi il doit se méfieeeeeeer ! Rhaaaaa, ça fait cavaler mon palpitant.

Voilà ma bonne dame, j’espère que tu ne m’en veux pas trop pour cet excès de mauvaise humeur.

Il fallait que ça sorte. Mais en vrai je pourrais te faire une liste de 50 pages sur les poncifs insupportables des films d’amour/d’horreur/d’action.

N’hésite pas à me dire ce qui t’exaspère dans les commentaires. Je serais ravie de continuer à râler avec toi. Telle est ma vie.

 

À lire aussi : 6 trucs INSUPPORTABLES que les gens font au cinéma

Commentaires
  • Neverland90
    Neverland90, Le 21 avril 2018 à 14h08

    Quand il y a une scène qui se passe dans l'eau et que le personnage met un temps incroyable à se détacher ou à récupérer un objet ou à trouver une sortie qu'en vrai, on sait tous qu'il serait mort depuis longtemps.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!