1 / 10

Utilise les flèches de ton clavier pour faire défiler les images du diaporama :)

La pression pesant sur les corps féminins illustrée par des photos crues

Par  |  | 45 Commentaires

La pression que la société et les canons de beauté exercent sur les corps féminins est illustrée dans une série de photos crues. Ça fait peur et un peu mal.

Malgré les dizaines de campagnes de sensibilisation qui tentent chaque année de dénoncer la pression des médias, et de la société en général, sur les corps des femmes, les diktats actuels de beauté restent assez rigides.

The Fanciful, Monstrous Feminine (Le fantasque et monstrueux corps féminin) est un projet photographique de l’artiste australienne Jessica Ledwich visant à dénoncer les tortures que les femmes font subir à leur corps pour être physiquement « dans la norme ». Norme imposée par une société dans laquelle l’imperfection n’est pas une option.

C’est déroutant, violent et terriblement percutant.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Virginie

Virginie est tombée dans la marmite des cosmétiques quand elle était toute petite. Depuis, elle se barbouille de rouge à lèvres à longueur de journée et prêche les bienfaits du démaquillage à qui veut l'entendre. À part ça, Virginie aime se trémousser sur du Taylor Swift et actualiser son site mode et beauté.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Roanne
    Roanne, Le 6 mars 2015 à 9h50

    Je déterre le topic par accident... cette série de clichés est vraiment intéressante ! Elle dénonce à la fois le poids de certaines conventions sociales mais aussi le fait que beaucoup de femmes les acceptent... les suivent et même les revendiquent.
    Je pense pour ma part qu'il y a surtout une question de juste milieu, d'équilibre, ce sont les excès que ces photos dénoncent, des excès qui sont vraiment destructeurs, qui mettent en péril la santé.

    Avec le recul, j'apprécie de plus en plus l'idée qu'on puisse rester libre (les femmes autant que les hommes) de ne pas suivre ces conventions, mais aussi de les adopter, ne serait-ce qu'en partie.
    Je crois que c'est cette liberté-là qui est la plus difficile à acquérir, le curseur n'est pas simple à régler et, ensuite, ça dépend vraiment beaucoup du milieu d'où l'on vient, que l'on fréquente, de son environnement pro, aussi.
    Et des rencontres que l'on fait... ça joue beaucoup. Il n'est cependant pas facile de définir quel est réellement le regard que notre entourage porte sur nous, de prendre de la distance sur notre propre relation à notre corps / apparence.

    (j'avoue qu'à titre perso, je fais passer mon confort et ma santé avant, ça aide à faire ses choix ! ^^)
    (mais ça ne m'empêche pas d'expérimenter de beaux plantages / de faire des conneries...)