« Je me mets nue sur le web », Delilah témoigne sur son rapport à la nudité

Par  |  | 21 Commentaires

Mr Q. a ouvert son blog au témoignage de Delilah, une jeune femme qui poste des photos d'elle nue sur sur Internet. Comment et pourquoi a-t-elle commencé, et qu'en retire-t-elle ?

« Je me mets nue sur le web », Delilah témoigne sur son rapport à la nudité

Le corps des femmes semble frappé d’une sévère malédiction sociale. Contrairement à celui des hommes, le corps féminin comporterait des parties si indécentes qu’elles ne peuvent être exposées à la vue de tous sans engendrer des réactions violentes, pouvant allant de la censure à l’agression.

À lire aussi : Baisse les yeux. Tais-toi. Ravale ta colère et déglutis tes larmes.

Certaines cultures et/ou religion imposent de le cacher à divers degrés, et même au sein de notre société « permissive », la longueur de la jupe continue encore trop souvent d’être au centre de débats sur la moralité ou la décence de sa propriétaire. Alors que bon, au fond, une jupe n’est rien qu’un morceau de tissu, hein.

À lire aussi : Manifeste pour le port de la jupe au masculin

Quand vous êtes témoin des scandales que peuvent déclencher des femmes habillées, vous comprenez que se montrer nue, une volonté qui pourrait être tout à fait innocente, devient alors un acte politique, presque militant !

À lire aussi : Toute Nue Style — Leï, 27 ans

« Je me mets nue sur le web »

Delilah a commencé à poster des photos d’elle nue lorsqu’elle était encore au lycée, vers 16/17 ans :

« Tout a commencé avec un projet de théâtre au lycée, j’avais voulu travailler sur l’androgynie. Ça a été le déclencheur, car à ce moment-là, j’ai compris que ma nudité mise en scène était une arme. Pas une arme de conquête du monde, (ou des hommes (lol)), mais pour me conquérir moi. Pour vaincre mes millions de complexes, pour apprendre à m’aimer, à sortir la tête haute en me disant « punaise, je suis belle en fait ! »

Pourquoi partager ces photos, les exposer à la vue de tous ? (et a fortiori, au jugement des autres, même si elle ne le sollicite pas !) Pour Delilah, c’est une mise en pratique de sa lutte contre les injonctions :

« Me confronter au regard extérieur, c’est ma manière de militer pour le bodypositivism, de dire merde aux dictats qu’on nous enseigne et dont on nous saoule jusqu’à plus soif. »

Des commentaires insultants, haineux, blessants, violents, Delilah en a bien sûr reçus… Est-ce que tu sens tout le poids de la résignation à travers ce « bien sûr » ? Comme si c’était normal que ce soit une évidence… Attention cependant aux généralités erronées : il n’y a pas que les mecs qui se rendent coupable de ces comportements. Les filles aussi sont largement représentées :

« Ces commentaires n’ont pas de genre, on pourrait croire qu’ils proviennent uniquement de la gente masculine. Si seulement. »

À lire aussi : Féminisme, militantisme et pédagogie, un équilibre délicat

L’intégralité de ce témoignage passionnant est à lire sur Les Petits Mensonges, le blog de Mr Q., qui a illustré le texte de Delilah !

Je me mets nue sur le web, à lire sur Les Petits Mensonges de Mr Q.

À lire aussi : Avec « À quoi rêvent les jeunes filles ? », Ovidie interroge les influences sociales sur la sexualité féminine

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (21) Facebook ()

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!