Je suis non-voyante – Témoignage

Pondu par Lily M le 9 novembre 2012     

Être non-voyante au quotidien, comment ça se passe ? Voici le génial témoignage de Malilyss, qui a perdu la vue à ses 19 ans.

On a tous croisé un jour quelqu’un se déplaçant à l’aide d’une canne blanche ou d’un chien guide. La cécité – ou l’aveuglition, comme dirait un de mes amis féru de néologismes – est un handicap finalement plutôt répandu. Sauf qu’en voyant certaines réactions on peut se demander si les gens se rendent compte de ce que ça implique. Je ne suis pas là pour faire un pamphlet sur l’ignorance ingénue de la masse populaire et sur la marginalisation des personnes en situation de handicap – même si quand même, on se demande parfois si certain-e-s n’ont pas été fini-e-s à l’huile de foie de morue… Mais bref.

Je suis aveugle. Ou devrais-je dire non voyante ? J’imagine que ça dépend des gens. Non-voyante c’est plus soft, plus politiquement correct… perso, je m’en fiche pas mal. Qu’on dise ça ou que j’y vois comme à travers une pelle ou qu’il fait noir comme dans l’arrière-train d’un éléphant – non, je ne parle pas par expérience, voyons – les faits sont finalement les mêmes. Je n’y vois rien.

Comment c’est arrivé ? On peut dire que je suis née avec. Quand j’étais encore un ch’tit bébé, on m’a diagnostiqué une maladie qui provoque une perte progressive de la vision, je vous épargne les détails techniques. J’ai donc vu un jour. Jusqu’à l’âge de 19 ans, pour tout vous dire. J’en ai 23 aujourd’hui, donc ce n’est pas si vieux.

Passer de « J’y vois pas super bien mais ça passe » à « Oula mais qui a éteint la lumière ? »

Comme je l’ai dit, ma perte de la vision a été progressive. Enfant, et jusqu’à mes quinze ans environ, j’y voyais plutôt bien, même si je portais une paire de lunettes à double-foyers énormes qui m’allaient si bien. Je peux même vous dire que j’ai eu un gros crush pour Leo DiCaprio dans Titanic, pour lui et tout un tas d’autres acteurs ou musiciens après ça. Ce n’est pas parce que j’avais des binocles en cul de bouteille sur la tronche que j’ai pas utilisé mes noeneuils quand ils marchaient encore.

La perte progressive de la vue impliquait un état évolutif. Et c’est là que ça a merdé le plus je crois. Aujourd’hui, je me dis que cette période de transition – entre ma première chute de vision à 15 ans jusqu’à la perte totale à 19 ans – a peut-être été encore plus difficile que la cécité totale. Ça implique de se réadapter tous les jours. De plus gros caractères sur l’ordinateur, puis une synthèse vocale, l’alourdissement du traitement pour tenter désespérément de freiner le mécanisme… Puis il y a la force que j’ai mise à lutter contre la disparition de ma vision. Je ne compte plus le nombre de migraines que je me suis collé en lisant des bouquins papiers, parce que j’étais une dingues de livres et qu’à l’époque les rares livres audios que j’avais testés me semblaient chiants comme la pluie. J’ai nié les faits en bloc pendant des années. L’étape la plus marquante de cette période a sans doute été mon acceptation de la canne blanche. J’étais en première, j’ai rencontré pour la première fois une autre fille qui était dans mon cas et elle m’a convaincu que Blanchette deviendrait vite ma meilleure amie. Et ça a été le cas.

J’y vois plus rien, comment je fais maintenant ?

Après des semaines passées avec des migraines ophtalmiques à se taper la tête contre les murs, j’ai dû me rendre à l’évidence : je n’y voyais plus. Et là je me suis dit… Et maintenant ? C’était la fin de ma première année de fac et le début d’une période entre dépression, acceptation et adaptation qui a duré un peu plus de deux ans. J’ai passé un été dans un état larvaire, complètement abattue, avant de me bouger le train et d’accepter de l’aide. J’ai été pour ça passer quatre mois dans un centre de rééducation spécialisé pour mal et non-voyants. Et c’est dingue tout ce qu’il m’a fallu réapprendre à faire.

Là-bas, j’ai bénéficié d’une grande aide, d’un personnel de rééducatrices géniales et de quelques rencontres qui m’ont beaucoup aidée dans mon acceptation. J’ai appris à parcourir la ville avec ma canne, je sais aujourd’hui me déplacer seule sur des trajets bien connus. J’ai appris tout un tas de petites techniques pour la vie quotidienne, le ménage, la cuisine, tout ça… J’ai aussi réappris le braille et à utiliser un ordinateur avec une synthèse vocale. La libération pour la geek que je suis. Suite à mon séjour dans ce centre et grâce au soutien de certaines de mes amies, j’ai avancé. Je ne dis pas que j’y suis arrivée au bout de quatre mois, les deux ans qui ont suivi ont été plutôt catastrophiques niveau sociabilisation, à la fac je ne voulais pas me lier avec les autres, ayant l’impression d’être à part. J’ai fait une belle petite dépression, ma vue me manquait même si je faisais comme si ce n’était pas le cas, comme si j’étais une warrior.

Et les autres, dans tout ça ?

Je suis non voyante   Témoignage amelie

Ne faites JAMAIS comme Amélie Poulain.

Ah, autrui… Comme dirait mon bon vieux pote Sartre, « l’Enfer, c’est les autres ». Quand j’étais gosse, les autres enfants m’affublaient de jolis surnoms tels que « la bigleuse » ou « la binocle » et se pointaient devant moi, une main brandie devant mon visage, en disant « Hey hey,combien j’ai de doigts ? ». Les enfants sont merveilleux de tolérance et de délicatesse, n’est-ce pas ? Le collège a été le pire, je peux vous dire qu’il y en a qui ont mangé du sable ou qui se sont pris des coups de pied, façon « Hey, c’est pas ma faute, je t’avais pas vu » !

Quand je suis arrivée au lycée, ça s’est calmé. Et c’est là que j’ai commencé à devoir faire face aux adultes, par l’intermédiaire de mes profs d’abord. Avant, c’était agrandissement des documents papiers, un tiers-temps pour les contrôles et c’était plié. Là, il a fallu procéder à des adaptations beaucoup plus grandes et je peux vous dire que j’en ai rencontré des débiles avec le crâne aussi dur qu’un bloc de granit et l’esprit aussi fermés qu’une huître. Surtout que j’avais choisi option cinéma/audiovisuel au bac et que je devais réaliser un film… Oui, c’est très logique de ma part, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Quand je suis arrivée à la fac, j’ai bénéficié de l’aide du service handicap de mon université. Ça n’a pas toujours été simple mais tous les profs et le personnel administratif de l’éducation supérieure ne sont pas des insensibles qui m’ont laissé patauger dans ma bouse. J’ai rencontré au cours de ces cinq dernières années de super personnes, de super assos qui m’ont même permis d’avoir mon premier vrai job cet été. À la fac, j’ai rencontré des camarades de promo qui voulaient juste m’aider, au départ, et avec qui je suis devenue très amie aujourd’hui.

Pourtant, malgré toutes ces personnes géniales, il reste des réactions qui me font parfois grincer des dents. Ok, j’y vois rien mais bon sang, ça veut pas dire que je suis débile ! Je ne compte plus le nombre de fois où je suis allée demander des renseignements ou effectuer des démarches quelconques et que l’on expliquait tout à la personne qui m’accompagnait, comme si j’étais pas fichue de capter. Hé oh, je suis là et je te comprends. Dans un autre genre, pour illustrer l’intelligence de certains, je me souviens d’avoir bousculé une personne un jour et de m’être faite enguirlander comme du poisson pourri : « Tu peux pas faire gaffe où tu vas espèce de débile ? » – (lui montrant ma canne) « Euh non, excusez-moi je vous avais pas vu… » – « Ouais c’est bon, te la joues pas non plus t’aurais pu faire gaffe quoi ». Connard.

Il y a aussi ceux qui veulent aider mais qui s’y prennent comme des manches. Je ne les blâme pas car au moins ils essaient. Sauf que ça m’est déjà arrivé de me paumer complètement après qu’on m’a fait traverser une rue, tout ça parce que j’avais le malheur de rester debout sur le trottoir en attendant quelqu’un. Elle m’a chopé par le bras et hop, de l’autre côté de la route mémère. C’est gentil mais euh…

Puis il y a les gens qui posent plein, plein de questions. Pour ma part, ça ne me gêne plus de parler de mon handicap et je suis prête à répondre à toutes les questions mais… Quand il y en a beaucoup, et du genre « Ah bon, tu regardes des films ? » ou « T’as vu ? Ah non pardon c’est vrai que tu vois pas »… Je sais que ça peut paraître bizarre mais parfois, certaines personnes le disent vraiment lourdement. Quand c’est un enfant qui le fait innocemment, je lui en veux pas. Quand c’est un adulte, ça passe déjà moins. J’imagine que le problème n’est pas la question en elle-même mais le contexte et la manière dont on la pose. Sur une note plus légère, une petite fille de 5 ans m’a un jour demandé « Mais comment tu fais pour manger ? » et sa soeur du même âge a répondu « Bah avec une fourchette, tu crois quoi ». J’adore les gamins.

Et maintenant, comment ça va ?

Aujourd’hui, j’ai appris à vivre avec le handicap. J’ai encore parfois certains passages à vide où la vue me manque mais j’ai trouvé des moyens de compenser. Le plus dur reste la dépendance aux autres pour tout un tas de choses que je ne peux pas faire seule, et aussi la limite dans mes choix professionnels. Je voulais devenir éducatrice de jeunes enfants mais on m’a fait comprendre qu’avec ma cécité et le risque que ça représentait pour les enfants au niveau de la surveillance, ça n’allait pas être possible. J’aimerais avoir un petit boulot à côté de mes études, mais tout ce qui est restauration ou baby-sitting, je m’assois dessus. Je pense que c’est là le plus gros souci que j’ai. Car malgré tout, la vie continue et bon sang, je n’ai que 23 ans et encore plein de trucs à vivre ! Alors oui, je me prends des poteaux ou des poubelles dans la rue parfois, je suis incapable de dire si une personne est sexy, et je n’ai plus autant de plaisir à regarder les matchs de tennis qu’avant puisqu’avec uniquement l’audio, ça ressemble à un film cochon… Mais aujourd’hui, je suis en Erasmus à Glasgow, j’espère bien intégrer un master à Paris l’an prochain et faire encore un tas de choses. Alors je continue mon petit bout de chemin, munie de ma canne et de beaucoup de volonté. Et si quelqu’un me cherche des noises, il se prend un coup de Blanchette !

Ça vous a plu ? Partagez !

611 BIG UP

Ne ratez aucun article de madmoiZelle.com !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre actu deux fois / semaine

Entrez votre email ici :

Cet article a été pondu par Lily M - Tous ses articles

Plus de Lily M sur le web :

Tous les articles Infos Pratiques/Santé, Moi, moi et moi et aussi Vis ta vie
Les autres papiers parlant de , , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. Alchimie.Alchimie.

    Le 11 mars 2013 à 10:10

    Très beau témoignage. Je ne vois pas quoi dire d'autre. Je souhaite plein de bonnes choses et encore plein de découvertes/de choses à apprendre /à tester à cette Madmoizelle.

    =)
  2. TatsueTatsue

    Le 11 mars 2013 à 12:57

    Génial article !!!

    Je travaille dans un service de restauration rapide dans une gare et je suis confrontée régulièrement à des personnes mal-voyantes, aveugles, ou sourdes et muettes et je crois que je m'en sors par trop mal en général… Les soucis que j'ai eu c'est parce qu'il y a tellement de clients assistés de service qu'il est souvent super dur de différencier un handicap de la connerie, dans la masse d'un rush j'ai eu 2 expériences gênantes XD

    Y'a le cas des clients qui refuse tout effort visuel, ils arrivent, ils demandent ce qu'on a, combien ça coûte et compagnie, on se retrouver à lister TOUT ce qui est bien en vu dans la vitrine avec les prix écrit en gros mais non… Le pire c'est ceux qui attendent depuis 10 min sur le côté qui regardent les vitrines avec attention, on pense qu'ils ont choisi et tout et là "Vous avez quoi ? Ils sont à quoi vos sandwich ? vous avez quoi comme boisson ?" et quand on voit plusieurs centaines de personnes en continue et que ce genre de clients représente un GROS pourcentage, qu'on parle toute la journée avec la gorge tout sèche et qu'on doit s'amuser à lister ce qui est sous leurs yeux…. Du coup des fois je deviens désagréable et UNE fois c'est super mal tombé XD "vous avez quoi ?" et j'ai du répondre un truc du genre "ni plus ni moins que ce qu'il y a dans la vitrine" "oui mais je ne vois pas…"
    *MALAISE* heureusement la suite s'est plutôt bien passé…

    Et une fois c'était avec un sourd et muet, comme je suis souvent dans une vente à emporter entourée de frigos et vitrines qui font BVRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR + le moulin à café qui se met parfois en marche avec un bruit strident + la voix de la sncf bah j'entends très mal les clients qui se rendent pas compte du bruit dans lequel je travaille… Je passe mon temps à faire répéter avec plus ou moins de patience et quand il s'agit d'étrangers qui ont un accent ou de mal entendants qui ont des difficultés à prononcer, le fait est que je les entend tellement pas que j'entends ni l'accent ni la prononciation caractéristiques des gens qui n'entendent pas et quand je les fait répéter 40 fois ils ont tendance à parler de moins en moins forts parce qu'ils sont intimidés XDD
    Mais en général pour les sourds je repère le problème assez vite parce pour compenser ils m'incite à les regarder dans les yeux et sont plus souriants donc ça se passe bien.

    Donc t'inquiète pas si on te fait le coup, certains sont tellement pénibles !

    Enfin bon j'ai fait un peu de coiffure aussi et j'avais eu une cliente très vieille, aveugle, qui s'endormait tout le temps et qui sentait pas franchement bon. Et comme elle était handicapée les transports de la ville venait la chercher à des heures précises, du coup j'étais limitée pour lui faire sa permanente et sa coupe/brushing, mais comme en plus elle s'endormait j'y arrivait pas ! La merde XDDD mais j'ai été super choquée quand je galérait à essayer de finir le brushing et que ma prof a fait "oh puis laisse comme ça on s'en fout elle y voit rien" j'comprendais jamais qu'on puisse être aussi méchant et intolérant…
  3. Lily MLily M

    Le 13 avril 2013 à 23:41

    miss_bavarde;3977146Merci pour ce témoignage très instructif ! :)

        alchimie-2;3977663Très beau témoignage. Je ne vois pas quoi dire d'autre. Je souhaite plein de bonnes choses et encore plein de découvertes/de choses à apprendre /à tester à cette Madmoizelle.

        =)


    Merci beaucoup à vous deux :D

        tatsue;3977940Génial article !!!

        Je travaille dans un service de restauration rapide dans une gare et je suis confrontée régulièrement à des personnes mal-voyantes, aveugles, ou sourdes et muettes et je crois que je m'en sors par trop mal en général… Les soucis que j'ai eu c'est parce qu'il y a tellement de clients assistés de service qu'il est souvent super dur de différencier un handicap de la connerie, dans la masse d'un rush j'ai eu 2 expériences gênantes XD

        Y'a le cas des clients qui refuse tout effort visuel, ils arrivent, ils demandent ce qu'on a, combien ça coûte et compagnie, on se retrouver à lister TOUT ce qui est bien en vu dans la vitrine avec les prix écrit en gros mais non… Le pire c'est ceux qui attendent depuis 10 min sur le côté qui regardent les vitrines avec attention, on pense qu'ils ont choisi et tout et là "Vous avez quoi ? Ils sont à quoi vos sandwich ? vous avez quoi comme boisson ?" et quand on voit plusieurs centaines de personnes en continue et que ce genre de clients représente un GROS pourcentage, qu'on parle toute la journée avec la gorge tout sèche et qu'on doit s'amuser à lister ce qui est sous leurs yeux…. Du coup des fois je deviens désagréable et UNE fois c'est super mal tombé XD "vous avez quoi ?" et j'ai du répondre un truc du genre "ni plus ni moins que ce qu'il y a dans la vitrine" "oui mais je ne vois pas…"
        *MALAISE* heureusement la suite s'est plutôt bien passé…

        Et une fois c'était avec un sourd et muet, comme je suis souvent dans une vente à emporter entourée de frigos et vitrines qui font BVRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR + le moulin à café qui se met parfois en marche avec un bruit strident + la voix de la sncf bah j'entends très mal les clients qui se rendent pas compte du bruit dans lequel je travaille… Je passe mon temps à faire répéter avec plus ou moins de patience et quand il s'agit d'étrangers qui ont un accent ou de mal entendants qui ont des difficultés à prononcer, le fait est que je les entend tellement pas que j'entends ni l'accent ni la prononciation caractéristiques des gens qui n'entendent pas et quand je les fait répéter 40 fois ils ont tendance à parler de moins en moins forts parce qu'ils sont intimidés XDD
        Mais en général pour les sourds je repère le problème assez vite parce pour compenser ils m'incite à les regarder dans les yeux et sont plus souriants donc ça se passe bien.

        Donc t'inquiète pas si on te fait le coup, certains sont tellement pénibles !

        Enfin bon j'ai fait un peu de coiffure aussi et j'avais eu une cliente très vieille, aveugle, qui s'endormait tout le temps et qui sentait pas franchement bon. Et comme elle était handicapée les transports de la ville venait la chercher à des heures précises, du coup j'étais limitée pour lui faire sa permanente et sa coupe/brushing, mais comme en plus elle s'endormait j'y arrivait pas ! La merde XDDD mais j'ai été super choquée quand je galérait à essayer de finir le brushing et que ma prof a fait "oh puis laisse comme ça on s'en fout elle y voit rien" j'comprendais jamais qu'on puisse être aussi méchant et intolérant…

    Arf, oui c'est vraiment pas glop pour la vieille dame… Le coiffeur, c'est trop l'angoisse, un jour j'ai peur de ressortir avec les cheveux verts et rasée sur les côtés :p

    Pour  la restauration rapide, généralement je me vexe pas quand les gens comprennent pas tout de suite pour mon handicap, quand il y a beaucoup de monde, de bruit et qu'on est en plein rush, j'imagine que ça doit être super stressant du coup ça me gêne pas de répéter ou de dire que je vois pas, je peux comprendre. Même si pour moi c'est super le stress parce que je sais qu'il y a des gens qui attendent derrière moi et uand la personne derrière le comptoir me dit tout, j'ai l'impression d'être lente et de ralentir tout le monde… mais bon généralement, les gens sont plutôt cool ;)
  4. GorgoneGorgone

    Le 14 avril 2013 à 03:53

    Coucou @Malilyss,

    Je viens juste de découvrir ton témoignage et les réactions sur ce forum.

    Je voulais juste te dire merci d'avoir partagé ton histoire avec nous, et surtout d'avoir répondu aux questions de tout le monde, parce des questions on s'en pose beaucoup mais souvent on n'ose pas les poser de peur d'être vexant où d'avoir l'air bête. :)

    Je voudrais avoir ton avis sur une chose: qu'est-ce que tu penses de l'accessibilité pour les personnes non-voyantes en France? Est-ce que c'est au point?
    Je sais par exemple qu'il y a beaucoup de villes où ce n'est pas top pour les gens en fauteuil roulant et je voudrais savoir si c'est pareil pour toi.

    J'habite au Japon et j'ai pu remarquer qu'il y avait beaucoup de trucs pour pour les non-voyants.
    J'habite à Tokyo mais j'ai remarqué la même chose dans beaucoup d'autres grandes villes: il y a par exemple des dalles avec de gros plots qui indiquent le chemin aux non-voyants.
    Ça n'existe pas uniquement sur le bord des quais et dans les gares, mais aussi autour des gares et sur certains axes principaux, par exemple tout le long d'une avenue, avec d'autres dalles pour indiquer, par exemple, l'entrée du bureau de poste.
    Ce n'est pas partout mais c'est assez répandu, et je trouve ça assez formidable. La majorité des feux ont aussi un système sonore, soit toujours en route, soit qui se met en route lorsqu'une personne non-voyante est à proximité.

    Du coup j'ai l'impression de croiser beaucoup plus de non-voyants qui se promènent tout seuls que lorsque j'étais en France.

    Mais tout n'est pas parfait, un soir je suis descendue du train, et il y avait un monsieur aveugle qui descendait aussi, et qui s'est pris un des piliers de la gare en pleine face.
    Un peu plus loin il y avait un escalier alors je suis restée à côté de lui et je le lui ai indiqué. Il avait sa canne mais dans le doute je me suis dit qu'il valait mieux lui dire pour rien que de risquer de le voir chuter, surtout qu'il avait l'air encore un peu choqué de sa rencontre avec le pilier.
    J'avais un peu peur de le vexer (genre 'je peux me débrouiller tout seul"), mais il m'a dit merci d'un air content, alors moi aussi j'étais contente. :)

    D'ailleurs il y a des affiches dans le métro qui invitent les gens à filer un coup de main aux personnes non-voyantes (genre indiquer un escalier comme je l'ai fait).

    Tout ça pour dire que je trouve ce genre d'initiatives sympas et j'aimerais bien qu'on fasse la même chose en France.
  5. LaraneutronLaraneutron

    Le 21 avril 2013 à 22:10

    déjà, gros bravo à mayliliss, qui est pleine de bon sens, de courage.
    ensuite, juste pour les audiobooks, si tu es anglophone, il y a audible qui en a… des milliers!!!
    courage, keep up the good life!
  6. GringoGringo

    Le 21 avril 2013 à 22:37

    @malilyss J'ai une question: quand je ferme les yeux j'ai de temps en temps des tâches de couleurs, des rayures qui se forme sur mes paupières. Ce n'est pas mes yeux qui voient vu que je suis dans le noir les paupières fermées, donc j'imagine que c'est mon cerveau qui fait que ça apparaît (pourquoi je ne sais pas). Est-ce qu'un aveugle a la même chose ou non?
  7. Lily MLily M

    Le 22 avril 2013 à 00:41

    @Gorgone : ouah, je ne savais pas qu'autant de choses étaient faites au Japon, c'est impressionnant ! Effectivement, en France tout n'est pas toujours adaptée pour faciliter la vie aux personnes non-voyantes où en situation de handicap de manière générale. Il y a des choses qui sont faites bien sûr et je pense qu'il faut vraiment les souligner. Par exemple, dans l'office du tourisme de ma ville, il y a tout un plan de la ville en relief sur un mur avec des indications en braille et tout, c'est vraiment chouette. Dans la rue, les passages piétons sont souvent indiquées par des bornes podotactiles au sol et c'est d'une grande aide. par contre, la signalisation des feux rouges par signal sonore, c'est assez rare. Ici, on en a deux ou trois à des carrefours stratégiques mais même, ce n'est pas super sécure j'ai l'impression car j'ai essayé une fois de traverser l'un de ses carrefours et je me suis quand même fait une frayeur. Pourtant, il y a des villes où des aménagements sont entrepris. En Île de France par exemple, là où j'ai fait ma rééducation, le centre ville était équipé de feu sonore et les personnes en ayant besoin pouvaient faire une demande à la mairie où on leur donnait un boîtier qui, lorsqu'on se trouvait à un carrefour et qu'on appuyait dessus activait un système de haut parleurs indiquant dans quelle rue on se trouvait et à quel croisement avec tel autre rue; C'était vraiment génial et je trouve ça dommage qu'il n'y en ai pas plus. Mais comme tout, il faut de l'argent et les subventions sont d'abord dirigées vers d'autres choses.

    Pour l'histoire avec le monsieur que tu as raconté, j'ai connu ça aussi une fois à la gare, je me suis pris un des piliers et c'est pas super agréables :lol:. C'est chouette les gens qui aident, je trouve. Parfois, je me sens coupable quand je suis grognon et qu'on m'aide sur un trajet que je connais par coeur mais les gens ne le savent pas et c'est chouette de leur part d'aider… Parfois, notre ego nous dit de rétorquer qu'on peut se débrouiller tout seul parce que c'est dur de se sentir toujours dépendant mais la plupart du temps, je remercie avec un sourire et même si je le savais déjà ben c'est sympa que la personne ait fait assez attention pour me signaler un obstacle ou quoi alors je la remercie :) Il faut que j'aille vivre au Japon alors ;). Mais même dans d'autres pays, j'ai vécu quelques temps à Londres et en Ecosse, c'est plus adapté que dans certaines villes en France. par exemple, dans le métro il y a des bornes au sol pour signaler les escaliers et les entrées d'ascenseur, le métro et les bus parlent beaucoup plus qu'en France et indique tous les arrêts, dans ma ville certains bus le font mais ce n'est pas tous. Et à Glasgow, ddans le quartier de la fac où j'ai étudié, il y avait des feux sonores partout, pareil en centre ville, c'était génial :).

    @Laraneutron : merci pour l'info ! Je lis effectivement beaucoup en anglais et je ne connaissais pas, merci ! :)

    @Gringo  : Ca m'est arrivé il y a quelques temps ce genre de chose mais plus maintenant. Je ne peux pas répondre pour toute les personnes non voyantes, chacun a sa perception et son degré d'accuité visuelle. Cela dit, ça ne me le fait plusmaintenant :). Désolée pour ce manque de réponse à ta question :).
  8. GorgoneGorgone

    Le 22 avril 2013 à 13:49

    Salut Malilyss,


    Merci beaucoup d'avoir lu mon pavé et de m'avoir répondu!
    Dommage que la France semble en retard sur d'autres pays du point de vue de l'accessibilité, j'espère que ça changera.


    J'ai des question bêtes: ton programme de lecture vocale sur ton ordi, il fait comment quand il y a des smileys? :D

    C'est dur d'apprendre le braille? Est-ce que c'est vrai ce qu'on raconte, que quand on perd un sens les autres sont fortifiés, ou bien c'est juste qu'on les redécouvre parce qu'on les utilise plus?



    En tout cas merci de m'avoir appris le mot "bornes podotactiles".
  9. HellBillyHellBilly

    Le 22 avril 2013 à 22:17

    Hello

    Super initiative cet article, c'est bien de pouvoir se renseigner sur le quotidien de gens "extra-ordinaires" (c'est mignon comme appellation ^^).

    Concernant les livres audio (j'arrive un peu tard), ce qui pourrait être une bonne opé serait de vendre le livre papier avec une clé pour télécharger la version audio, comme ça on paye l'objet, et psychologiquement je trouve ça plus sympa, par exemple pour une famille avec une personne aveugle (chacun profite de son support), ou les gens qui ont des soucis de migraines ophtalmiques (comme moi).

    D'ailleurs, cette histoire de logiciel qui lit les pages internet m'intéresse assez, parce que j'ai des périodes où j'ai mal et je ne peux pas utiliser mes yeux pendant plusieurs heures, donc je cherche en ce moment des idées de choses à faire (parce que pour une personne qui n'a jamais été confrontée à la cécité, c'est pas facile de trouver une activité qui n'implique pas la vue).

    En tout cas merci de nous faire partager ce témoignage, c'est enrichissant. Et c'est cool de pouvoir répondre aux questions des miss (que je me posais aussi ^^)

    :fleurs:
  10. Lily MLily M

    Le 26 avril 2013 à 00:21

    @gorgone: De rien, j'ai trouvé ton pavé très intéressant ;) je trouve ça bien de voir ce qui se fait dans d'autres pays pour voir ce que l'on pourrait faire chez nous pour améliorer. Selon la loi sur l'accessibilité et le handicap adoptée en 2005, tous les établissements publiques sont censés être accessibles à tous d'ici 2015. Malheureusement, c'est difficile avec certains bâtiments très anciens. Par exemple, là où j'habite pour l'instant, le centre-ville est un beau vestige de l'époque médiévale et de l'époque moderne et les bâtiments les plus anciens sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO, entreprendre des travaux de réaménagements sans leur nuire est alors compliqué, ce qui se comprend d'une certaine manière.

    Pour les smileys, la synthèse vocale dit généralement leur nom… Par exemple, pour le smiley :D que tu as mis elle dit "graphique" pour indiquer que c'est un smiley et "deux point D" pour dire qu'il sourit… Ce genre de choses ) Pour le smiley fleur, elle va dire "graphique, fleur"

    Pour le braille, je ne saurais pas trop te dire, je l'ai appris en même temps que j'ai appris à lire en noir (c'est à dire en écriture "normale") du coup c'est assez naturel pour moi, même si je l'utilise finalement assez peu hormis dans un cadre professionnel. Mais ma rééducatrice, qui m'avait donné des méthodes pour enseigner le braille à des voyants, m'a dit que si on pratique une heure de lecture par jour pendant un an, on a appris l'intégralité des signes du braille.

    Pour le développement des autres sens, je ne sais pas… J'ai toujours eu une bonne ouie et un bon touché je ne sais juste pas si c'est qu'ils sont plus développés pour compensés le manque de ma vue ou  que j'y fais plus attention maintenant que je ne vois plus. La vue est un sens très dominant, il prend le pas sur les autres temps il emplit notre cerveau d'informations et on a tendance à se reposer beaucoup sur nos yeux et à négliger les autres sens, sauf quand un bruit est très fort ou une odeur désagréable ou imposante. Comme dirait Obi-Wan Kenobi, les yeux peuvent nous tromper… Ne nous y fions pas ! ;)
    Plus sérieusement, pour ma part je pense que les sens se développent plus qu'en l'un vient à manquer effectivement :) j'ai même développer une sorte de sixième sens, je sais ça fait très mystique dit comme ça. Ca s'appelle la perception des masses je crois, ça veut dire que par exemple, quand je marche dans la rue et si je fais très attention, je peux repérer les gros objets avant que ma canne ne les touche. Une voiture sur le trottoirs, une grosse poubelle, un poteau… C'est magique un peu mais la plupart du teps je me cogne quand même dans les poubelles parce que je pense à trente-six mille choses en même temps.

    @hellbilly : je suis plutôt d'accord avec ton idée de vendre à la fois le livre physique et le livre audio sur une clé, j'aimerais bien parfois car avec ma colocataire on lit souvent les mêmes livres mais du coup on les achète dans deux endroits différents si on veut les lire en même temps vu qu'elle lit sur papier et moi en audio ou en ebook… Pas toujours facile de se coordonner !

    Pour la synthèse vocale, je t'envoie les informations sur le logiciel par message privé :)

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !