Nadine de Rothschild chez Ruquier, retour en 1940

La baronne était invitée à « On n’est pas couchés » samedi dernier, pour présenter son dernier ouvrage, comme d’habitude consacré à la bonne éducation, la bienséance et tout le bordel. Outre le fait qu’elle nous enseigne qu’il faille être poli même si on utilise la communication par email, la baronne s’illustre par ses baskets et son […]

Nadine de Rothschild chez Ruquier, retour en 1940

La baronne était invitée à « On n’est pas couchés » samedi dernier, pour présenter son dernier ouvrage, comme d’habitude consacré à la bonne éducation, la bienséance et tout le bordel. Outre le fait qu’elle nous enseigne qu’il faille être poli même si on utilise la communication par email, la baronne s’illustre par ses baskets et son discours réactionnaire emprunt de valeurs justes. Le festival commence vraiment à partir de 2’23, je t’en prie, clique :

Ah oui, j’oubliais : Mes hommages à ta famille. (Si, si la Fômille)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Eleanor
    Eleanor, Le 5 mai 2009 à 22h41

    Je ne vais pas ajouter grand chose ( même je ne me remets toujours pas de ses propos sur le viol ), puisque je suis d'accord avec pas mal de filles.

    Pour une fois, Zemmour a raison ( même s'il m'énerve toujours au plus haut point avec ses fortes tendances anti-féministes ), c'est tellement simple de faire un livre où l'ont dit ce qui est "bien" ou "mal", mais c'est beaucoup plus difficile d'expliquer comment avoir de l'autorité et comment imposer des principes à nos enfants.
    Et puis, lorsque les enfants en bas âge sont mal éduqués, je veux bien que l'on rejette la faute sur les parents, mais une fois adolescents, la plupart des enfants choississent si oui, ou non, ils vont suivre les principes de leurs parents. Donc je pense qu'il faudrait arrêter de blâmer les parents, parce que beaucoup ont pleins de principes, les ont éduqués ( ou du moins ont essayé ), mais cela n'aboutit pas forcèment à ce qu'ils espéraient.

    Quant à l'invitée, il faudrait qu'elle redescende un peu de son pied d'estale ( quoi qu'il est un peu tard maintenant... ), parce qu'elle s'auto-proclame la réfèrence en matière de bons principes, mais il me semble que les principes sont propres à chacun, donc je ne vois pas comment elle peut se permettre de faire un tel livre sans avoir l'impression d'être imbue d'elle-même.
    Mais sinon, il y a vraiment des gens qui achètent ce genre de livres ( enfin, particulièrement celui-ci ) ? C'est la première question qui m'est venue à l'esprit.

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)