#RapeMelania : les menaces de viol et le slutshaming ne sont JAMAIS des arguments

Melania Trump, la future Première Dame des Etats-Unis, est visée par des flots d'injures sexistes, allant jusqu'aux menaces de viol. Quoi qu'on pense de ses idées, elle ne mérite pas de telles attaques. Personne, en fait, ne le mérite.

#RapeMelania : les menaces de viol et le slutshaming ne sont JAMAIS des arguments

Je ne suis pas une fervente supportrice du couple Trump, loin de là. Lors de la victoire du candidat Républicain, j’expliquais d’ailleurs à quel point son élection me faisait peur. Je ne veux, globalement, rien avoir à faire avec lui, ni avec sa femme, Melania Trump, qui le soutient.

Et pourtant, malgré ça, le traitement dont elle fait l’objet me pousse à prendre la plume en tant que féministe.

Depuis les résultats, et même durant la campagne, Melania Trump a été utilisée comme défouloir par une partie des détracteurs de son mari. Elle est brandie comme un énième argument contre lui, contre ce qu’il représente. Il est pourtant facile de trouver des arguments contre Donald Trump sans s’attaquer au physique de sa femme. 

Melania Trump, victime toute désignée du sexisme

Melania et Donald Trump se sont mariés en 2005, alors que la carrière de celle-ci en tant que mannequin avait déjà commencé. Il se trouve qu’elle a été amenée à poser nue dans ce cadre.

Les clichés de Melania Trump dans le plus simple appareil sont exhumés par des médias en mal de sensationnel, cherchant à prouver qu’elle ferait une piètre Première Dame. Sauf qu’humilier, juger une femme parce qu’elle a posé nue dans le cadre de son travail, ou parce qu’elle a pratiqué certains actes sexuels, c’est du slut-shaming, ni plus ni moins.

À lire aussi : Le slut-shaming expliqué sur France 2, ou quand la télé se remet à me plaire

Les incessantes attaques concernant le physique de Melania Trump sont tout aussi stupides. Comme si une femme correspondant aux canons de beauté (et en ayant, à un moment, fait sa carrière) ne pouvait pas être dotée d’intelligence ! Sur madmoiZelle, on avait déjà dénoncé ce préjugé sexiste ayant visé Marion CotillardMiss Islande ou encore Léa Salamé.

Eh bien le sexisme ne change pas, même lorsqu’il atteint une femme dont je ne partage pas les idées.

#RapeMelania, l’appel au viol qui donne la nausée

Le sexisme ne s’est pas arrêté en si bon chemin. On a atteint des sommets ignobles avec l’appel au viol dont Melania Trump a été victime. Parti d’une pancarte lors d’une manifestation anti-Trump, le hashtag #RapeMelania a eu le vent en poupe sur Twitter il y a quelque jours.

Mais personne ne mérite d’être la cible d’un appel au viol.

Toute ressemblance avec un épisode de Black Mirror serait purement fortuit

Une injure sexiste est une injure sexiste, peu importe qui elle vise

Je peux être en désaccord viscéral avec une personne, et ne pas cautionner pour autant les insultes sexistes qui la visent.

Je peux être en désaccord viscéral avec une personne et ne pas cautionner ce type d’insulte. Parce que si demain je me lance en politique, je veux qu’on s’oppose à moi en utilisant mes idées, pas la taille de mes seins ou la longueur de ma jupe.

Pas en me ramenant à mon genre, en appelant au viol.

Ce genre de réaction, de « protestation » contre une personnalité publique aux idées rétrogrades, montre que le sexisme est loin d’être une relique du passé. Ici, on condamne Melania Trump à souffrir… parce qu’elle est une femme. Ce qui n’est jamais légitime.

big-precis-harcelement-en-ligne-sexisme

Les idées de Trump vous débectent ? #RapeMelania ne vaut pas mieux

Des personnes se revendiquant progressistes, souvent féministes, qui manifestent contre l’élection d’un homme parce que celui-ci a des idées rétrogrades… utilisent finalement exactement une rhétorique similaire à celle de Donald Trump lorsqu’il expliquait aimer « attraper les femmes par la chatte ».

Cherchez l’erreur.

En tant que féministe, je me retrouve aujourd’hui à prendre la parole pour défendre une femme dont j’aurais vraiment préféré éviter de parler. Mais je ne peux pas laisser passer ce genre de discours, peu importe ce qu’on pense de la personne visée.

Il est important de garder en tête que nos adversaires, en politique, le sont pour leurs idées. C’est sur ce terrain qu’il faut les attaquer. Pas sur ce qu’ils et elles ont, ou non, entre les cuisses.

À lire aussi : Arrêtons de « hater » le succès des jeunes femmes qui réussissent

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 8 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Salander
    Salander, Le 19 novembre 2016 à 9h54

    Déjà pendant l'élection, avec ce que les médias ont relayés sur les dires de son mari sur les femmes, ça n'a pas été la grande joie pour elle, mais là on s'en prend directement à elle...C'est affligeant.

Lire l'intégralité des 8 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)