L’interview de LuZ, dessinateur de Charlie Hebdo, par Vice News

Luz, dessinateur à « Charlie Hebdo » et survivant de l'attentat du 7 janvier, s'est confié à la caméra de Vice News. Il revient sur le déroulement des événements, mais analyse aussi ce que « Je suis Charlie » veut dire.

Moins d’un mois après l’attaque de la rédaction du journal Charlie Hebdo par deux hommes armés, le dessinateur Luz répond aux questions de Vice News.

À lire aussi : Je suis Charlie Hebdo, le choc des images et la colère des mots

Il raconte son arrivée au bureau ce matin-là, en retard, sa découverte des lieux après le massacre de ses collègues et ami•e•s. Il décante les images et les émotions qui l’ont secoué, mais il revient également sur la grande Marche Républicaine, l’ironie de défiler aux côtés de dirigeants politiques sévèrement critiqués par Charlie.

À lire aussi : La Marche Républicaine « Je suis Charlie » du 11 janvier 2015, un évènement historique

À propos de critiques, Luz en profite pour faire passer un message à « ceux qui sont Charlie, mais », en présentant la version « responsable » que la rédaction du journal s’était amusée à faire : un numéro garanti sans dessins ni propos susceptibles de heurter le public. Et le dessinateur interroge sur « la responsabilité du dessin » :

« L’humour, ça ne tue personne. On n’est pas prisonnier de l’humour des autres »

Une interview à regarder sur la chaîne YouTube de Vice News

Mourir pour des idées « ça arrive en Afrique, ça arrive… ailleurs »

Trigger Warning coups de feu dès le début, puis à 2:42. J’ai fait démarrer la vidéo après les premiers coups de feu, si vous voulez les éviter.

Depuis les attentats, Luz vit sous protection policière, et son appartement est configuré « anti-sniper ». De savoir qu’un dessinateur de presse doit vivre dans ces conditions à Paris, en France, en 2015, me met extrêmement mal à l’aise. Est-ce un prix acceptable à payer pour la liberté d’expression ? Doit-on se laisser dicter une bienséance éditoriale par la terreur des armes ?

« Liberté d’expression, mais...» il y a des limites, bien entendu, celles que la loi française établit. Pas celles que les fanatiques, les terroristes et autres maîtres chanteurs de la terreur cherchent à nous imposer.

Qu’en penses-tu ? Viens en débattre dans les commentaires !

À lire aussi : L’apologie du terrorisme et les limites de la liberté d’expression

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ma Poule
    Ma Poule, Le 2 février 2015 à 18h34

    Putain il a vu tous ses potes se faire tuer le jour de son anniversaire quoi :tears::tears:

    J'ai un réflexe assez étrange, dès que je vois Luz ou Pelloux, je pleure. Même si ils ne pleurent pas.

    C'est très bien qu'il ait parlé de l'hypocrisie des chefs d'états présent à la marche.

    Par contre, ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi avoir exporté des exemplaires du dernier Charlie dans les pays du Moyen-Orient, pour lesquels il n'y avait jamais eu de Charlie de publiés auparavant, et dont la réaction à la couverture était prévisible, presque évidente?

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)