La lecture dans les transports en commun : avantages et inconvénients

Lire dans les transports, cela peut avoir des bons côtés mais aussi des côtés plus contraignants : voici un échantillon de situations auxquelles vous pouvez être confronté•e•s.

La lecture dans les transports en commun : avantages et inconvénients

Lire dans les transports permet de rentabiliser de manière plaisante ces longs moments passés entre deux aisselles odorantes et une poussette qui te rentre dans le dos dans le bus/tram/métro/train/[rajoute-ici-ton-moyen-de-locomotion]. C’est l’évasion par excellence, une manière de voir les minutes s’écouler  à une vitesse folle et l’impression de ne pas perdre bêtement son temps à regarder d’un oeil bovin le paysage défiler (sous réserve que tu aies la chance de voir un paysage défiler).

big-petits-trucs-insupportables-transports-en-commun

Néanmoins, si cette pratique a de nombreux avantages, il ne faut pas en oublier les inconvénients. Alors je vous propose aujourd’hui de revenir ensemble sur les bons et les mauvais côtés de la lecture mobile en communauté.

Commençons par les bons côtés car nous sommes des personnes positives.

Avantage — Être une inspiration pour les badauds

Lire dans les transports, c’est être pourvoyeur de culture (tout de suite tu sens que ton ego est contenté). Quand tu te retrouves face à quelques dizaines de personnes, que tu ris aux larmes en lisant un roman ou que tu as la lèvre tremblotante d’émotion, forcément, ça intrigue ceux qui se trouvent dans ton périmètre. Les gens vont user de toutes les ruses et de toutes les contorsions pour distinguer ce que tu es en train de lire.

Qui sait ? Quand ils se rendront dans une librairie et qu’ils verront la même couverture que celle que tu tenais amoureusement entre tes mains, ils auront peut-être l’envie de regarder ce dont il s’agissait ! Et grâce à toi, l’économie du livre ira mieux.

big-libraire-temoignage

Avantage — Trouver des gens qui partagent ses goûts

Les transports en commun fourmillent de lecteurs et de lectrices passionné•e•s, muni•e•s de leur précieux livre ou de leur liseuse. Dégainer son propre bouquin au milieu des usagers peut faire palpiter certains coeurs de littéraires, qui auront envie irrésistible de discuter de ce roman qu’ils ont aussi lu, et peut-être même de vous conseiller d’autres titres.

Ça permet de nouer des liens conviviaux et de partager ses expériences de lecture, c’est quand même plutôt sympa. Et puis parfois, l’échange se limite à un simple échange de regards complice qui suffit à passer une bonne journée !

À lire aussi : Lettre ouverte à la dame du RER B qui m’a redonné foi en moi

Avantage — S’asseoir sans scrupule

Quand tu lis, tu n’es pas aussi légitime qu’une femme enceinte, une personne en béquille ou une personne âgée pour demander à ce qu’on te cède une place assise, alors n’hurle pas à cette mamie qu’elle pourrait te laisser t’asseoir. Néanmoins, il est évident que tu imposes une forme de respect grâce au charisme que tu dégages en lisant (ça fonctionne moins si tu es en train de dévorer le Journal de Mickey). Cela fait que les gens te jetteront moins de regards assassins si tu te diriges vers une place assise vacante (tout ceci est sans doute assez utopique mais j’ai envie d’y croire).

the-darjeeling-limited

Voyons maintenant les aspects plus problématiques, car il ne faut pas nous voiler la face.

À lire aussi : Les 7 plaies du voyage en train

Inconvénient — Louper son arrêt

Forcément, je ne peux pas ne pas entamer la liste des inconvénients par le grand classique d’une lecture excessivement trépidante dans le métro. Je parle bien évidemment du fait de louper son arrêt ! Si vous vous retrouvez au terminus sans trop savoir comment, il y a fort à parier que vous ne vous sentiez pas très fier•e… surtout si ça vous fait manquer un rendez-vous.

Et hélas, le monde est injuste : l’explication d’un climax trop puissant dans l’intrigue de votre livre ne fonctionne pas pour excuser votre retard, donc il va surtout falloir faire preuve d’imagination pour tempérer la colère des gens qui vous attendent.

À lire aussi : Six situations horribles quand on est toujours en retard

Inconvénient — Les comportements intrusifs

Le moment le plus gênant lorsqu’on est en train de lire dans les transports, c’est celui où l’on sent un souffle inconnu dans son cou et une présence dont la proximité est très dérangeante. Il s’agit là de la personne qui est en train de lire par-dessus notre épaule.

raiponce-disney

Alors d’accord, à première vue ça peut paraître sympa : la personne s’intéresse et souhaite découvrir le livre (pour de bonnes ou de mauvaises intentions). Mais ça reste complètement intrusif et l’intimité involontaire que cela entraîne est quelque peu désagréable ! Lire, c’est aussi se construire une petite bulle autour de soi, et c’est pas franchement souhaitable que quelqu’un vienne la faire éclater sans notre consentement.

Inconvénient — Les séquelles physiques

Alors lire, c’est chouette, mais parfois, ce n’est vraiment pas pratique !

george-est-doux-tic-tac

T’as la réf ?

Tant que c’est un petit livre de poche c’est tranquille, mais dès que les formats commencent à prendre possession de tout l’espace de son sac, ça commence à poser problème. Ça pèse lourd sur les épaules et tes trapèzes ne te remercient pas ; ils sont même très belliqueux et rancuniers.

À lire aussi : Rencontre avec Alice, masseur-kinésithérapeute

Ensuite, dès que tu te retrouves dans un environnement bondé, tu peux difficilement lire sans éborgner quelqu’un ou prendre le crâne d’un inconnu pour un chevalet (sentez ici le poids du vécu). Je peux vous garantir que ça n’attire pas la bénédiction d’autrui. Enfin, à la moindre secousse, les lignes se transforment en vaguelettes indéchiffrables qui finissent par donner le tournis… Bref, lire ton roman finit vite par ressembler à une épreuve de Fort Boyard.

Et toi, quelles sont tes anecdotes de lecture dans les transports en commun ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 47 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Crazy
    Crazy, Le 22 février 2016 à 12h01

    lueure
    est ce que dans une liseuse on peut lire des revues ?
    Je crois que oui, mais tu dois certainement avoir moins de choix qu'en papier.

    Allitché
    Ah et dernière remarque: de toute façon, moi ça me soûle d'acheter les ebooks parce que c'est trop cher (si tu compares au format physique, c'est souvent quasi équivalent niveau montant) alors j'ai quasiment que des classiques (entrés dans le domaine public). Après en fouillant tu peux toujours trouver des choses plus modernes...
    Sur Amazon et sur 7switch (ex-Immatériel), y'a souvent des promos.

    Sinon, pour des raisons de place ^^ j'achète surtout en numérique... sauf quand ce sont des auteurs français, parce que c'est mieux pour les dédicaces ^^

    Ah oui, et pour les gens qui se plaignent que ça leur explose les yeux de lire sur tablette/PC : faut pas hésiter à régler la luminosité (et ne pas toujours faire confiance aux réglages automatiques proposés). Par ailleurs, sur Kindle, on a l'option "blanc sur noir", qui pompe moins la batterie et gêne moins le/la voisin(e) quand on lit la nuit :)

Lire l'intégralité des 47 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)