Le petit philosophe, de Stéphane Jougla

stephane jougla le petit philosopheJ'aimerais vous présenter aujourd'hui d'un roman doux et sensuel, qui m'a touchée au cœur. Il s'agit du "Petit philosophe" de Stephan Jougla.

Le petit philosophe, de Stéphane Jougla

Le hasard a voulu qu’au détour d’une librairie de seconde main, je tombe sur sa dernière œuvre. Parue en 2009, elle nous entraîne dans le monde de Louis et de ses millefrères. Louis a 12 ans, des mots plein la bouche et des pensées plein la tête. Il a aussi une mère qui se pare comme un paon, s’éclaire du jeudi au dimanche, quand elle part à la recherche de l’homme gentil, avant de s’éteindre du lundi au mercredi quand elle ne le rencontre pas. Louis qui est entouré de ses mille frères qu’il ne nomme pas, tant ils sont nombreux, ne voit son père qu’un mois l’été. La plume pour l’illustrer se teinte de rancune, sans jamais verser dans le drame.

Chaque semaine Louis aide sa maman a dénicher l’homme gentil, en se demandant quelle étrangeté permet aux enfants de naître et d’exister sans père. Le trouver l’effacera-t-il ? Un père peut-il naître après ses enfants ?

Il n’a que douze ans lorsque déjà les femmes de son entourage se mettent à l’envisager à la façon des adultes. La belle-mère ou la grand-mère se font caressantes, insistantes l’enfant ne réagit pas. En pointillés, les pourquoi, l’inceste léger, l’émoi profond. Louis ne ressent rien. Enfance ou indifférence ?

Jusqu’à Denis, la vie suit son cours. Jusqu’à Denis, la vie est lente, plus qu’enrichissante. Il est l’homme-gentil. L’homme instruit. L’étudiant qui lit jusqu’à se perdre au travers des mots. L’homme plus jeune, l’homme amoureux de la mère.

Louis l’épie, se nourrit de sa présence, découvre la lecture, se plonge en elle, espérant y retrouver l’empreinte de Denis. Parfois, la nuit, il n’y résiste pas : il rejoint la chambre des amoureux, caresse l’étoffe des dessous de l’homme et s’endort au son des soupirs du couple.

La maman de Louis est jalouse de loin. De leur amitié. De leurs liens. Des regards échangés qui l’éloignent du fils et de l’amant. Elle se tait.

Intuitivement, on comprend, on ressent. L’émoi. Les froissements du désir.  On aperçoit au loin l’adolescent qui quitte l’enfance, l’étudiant qui tendrait bien la main.

On ferme les yeux, rien n’est écrit vraiment. On se prend à rêver doucement…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Eloïse V.
    Eloïse V., Le 28 juillet 2011 à 13h35

    Eden04;2132911
    Purée purée, ça y est, je l'ai lu, et même deux fois! Je ne voulais pas commenter ton article après ma première lecture, je voulais que ça décante et voir l'effet que la deuxième lecture me ferait.

    Eh ba Eloïse... merci quoi. C'est juste magnifique. C'est tellement doux, on s'y sent bien. Plein de poésie, t'as l'impression de marcher dans les nuages couleur barbapapa quand tu lis ça.

    Je suis vraiment déçue qu'il n'y ait pas plus de Madz à avoir commenté cet article, parce que le coup de coeur que j'ai eu quoi! :cupidon: D'ailleurs, je ne suis pas la seule, je l'ai déjà fait tourner, et il en a causé des émois! :d

    Bref, tout ça pour dire que j'attends ton prochain article de pied ferme! :worthy:
    Je n'avais pas vu ton commentaire et tu n'imagines pas l'immense sourire que tu viens de me coller sur le visage :shifty:
    Je crois qu'il n'y a rien qui me fasse plus plaisir que l'idée que j'ai pu communiquer ce que j'ai ressenti en lisant un roman.

    Merci <3

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)