Le « lundi vert » sans viande ni poisson, pourquoi ça braque autant ?

Des personnalités appellent à un « lundi vert » pendant lequel les Français et Françaises ne mangeraient ni viande, ni poisson. Et ouloulou, ça ne plaît pas à tout le monde.

Le « lundi vert » sans viande ni poisson, pourquoi ça braque autant ?

Publié le 3 janvier 2019.

Isabelle Adjani, Frédéric Lopez, Lolita Lempicka, Stéphane Bern, Flavie Flament, Cédric Villani… ils et elles sont nombreux à signer une tribune appelant à un « lundi vert » sans viande ni poisson.

Et cette proposition crée des réactions épidermiques.

La tribune pour un « lundi vert » sans viande ni poisson

Cette tribune signée par 500 personnalités a été publiée dans Le Monde.

Les signataires mettent en avant divers arguments en faveur d’une journée par semaine sans viande ni poisson :

  • La lutte contre le changement climatique
  • L’impact écologique de l’élevage intensif
  • Les risques pour la santé d’une consommation élevée de viande
  • La façon dont les animaux sont (mal) traités, notamment dans les élevages intensifs

Ils et elles concluent ainsi :

« Pour l’un ou plusieurs des arguments que nous venons de mentionner (la planète, la santé et les animaux), il nous semble à la fois rationnel, souhaitable et réaliste d’infléchir nos habitudes, en commençant par nos repas chaque lundi.

Bien que ces évolutions de pratiques individuelles ne soient pas suffisantes pour produire tout le changement nécessaire (qui relève naturellement d’un niveau plus global), nous pensons qu’elles y contribuent.

C’est donc l’engagement que nous prenons publiquement et que nous vous invitons à prendre avec nous. »

Les réactions épidermiques au concept de « lundi vert »

C’est plutôt effarant de dérouler les réponses aux tweets de médias relayant cette tribune.

Les réactions sont souvent violentes, insultantes, alors que le ton des signataires me semble mesuré, respectueux. Ni dans l’injonction ni dans le mépris de celles et ceux qui pensent différemment.

Vous avez deux exemples ci-dessus, mais il y en a bien d’autres, allant des insultes aux propos injurieux, en passant par le classique « Pour moi ça sera tartare de bœuf »…

Le lundi sans viande ni poisson, ça braque

Ces réactions, les personnes végétariennes les connaissent bien, car souvent, avoir un mode de vie un peu différent, c’est pris comme « je suis mieux que vous ».

Ok, il y a une minorité de végé ou véganes qui vont prêcher la bonne parole à tout va et/ou mépriser les omnivores…

Mais il y a aussi des omnivores qui se braquent dès que quelqu’un annonce avoir une alimentation différente de la leur, et sortent l’artillerie lourde pour « défendre leurs valeurs » sans avoir reçu la moindre remarque.

Le lundi sans viande ni poisson, une « infantilisation » ?

Ici, des internautes refusent qu’on leur dise « quoi boire, quoi manger, quoi fumer ». Certains font référence au #DryJanuary, un « défi » sans alcool en janvier, et refusent ce qu’ils voient comme une infantilisation.

Cette tribune n’est pourtant pas une injonction, ni une infantilisation, mais une proposition : changer une petite habitude, faire différemment un jour dans la semaine, si on le souhaite.

Ce n’est pas d’un changement drastique que l’on parle, je pense que la plupart des gens ont en réserve une recette de lasagnes chèvre-épinards, de pâtes au fromage ou de gratin dauphinois qui est délicieuse et sans viande ni poisson !

Le végétarisme, une affaire de riches ?

Plusieurs réponses, virulentes mais pas forcément insultantes, déplorent que cette tribune est déconnectée de la réalité ; que pour beaucoup de gens, la viande et le poisson, ce n’est déjà pas tous les jours… Car ça coûte cher.

Et c’est vrai qu’un paquet de pâtes et un bocal de sauce tomate, ça coûtera toujours moins, au kilo, qu’un steak, même premier prix.

Clémence Bodoc propose des pistes de réponse dans son excellent article Le réchauffement climatique, un problème de riches ? :

« Le réchauffement climatique, c’est bien un problème de riches. Sauf que ce sont les pauvres qui en paient les conséquences au prix fort. »

Cette tribune ne s’adresse logiquement pas à celles et ceux qui ne mangent déjà pas de viande ou de poisson tous les jours (faute de moyens, par goût ou conviction), ça me semble évident. Mais les réponses me font douter.

Une telle proposition est-elle déconnectée de la réalité ? Ou un bon moyen de planter une petite graine dans la tête du plus grand nombre ?

Je me pose la question, et je te la pose aussi. Que penses-tu du « lundi vert » ? Comment aurais-tu formulé cette proposition pour braquer moins de monde ? Ou penses-tu que changer les choses, ça implique de déranger ?

Dis-moi tout dans les commentaires !

À lire aussi : J’ai testé pour vous le Défi Veggie : une semaine sans viande !

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!