Jean Dujardin dédramatise la polémique Les Infidèles

Les affiches des Infidèles, film avec Jean Dujardin et Gilles Lellouche prévu pour le 29 février 2012, ont été retirées. En promo aux États-Unis, Jean Dujardin ne se dit "pas atteint par la polémique".

« Je rentre en réunion » – le mensonge surplombe l’affiche, qui donne à voir un Jean Dujardin au milieu d’une paire de jambes qui se terminent par des escarpins vernis.

Lellouche n’est pas en reste, puisque de son côté, c’est une femme aux ongles vernis (d’un rouge similaire à celui des escarpins susmentionnés) qui s’avance vers lui, le visage plaqué contre sa braguette.

Le sexe fait vendre mais aujourd’hui, c’est l’infidélité qui est à la mode. Celle qui est signe d’une ouverture d’esprit, parfois une émancipation, en bref, une prise de liberté et de l’hédonisme contemporain. Certes.

Mais cette campagne de pub n’a pas été du goût de l’ARPP (« l’organisme de régulation visant à promouvoir une publicité saine, véridique et loyale »), qui a exigé son retrait en l’état. En effet, ces affiches suggérant des actes sexuels ont été accusées d’offrir « une image dégradante de la femme », faisant d’elle « une femme objet ».

Désormais, c’est cette affiche moins osée que l’on retrouvera :

Interrogé par Le Parisien hier, Jean Dujardin s’est étonné de la polémique :

« Tout ça, c’est fait pour rire. Je ne comprends donc pas bien cette affaire. »

Quand le quotidien lui demande si cette controverse pourrait nuire à sa réputation avant les Oscars, l’acteur, serein, répond :

« Non, je ne suis pas atteint. Ça ne me perturbe pas. Je continue à constater que l’accueil de « The Artist » est toujours aussi positif aux États-Unis et ailleurs. C’est ce qui m’importe. Ce que je vis actuellement vaut le coup et je ne vais me laisser gâcher ce moment. Depuis qu’on est ici, je suis un peu fatigué et je n’ai pas envie de sortir de ma chambre, mais la plupart du temps, je suis très heureux, surtout pour Michel Hazanavicius. Cet enthousiasme est une piqûre de rappel pour me dire que ce que je vis est génial. »

Bande-annonce :

Chargement du lecteur...

Les Infidèles  est un « film à sketches », autrement dit une succession d’histoires, scénarisées entre autres par Dujardin et Lellouche eux-mêmes, mais aussi un certain Nicolas Bedos (entre autres). Côté casting, on retrouvera Jean Dujardin dans plusieurs rôles, sa compagne dans la vraie vie Alexandra Lamy, Guillaume Canet, Manu Payet, Isabelle Nanty et plein d’autres. Le film traite de l’infidélité des hommes, vue par différents réalisateurs et réalisatrices. Sortie en salle le 29 février prochain.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 73 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • VII
    VII, Le 22 février 2012 à 16h23

    Antigone.;2937864
    Je trouve qu'on extrapole, là.. Parce que parti de là, qui dit que la femme-tunnel ne voit pas dans l'infidèle un simple objet sexuel, ou qu'elle n'est pas infidèle elle-même ? :happy:

    Soit, personellement, je trouve que c'est beaucoup de foin pour rien, et que ça décrédibilise un peu la cause... Faudrait voir à ne pas tout mélanger. Je suis la première à m'insurger en cas de sexisme (et tout à fait prête à le reconnaître, même dans les détails); mais là, on était dans un cadre bien précis : une campagne de pub vendant un film humoristique.

    Et je réitère : la femme n'est ni plus ni moins objet sexuel sur ces affiches que ne l'est l'homme, il me semble. Et selon les valeurs propres à chacun, on peut trouver bien plus pourri l'image véhiculée par l'homme (homme=infidèle, etc)
    Sans doute qu'il faut pousser l'analyse pour décrypter les choses, si on accumule la représentation d'une femme par juste escarpins+ tunnel par rapport à celle de l'homme (il a un visage, et même il parle, donc l"objectivation" reste plus difficile, beaucoup moins évidente) ça reste du stéréotype donc quelque chose de clivant.
    Et puis beaucoup ici (pas toi ) que c'était de l'humour comme si ça excluait le sexisme or une blague sexiste ou raciste pourra être drôle ce n'est pas antinomique.
    Par rapport à ce que tu disais sur "c'est un contexte précis" oui, mais je ne vois pas en quoi ce serait moins condamnable que donc un autre contexte en fait :/
    Pour finir je dirais que toi tu ne vois le sexisme mais si on envisage que tu as un bagage de connaissances que d'autres n'ont pas (féminisme etc) l'effet de l'image sera différent, un bon gros macho des fourrés se verra juste légitimé.
    Ça ne me tient pas spécialement à c?ur mais j'aime bien venir papoter après les cours ^^

Lire l'intégralité des 73 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)