« J’ai porté plainte », le Tumblr qui aide les victimes de viol

Sur « J'ai porté plainte », les victimes de viol qui souhaitent parler aux autorités trouveront des témoignages pour les aider à franchir le pas.

Vous aviez peut-être suivi #JeNaiPasPortéPlainte, le hashtag poignant utilisé par des femmes de Twitter expliquaient pourquoi elles avaient préféré se taire après avoir été violées. Ce choix est tout à fait respectable et peut être motivé par de nombreuses raisons. Parmi elles, on trouve la peur de la façon dont on va être écoutée et traitée par les autorités.

Pour aider celles que cette crainte-là retient, une étudiante en droit a créé le Tumblr J’ai porté plainte. Les internautes peuvent y déposer leur témoignage : comment elles ont été reçues, si elles ont eu la possibilité de parler à une femme, si on a mis leur parole en doute ou si au contraire on les a soutenues…

Les témoignages peuvent indiquer les commissariats en question, afin d’agir comme un guide (sans citer les noms des policiers : l’administratrice du Tumblr précise que les propos diffamatoires ne seront pas publiés). Sachez que vous pouvez porter plainte dans tous les commissariats et gendarmeries, même si ce ne sont pas ceux près de chez vous.

La jeune femme qui a créé ce Tumblr (elle préfère rester anonyme) a subi un viol à l’âge de 13 ans et a déposé plainte récemment. Pendant des années elle avait peur d’aller au commissariat mais cela s’est finalement bien passé : elle est tombée sur un policier prévenant qui l’a confortée dans sa légitimité, ce qui lui a donné envie de créer J’ai porté plainte.

N’hésitez pas à aller y déposer vos témoignages : ils pourront peut-être aider d’autres personnes !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Yepa
    Yepa, Le 25 juin 2014 à 13h05

    P.S : Je ne regrette pas d'avoir porté plainte, car ça a fait partie de ma reconstruction personnelle, et que je suis allée au bout de ce que je pouvais faire, de mon côté. Donc j'invite vraiment n'importe qui à le faire.


    Même si, avec 5 ans de recul, une procédure toujours pas finie, et très peu d'illusions sur l'issue qui se profile, je suis désormais déçue par la justice française et assez dégoutée. Après je me rassure en me disait que ça ne doit pas être pour toutes les affaires judiciaires comme pour la mienne.
    Et objectivement, si chaque victime portait plainte, les procédures seraient beaucoup plus faciles à mener, notamment dans le cas de récidivistes.


    Donc GO les meufs (et les mecs), n'hésitez pas à porter plainte ! Appelez le commissariat pour prendre rendez-vous (non, vous n'êtes pas obligé de vous pointer et d'attendre des plombes que ça soit votre tour), vous en aurez un avec la personne directement compétente pour ce genre d'affaire (ce qui est censé faire accélérer les choses). Et mâchez leur un peu le travail, ramenez avec vous des coordonnées de témoins qui acceptent d'être auditionnés, et si vous n'avez pas de témoins et que les faits remontent à quelques années, faites témoigner des personnes de votre entourage (plus ou moins proche) à qui vous avez parlé de ce qui vous est arrivé. Prenez, de préférence, des personnes à qui vous vous êtes confiés à des âges différents de votre vie.
    Ca prouve simplement que, même s'il n'y a pas de témoins, votre discours n'a jamais changé au fil des années.
    Et si votre mémoire fait défaut sur certains trucs, si vous doutez, si plein de trucs, c'est normal. N'oubliez jamais que vous restez avant tout légitime dans votre droit.

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)