Interview de Calvin Harris

L’album de Calvin Harris ne sortira qu’en février 2008 mais il est possible que tu aies déjà entendu sa musique acrylique quelque part. Peut-être à Rock-en-Seine, où son passage en a marqué plus d’un. Ou bien sur les ondes (hé, ne suis-je point tombée sur Acceptable in the 80s en faisant mes courses au supermarché […]

Interview de Calvin Harris

L’album de Calvin Harris ne sortira qu’en février 2008 mais il est possible que tu aies déjà entendu sa musique acrylique quelque part. Peut-être à Rock-en-Seine, où son passage en a marqué plus d’un. Ou bien sur les ondes (hé, ne suis-je point tombée sur Acceptable in the 80s en faisant mes courses au supermarché du coin récemment ?). Ou encore sur l’album de Kylie Minogue, pour qui l’écossais de 23 ans a co-écrit 2 titres. Si tu as déjà croisé l’électro-disco de ce grand brun à l’humour pince-sans-rire, possible que tu en aies fait comme moi ta boîte à danser du moment. En attendant février, quelques questions au sympathique disco-man de Dumfries. (merci à Sandrine et Lisa pour avoir arrangé l’interview)

madmoiZelle.com : Appeler son premier album « I created Disco » à quoi, 23 ans, c’est un peu gonflé, non ?
Calvin Harris : Oui. C’est l’idée (sourire en coin). Cela dit, beaucoup trop de gens prennent ça sérieusement, or ce n’est bien sûr pas l’intention. C’est plus un moyen de repérer qui a le sens de l’humour et qui ne l’a pas…

madmoiZelle.com : En même temps, il se peut que tu deviennes en effet une sorte de roi du disco : j’ai lu que certaines fans te lançaient des soutien-gorges, des culottes… Tu pourrais devenir le prochain Tom Jones. (rires).
Calvin Harris : Ouais, j’adorerais ça. C’est ce vers quoi je tends. La « Tom Jones way of life ». Avec le groupe, on reçoit de plus en plus de sous-vêtements, parfois d’ailleurs des sous-vêtements masculins.

madmoiZelle.com : Vous les gardez ?
Calvin Harris : Non…

madmoiZelle.com : Vous pourriez ouvrir un musée.
Calvin Harris : Arrgh. Ce serait un musée dégueu, un musée horrible. Dernièrement on a reçu un énorme soutien-gorge. Enorme. Avec des messages d’amour écrits partout sur les bonnets et un numéro de téléphone. Ca devait appartenir à une femme énorme. Brr.

madmoiZelle.com : Ah bon, t’aimes pas les grosses ? Je pensais que tu aimais toutes les femmes.
Calvin Harris : Si. J’adore les grosses. Vraiment. J’aime toutes les femmes, en fait.

madmoiZelle.com : Elles ont l’air de pas mal t’apprécier aussi. Tu as été demandé par l’équipe de Kylie Minogue, Sophie Ellis Bextor, Roisin Murphy, même Kelis. Elles ont l’air d’aimer ton style.
Calvin Harris : Oui, même si c’est plus une attirance musicale que sexuelle. (rires) C’est bien. Je préfère travailler avec des femmes. Musicalement, je préfère les voix de femmes aux voix d’hommes. Je trouve en tout cas qu’elles vont mieux avec la musique que je fais.

madmoiZelle.com : Dans ce cas, pourquoi chanter toi-même sur tes chansons ?
Calvin Harris : Parce que je ne pouvais pas faire autrement. Je voulais trouver une chanteuse, mais je n’ai pas pu, donc je chante. Seulement, je ne suis pas très bon, alors avoir à chanter tout le temps, sur scène…

madmoiZelle.com : Ne me dis pas que tu n’aimes pas être en ligne de mire, comme ça, devant un public…
Calvin Harris : Je m’y habitue, je fais de mon mieux, mais je n’ai rien d’un frontman né.

madmoiZelle.com : Pourtant il paraît que tes concerts sont géniaux…
Calvin Harris : Oui, je fais de mon mieux, mais je ne me sens pas à l’aise pour autant. Même si j’ai vu bien pire que moi niveau concert.

madmoiZelle.com : Comme ?
Calvin Harris : Ben… Tu sais, les DJs collés à leurs appareils… Moi en tant que public, ça me plaît pas.

madmoiZelle.com : C’est pour ça que tu t’es trouvé un groupe pour la scène ?
Calvin Harris : Oui, je me suis dit que ce serait plus intéressant à regarder. C’est un peu chiant, non, de voir des gars occupés avec leurs boutons, leurs casques…

madmoiZelle.com : Dans ce cas là le spectacle est plus à chercher dans la salle, comme en club.
Calvin Harris : Oui, exactement. Alors que dans nos concerts, le public est bel est bien tourné vers la scène. Ce qui est d’ailleurs plus intimidant pour moi. C’est plus un show de groupe qu’un show de DJ. C’est différent de ce qu’il y a sur l’album.

madmoiZelle.com : La première fois que je suis allée sur ta page myspace, j’ai découvert cette longue bio où tu racontes tout y compris qu’un jour, un homme s’est fait descendre en bas de chez toi… C’est assez inhabituel, tant de détails. (rires)
Calvin Harris : J’ai posté cette longue bio récemment pour éviter les malentendus. Pour éviter que certains journalistes piochent quelques faits généraux, les mélangent et en sortent une histoire sans queue ni tête. Par exemple, mon travail sur l’album de Kylie + mon boulot de vendeur = « un jour, Kylie est entrée dans mon magasin et m’a demandé de travailler avec elle »… Ca m’est arrivé de lire ça. D’où cette longue bio. Comme ça, les journalistes un peu paresseux ont tout sous la main pour qu’il n’y ait pas de confusion possible.

madmoiZelle.com : A lire tes posts et ta bio, on dirait que ton unique but ces dernières années était de voir ta musique publiée… Maintenant que c’est fait, tu te sens comment ?
Calvin Harris : Y a une sorte d’anti-climax, oui. Mais je travaille sur le prochain album, l’album de Kylie sort cette semaine, donc ça m’occupe. Je mesure tout ça en mois me séparant de mon ancien job (placer des trucs en rayon), que j’ai laissé tombé il y a à peu près un an et demi. 18 mois sans vrai job. Et je me dis que si je me concentre sur ce que je fais, mois après mois, en essayant d’en faire un maximum, peut-être que je n’aurai plus jamais à faire ce genre de boulot.

madmoiZelle.com : Tu as quand même galéré pas mal, j’imagine. Maintenant que ça va, tu es plutôt du genre à mettre de côté ou à profiter du moment ?
Calvin Harris : J’essaie d’en profiter mais je ne suis pas du genre à me lancer dans des achats énormes… De toute façon je ne suis pas très shopping.

madmoiZelle.com : Pas du genre à mener une existence « bling » ?
Calvin Harris : Oh non, pas du tout. Ca, je pense que ça n’arrivera jamais… Mais j’avoue que je me laisse parfois aller à acheter des trucs que je ne devrais pas acheter…

madmoiZelle.com : Comme ?
Calvin Harris : (rires) Comme cet énorme ours en plastique vert, tu sais, les jouets japonais…

madmoiZelle.com : Les designer toys ?
Calvin Harris : Oui, voilà. C’est pas trop mon truc d’habitude mais quand j’ai vu cet énorme ours vert, je me suis dit, « j’achète »… et j’aurais pas dû.

madmoiZelle.com : Oh mais non, c’est un achat intelligent.
Calvin Harris : Ouais ben, si tu l’avais vu, tu serais d’accord avec moi. (rires).

madmoiZelle.com : Tu comptes l’emmener avec toi en tournée, dans le bus ?
Calvin Harris : Oh non, il risquerait d’être cassé. Non, je compte l’installer chez moi, bien en évidence dans l’entrée pour que tout le monde en profite.

madmoiZelle.com : Donc t’en es fier.
Calvin Harris : Oh oui, très. C’est le prix auquel je l’ai acheté dont je suis pas très fier…

madmoiZelle.com : Combien ?
Calvin Harris : Non, je préfère ne pas te le dire… (rires).

madmoiZelle.com : J’ai lu que tu étais aussi fan de montres japonaises ?
Calvin Harris : C’était y a un moment, ça. J’en ai acheté trois, mais elles m’ont toutes plus déçues les unes que les autres. Je les ai commandées sur le net, elles me paraissaient cool, tu sais, flashy, avec plein de lumières… Et puis tu reçois ça chez toi et en fait, ta montre n’est qu’un vulgaire bout de plastique. Et il faut que tu appuies sur un bouton pour qu’elle te montre sa fameuse lumière. C’était une phase brève, une lubie, mais désormais terminée. Je vais devoir m’en trouver une autre. De toute façon je porte plus de montre du tout (il me montre ses poignets nus).

madmoiZelle.com : Moi non plus. Mais bon, c’est pratique quand il faut être à l’heure à une interview. Ce qui n’est pas toujours mon cas.
Calvin Harris : (rires). Oui, moi maintenant on m’indique ce que je dois faire, où je dois aller et quand.

madmoiZelle.com : C’est pratique.
Calvin Harris : Oui, très.

madmoiZelle.com : C’est une bonne raison de devenir une star.
Calvin Harris : Tout à fait. Le problème c’est que quand tout ça s’arrête, tu te retrouves tout seul, désemparé : « oouh, qu’est-ce que je doiis faiiire ? ».

madmoiZelle.com : Et là, tu retournes chez tes parents.
Calvin Harris : Voilà. C’est comme régresser vers un état d’enfance. (rires). C’est bizarre.

madmoiZelle.com : Globalement, ça te plaît ce que tu es devenu ?
Calvin Harris : Je ne sais pas ce que je suis devenu. Je ne compte pas devenir quoi que ce soit, d’ailleurs. C’est juste assez marrant, comme expérience. Mais tout ça a un côté un peu ridicule, quand même.

madmoiZelle.com : C’est pour ça que tu postes autant de vidéo décalées sur ton myspace ?
Calvin Harris : Oui, pour montrer que c’est avant tout un amusement, tout ça. Mais dans un sens, c’est moins bizarre que certains trucs complètement dingues qu’on me demande de faire. Des trucs infiniment plus ridicules que ce que je fais moi. Pour le magazine Trax par exemple, j’ai dû poser les pieds dans l’eau, déguisé en Travolta…

madmoiZelle.com : Ben oui mais tu l’as cherché… En choisissant un titre d’album pareil, franchement…
Calvin Harris : Oui je sais. Je l’ai mérité. Mais… Ca reste ridicule. Donc je le fais, je fais mes petites vidéos, et puis je rentre chez moi.

madmoiZelle.com : A Dumfries.
Calvin Harris : A Dumfries.

madmoiZelle.com : N’empêche, tu as fait des trucs bizarres… Comme cette histoire de concours organisé pour tes fans* ?
Calvin Harris : Oh, c’était pas mon idée. C’était celle de mon label. Je me suis prêté au jeu mais j’étais pas très enthousiaste, au départ.

madmoiZelle.com : Pourquoi ça ?
Calvin Harris : Je trouvais que ça faisait un peu stupide. C’était une bonne idée dans un sens et ça a attiré pas mal de publicité dans les médias mais… C’est pas le genre de choses que je ferais naturellement.

madmoiZelle.com : Parce que c’est un peu trop prétentieux ?
Calvin Harris : Oui, un peu. Je crois que les gens ont passé un bon moment, mais j’étais pas très emballé par l’idée. A cause du côté « Et oui, ils sont venus juste pour MOI et maintenant je vais leur faire prendre leur pied ! ». « Yeaah ! Ce gars est une pop star, il va venir chez toi et faire son show ! ». Je me suis bien bourré la gueule pour me donner du courage et finalement ça s’est bien passé.

Et c’est sur ce mot de la fin éthylique que l’interview se termine.

* A l’occasion de la sortie du single Merrymaking at my Place, un concours un peu spécial avait été organisé : le fan qui trouverait le thème « Calvin Harrissien » le plus original pouvait gagner 1500£ et voir débarquer le chanteur dans son salon pour un concert acoustique.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Darwin
    Darwin, Le 30 mars 2008 à 0h57

    Depuis qu'un copain m'a faut découvrir, il y a quelques mois, je suis folle de ce mec. (et son interview me plait pas mal)

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)