Trois films à voir cette semaine entre frissons et émotion

Comme chaque semaine, Kalindi te propose sa sélection des films de la semaine, pour te repérer dans le dédale infernal des salles obscures. Et cette fois-ci, il y en a VRAIMENT pour tous les goûts.

Trois films à voir cette semaine entre frissons et émotion

C’est l’heure de la sélection ciné !

Halloween, le come back de Michael Myers

En 1978, une légende naissait sous les doigts habiles, presque experts, de John Carpenter.

Une légende reprise et façonnée par plusieurs autres créateurs au fil des années…

Halloween, c’est l’histoire lugubre de Michael Myers, qui poignarde violemment sa sœur alors qu’il n’est encore qu’un enfant, la nuit d’Halloween.

Suite à quoi il se terre dans le silence et est interné dans un asile psychiatrique.

Quinze ans plus tard, il parvient à s’évader et se met en tête de retourner là où tout a commencé. Une fois dans sa ville natale, il attaque sauvagement plusieurs adolescents, dont Laurie Strode, jeune baby-sitter qui n’avait rien demandé.

Celle-ci parvient toutefois à s’extirper des griffes monstrueuses de son agresseur.

40 ans plus tard, le psychopathe parvient une nouvelle fois à s’échapper de l’hôpital où il vit reclus et mutique. Son objectif ? Assassiner Laurie, qui lui avait à l’époque échappée, ainsi que sa progéniture…

Halloween (2018), de David Gordon Green, est un film soigné et maitrisé, dont madmoiZelle est cette semaine la très fière partenaire. Je l’ai personnellement découvert il y a plusieurs semaines et ai été conquise.

Cold War, l’amour de l’impossible

Il est plutôt rare que je te recommande ici des films d’Europe de l’Est. Et pour cause, j’en vois peu.

Toutefois, celui-ci m’avait fait de l’œil et j’ai du coup cédé à ses sirènes.

Cold War est un film en noir et blanc qui fait la peinture d’une Pologne stalinienne et d’un Paris bohème dans les années 1950.

Deux portraits géographiques mais aussi humains puisque ce film signé Pawel Pawlikowski présente deux amants.

L’un est musicien, l’autre chanteuse. Leur amour est impossible, car l’époque qui les berce est impossible…

Un film délicat et soigné qui m’a séduite de bout en bout, et que je te recommande chaudement !

Chair de poule 2 : Les fantômes d’Halloween, why not ?

Honnêtement, je n’étais pas fan du premier, et c’est normal, je ne suis pas tout à fait la cible du produit.

Toutefois, j’avais passé un moment agréable et distrayant en le matant, tout en étant persuadée que je ne me souviendrais pas de l’intrigue 3 mois après.

Et j’avais raison.

Mais ce nouvel opus m’a davantage happée, parce qu’il présente le personnage bien creepy de Slappy, tout droit sorti d’un livre Chair de Poule jamais publié.

Il s’agit d’une marionnette de ventriloque qui nourrit peut-être de sombres desseins…

Je ne vais pas te mentir : Chair de poule 2, réalisé par Ari Sandel, n’est pas le film de l’année. Mais en même temps, est-ce ce que c’est ce qu’on lui demande ?

NON.

Il se contente d’être distrayant et surfe sur la nostalgie des anciens amoureux des livres Chair de poule dont je fais partie.

Et c’est tout ce que j’attendais de lui.

Voilà ma belle truite en sucre glace, ici s’achève cette sélection. On se retrouve la semaine prochaine pour plus de découvertes ciné.

À lire aussi : Trois films à voir cette semaine, entre prédateur et cosmonaute

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!