5 films « feel good » qui ne parlent pas d’amour

Lady Dylan vous présente 5 films pour les jours de déprime, sans passer par la case « comédie romantique ».

5 films « feel good » qui ne parlent pas d’amour

Publié pour la première fois le 15 mai 2014.

Quand on est un peu fatigué-e et que l’ombre de la déprime plane, on a souvent envie de regarder un film doudou. Un film tout doux qui rende heureux et qui finisse bien ? même si ce n’est pas forcément facile à prévoir.

Typiquement, ces « feel good movies » sont des comédies romantiques. Mais parfois on n’a pas du tout besoin d’entretenir nos tendances romantiques (coucou, toi qui viens de te faire larguer), ou tout simplement on en a marre de voir de l’amour partout. Voici donc 5 films qui rendent heureux sans nous vendre le rêve de l’âme sœur.

Hotel Woodstock

Nous sommes en 1969 et Elliot essaie de redresser le motel de ses parents, menacé de saisie par le banquier. Tandis qu’il désespère (et se demande comment, dans tout ça, il va leur avouer son homosexualité), il apprend que la bourgade voisine vient de refuser la tenue d’un festival hippie. Et s’il l’accueillait à côté de chez lui ?

Il ne sait pas encore que l’événement va entrer dans l’Histoire…

Pourquoi ça rend heureux ? La fin des années 60 est, par essence une période qui rend heureux, parce qu’on a plein de fantasmes sur la vie hippie (d’où le succès de Good Morning England par exemple). On trouve aussi dans Hotel Woodstock cette composante classique du film qui fait se sentir bien : le petit miracle, celui qui fait qu’on était dans la mouise et que soudain tout va changer. Ça donne de l’espoir.

La Part des anges

D’accord, il y a un couple dans La Part des anges, mais ce n’est vraiment pas le sujet principal. Le film raconte plutôt comment Robbie, la vingtaine et un lourd passif judiciaire, va voir sa vie changer grâce à des travaux d’intérêt général.

Il va y rencontrer un éducateur passionné de whisky qui va les emmener, lui et les autres jeunes, visiter une distillerie. Une vraie révélation pour Robbie, et la porte ouverte à une aubaine…

Pourquoi ça rend heureux : Là aussi, on a le miracle. Alors que le héros est dans une situation catastrophique (en plus de ses démêlées avec la justice, il a des ennemis qui le poursuivent et craint de ne pas bien élever son fils qui vient de naître), son aventure va tout changer. Ajoutons la sympathique bande de branquignoles que forment les jeunes des travaux d’intérêt général, qui donne au film tout son côté comique.

Pour une fois que Ken Loach ne donne pas dans le déprimant, il faut en profiter !

Bliss

En anglais « bliss » signifie « bonheur ». Ici c’est surtout le prénom de l’héroïne, jouée par la mythique Ellen Page. Alors que sa mère ne rêve pour elle que de concours de beauté, cette jeune fille ne rêve que d’évasion. Lorsqu’elle découvre le roller derby, c’est une révélation… mais pour son entourage, c’est plus compliqué.

Pourquoi ça rend heureux ? Le message « deviens ta propre héroïne » est libérateur : voir Bliss poursuivre son rêve donne un peu l’impression de le faire nous-même. Si elle arrive à composer avec sa mère, pourquoi pas nous ? L’ambiance du roller derby, musique rock et mèches colorées, donne elle-aussi la pêche.

Et puis bon sang, Ellen Page et Drew Barrymore (qui réalise le film et joue dedans), c’est un duo parfait !

Little Miss Sunshine

LE film incontournable quand on parle de « feel good ». Là aussi nous avons un concours de beauté, mais c’est le rêve de la petite Olive plutôt que de sa mère. Pour s’y rendre, toute la famille se lance dans un voyage de plus de mille kilomètres en mini-van, y compris le frère adolescent qui a fait vœu de silence, l’oncle suicidaire, homosexuel et spécialiste de Proust et le grand-père qui s’est fait expulser de la maison de retraite pour trafic d’héroïne.

Pourquoi ça rend heureux ? Pour tout l’amour familial qui s’en dégage. Little Miss Sunshine est une leçon de vie classique mais étonnamment bien menée (et sans moralisme) : quoiqu’il arrive, l’important c’est de s’aimer. Et pour le personnage d’Olive, spontanée et décalée, l’une des enfants les plus attachantes de l’histoire du cinéma.

Matilda

Matilda est une petite fille passionnée de lecture, affligée de parents indifférents (voire atroces) et d’une directrice d’école qui déteste les enfants. Grâce à son intelligence hors du commun, elle va développer un pouvoir, la télékinésie, et avoir l’opportunité de se venger.



Pourquoi ça rend heureux ?
Vous avez peut-être lu le roman de Roald Dahl quand vous étiez petit-e-s, et peut-être vous étiez-vous identifié-e-s à la petite fille même si vos parents n’avaient, j’espère, rien à voir avec les siens. Le film est aussi jubilatoire puisqu’on a une héroïne qui prend enfin le pouvoir sur son destin et dont la vie terrible change du tout au tout grâce à un miracle !

Et vous, quels sont les films qui vous rendent heureux ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 36 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Madamebavarde
    Madamebavarde, Le 18 mai 2014 à 16h28

    Un bon ombre de films à déjà été cité, je rajouterai juste : The Blues Brothers

Lire l'intégralité des 36 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)