« Eh bah dis donc, elle a ses règles ou quoi ? » : vie et mort d’une phrase relou

Par  |  | 18 Commentaires

Une femme en colère s'entend souvent dire « T'as tes règles ou quoi ? ». Comme si ses émotions n'étaient pas légitimes... et comme si les règles n'avaient aucune incidence sur l'humeur.

« Eh bah dis donc, elle a ses règles ou quoi ? » : vie et mort d’une phrase relou

Parmi les clichés sexistes qu’on entend au quotidien, il y a celui des femmes « hystériques », contrôlées par leurs hormones.

Vous savez, c’est la réaction (souvent masculine) classique face à une femme en colère, intransigeante ou mécontente :

« Eh bah, elle a ses règles ou quoi ? »

Un jour que la moutarde m’était sérieusement montée au nez, un pote a cru bon de m’envoyer cette réplique, un sourire narquois au visage. Je lui ai répondu :

« Si tu veux tout savoir, oui, d’ailleurs je vais changer de tampon. »

Cet incident m’a fait réfléchir (rassurez-vous, mon pote a compris le caractère agaçant de cette phrase et s’est excusé).

Oui, j’avais mes règles. Oui, c’est en partie pour ça que j’avais peu de patience et que j’étais agacée.

Et oui, c’est une raison légitime, en fait.

Pourquoi « t’as tes règles ou quoi ? » est une phrase relou

Commençons par la base : ce n’est pas super respectueux de demander à une femme mécontente si elle a ses règles.

Déjà parce que ça ne vous regarde pas. Est-ce que je vous demande, moi, comment se porte votre transit ?

Ensuite parce que ça nie la véracité de ses émotions, de ses opinions, en les attribuant à une source physiologique. Comme si elle ne pouvait pas être légitimement en colère.

Bien sûr, il est possible que la réaction d’une femme vous semble disproportionnée, mais ce n’est pas une raison pour lui demander ce qui se passe dans son utérus !

Vous pouvez lui demander pourquoi elle réagit si vivement, essayer de comprendre ce qui la touche tant, ou même quitter la discussion en disant que vous la reprendrez quand la tension sera retombée.

À lire aussi : Adieu, enfoirés de pics de colère — La leçon de la semaine, par Sophie Riche

Agissez comme vous le feriez face à un homme très en colère, en somme. Sans tout ramener aux fonctions reproductrices de votre interlocutrice.

Le monde merveilleux des règles

Cela dit, oui, parfois, c’est EN PARTIE parce que j’ai mes règles que je suis en colère, ou que je n’ai pas de patience.

Les règles, c’est (pour moi et pour PLEIN d’autres gens) inconfortable. Ça fait mal, souvent. C’est désagréable et ça draine mon énergie.

Les pires jours, je dédie la moitié de ma concentration à respirer posément pour ne pas laisser les crampes menstruelles me mettre à genoux.

À lire aussi : Comment j’ai maté mes douleurs de règles, en 4 étapes

Si vous n’avez pas d’utérus, imaginez passer 5 jours par mois avec une bonne gastro. Le bide en vrac, le caca mou, la nausée, tout le tralala.

Est-ce que vous n’auriez pas tendance à manquer de patience, à être plus vite agacé•e ou en colère ?

Et est-ce que ça servirait à quoi que ce soit de vous dire :

« Eh bah, t’as la diarrhée ou quoi ? »

Je ne pense pas !

À mon inconfort physique s’ajoutent les hormones, qui viennent bouleverser mon état émotionnel.

En période de Syndrome Pré-Menstruel, mais aussi pendant mes règles, je suis plus sensible. Les choses me touchent plus fort. Mes émotions volent dans tous les sens.

À lire aussi : Monologue d’une connasse en plein syndrome prémenstruel

Ça ne veut pas dire que je suis faible, ça ne veut pas dire que je devrais à tout prix « me ressaisir ». C’est juste naturel.

Quand vous avez un rhume, je ne vous demande pas de « vous ressaisir » et d’arrêter d’avoir le nez qui coule. Bah c’est pareil !

Les règles, ce n’est pas une maladie, mais c’est physique, ça change des choses dans mon corps et dans ma tête.

Respectez ça, comme vous souhaitez je pense qu’on vous respecte lorsque vous n’êtes pas bien.

À lire aussi : Quand un mec dénonce sa collègue parce qu’elle a ses règles et qu’il est mal à l’aise

Oui, j’ai mes règles, deal with it

Et puis, ne posez pas de questions dont vous ne voulez pas connaître la réponse.

Le nombre de personnes que je vois froncer le nez dès que quelqu’un évoque ses menstruations…

À lire aussi : Pourquoi les règles, ce n’est pas sale

Ok, les règles ce n’est pas spécialement glamour ni agréable, c’est du sang et des muqueuses qui s’écoulent. Mais c’est aussi un signe de bonne santé, et un élément banal de la vie pour la moitié de la population.

Ne parlez pas de règles pour diminuer les émotions d’une femme, a fortiori si vous n’êtes pas capables de ne pas être dégoûté•e lorsqu’elle évoque ses protections hygiéniques ou ses crampes menstruelles.

Vous pouvez ne pas être à l’aise avec le sujet, tout comme je n’aime pas particulièrement causer de vomi, mais je ne fous pas la honte aux gens qui ont facilement la nausée !

Avoir mes règles, ça ne m’enlève pas mon droit au respect. De mon corps, de mes émotions, et de l’impact que mes menstruations peuvent avoir.

Oh, et promis, cet article a été écrit sans sang dans ma culotte. On n’y trouve que quelques pertes blanches. Bisous !

À lire aussi : Le #PantyChallenge voudrait diaboliser les sécrétions vaginales (mais ça marche bof)

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu’elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (18) Facebook ()
  • Lenora Von Cherry
    Lenora Von Cherry, Le 12 novembre 2017 à 9h46

    Alors, on reprend !
    Je n'ai pas dit que je n'en avais jamais eu !
    J'en ai eu des carabinés de 25 à 30 ans, mais ça c'était plutôt calmé.
    Ensuite, je ne fais pas forcément gaffe à mes humeurs à cette période là. J'ai plutôt l'impression d'être comme d'habitude, mais comme j'a pas de mec dans les pattes pour me demander si j'ai mes règles parce que j'ai légèrement retroussé une babine, bah j'en sais rien du tout. Si j'ai été capable de me voiler la face pendant 3 mois pour une dépression, je suis bien capable de me voiler la face 15 jours pour des sautes d'humeurs !
    Pour finir, mon message était surtout à but humoristique, merci de ne pas me pourrir mon groove.
    J'suis désopilante, putain !!!:free:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!