La féminité à points en 10 grands principes

Ce week-end, Marine Le Pen, présidente du Front National, a plaidé pour la mise en place du principe de nationalité à points. Et pourquoi ne pas appliquer cette idée à la féminité, pendant qu'on y est ?

La féminité à points en 10 grands principes

Dans l’émission C Politique présentée par Géraldine Muhlmann et diffusée hier (dimanche 18/12/2011) sur France 5, Marine Le Pen a proposé une idée qui m’a parue aussi effrayante que loufoque ; en se basant sur le permis à points, elle propose d’instaurer un système de nationalité à points au cas où elle prendrait la tête de notre Douce France (allezvoterparpitiay).

Elle expliquait donc que « pendant dix ans on peut perdre la nationalité française si on a commis des crimes ou des délits [ou si on ne veut] pas se soumettre aux grands principes [français] ». En revanche, contrairement au permis qui peut-être récupéré après un stage et au bout d’une certaine période, la perte de la nationalité serait irrémédiable ; et moi qui pensais que je pourrais redevenir française en promettant de chanter la Marseillaise la main sur le coeur tous les soirs avant d’aller me coucher dans des draps bleu/blanc/rouge.

Non mais Marine, faut qu’on cause : et pourquoi ne pas instaurer le principe de féminité à points, pendant qu’on y est ? La femelle qui aura fait offense à sa féminité devra, irrémédiablement et sans condition, changer de sexe pour devenir un homme. Pour corroborer cette brillante idée, je propose donc de partir sur les grandes lignes que je m’apprête à vous présenter afin de convaincre les électeurs des bienfaits de ce nouveau projet de loi. Partant de l’idée que la MEUF, la Motion d’Enrôlement d’Une Femme comprendrait 200 points, voici comment il serait possible de perdre son permis à la féminité et de se retrouver avec un chibre dans la culotte (alerte douzième degré. S’agirait pas de me faire passer pour une totalitaire de la féminité) :

L'air malicieux et la main en coupe sous le menton : les attributs naturels de la femme.

Offense n°1 – Éructer oralement

Tu n’y penses quand même pas ? Pour être une femme, une vraie, il faut se refuser aux joies des concours de rots entre amis. Si dans certaines sociétés, une éructation orale en fin de repas est perçue comme une preuve de politesse et une façon de remercier son hôte pour le repas, en France, tu ne peux décemment pas te permettre une chose pareille. A chaque renvoi en public, la femme verra donc son permis s’alléger de 10 points (20 en cas de nuisance sonore) – Laystary est déjà complètement foutue.

Offense n°2 – Porter une robe moins d’une fois par semaine

Une femme se doit de montrer ses jambes. Et tant pis si faire du vélo en jupe à volants n’est que peu pratique ; cela aura au moins le mérite de rendre les conducteurs derrière elle fous d’amour et d’admiration. La séduction étant le fondement même de la féminité, il sera prohibé de couvrir ses jambes d’un jean. Cependant, la décence nous obligera à établir une longueur réglementaire : la jupe ne devra donc pas être plus longue que 25 centimètres ou plus courte de 10 centimètres en dessous de l’appareil génital. Il n’est pas question que l’individu femelle soit confondu avec une fille de petite vertu.

Dérogation sur accord préfectoral pour les combinaisons, en vogue cette saison.

Offense n°3 – Refuser d’avoir des enfants

Et le mythe de la mère nourricière, t’en fais quoi ? Il ne faut pas oublier que pour beaucoup, une femme n’est considérée comme telle qu’une fois que son utérus a servi et qu’un nourrisson tout fripé couvert de morceaux de placenta dont le physique s’apparente à celui d’un bébé chihuahua en est sorti.

Offense n°4 – Ne pas faire assez de sport

Une femme se doit d’avoir un corps tonique et musclé ; il est de notoriété publique que plus une femme est fière de son corps, plus elle a envie de le montrer et plus elle séduit.

Un examen sera organisé régulièrement pour constater la tonicité des membres de l’individu femelle. S’il y a régression ou stagnation de la masse musculaire, 25 points seront retirés de sa MEUF.

Offense n°5 – Faire trop de sport

A contrario, faut pas abuser des haltères non plus : trop de muscles donnerait l’impression aux prétendants de serrer Iron Man dans leurs bras. En outre, la sudation extrême se doit d’être réservée au mâle dominant, chez qui l’odeur âcre est considérée comme un symbole de virilité.

En d’autres termes, si la circonférence du biceps dépasse les 25 centimètres, l’individu femelle perdra 25 points sur sa MEUF.

Offense n°6 – Avoir le visage nu

Le maquillage étant le meilleur ami de la femme, sa MEUF sera allégée de 10 points à chaque sortie sans le combo de base (fond de teint + poudre + anti-cernes + mascara). L’individu ne doit en aucun cas effrayer les commerçants ou ses congénères dans le métro avec une mine chafouine.

ARRÊTEZ TOUT : y a des limites quand même.

Offense n°7 – Ne pas savoir danser

L’individu femelle se doit de savoir bouger son corps avec grâce et élégance. Pour se faire, un forfait promotionnel sera proposé afin que toutes les femmes de France puissent prendre des leçons de danse et apprivoiser ainsi leur anatomie afin de se mouvoir sur les pistes en toute harmonie. L’individu femelle verra sa MEUF allégée de 5 points à chaque faux pas lors de l’examen d’initiation finale à la féminité qui aura lieu le mois de ses 25 ans.

Pour que le corps ne soit plus un obstacle entre l’individu femelle et le reste du monde.

Offense n°8 – Avoir un potentiel culinaire limité

Gigot d’agneau, rôti de sept heures, blanquette de veau (comment est votre blanquette ?), pot-au-feu, magret de canard au miel ou encore gratin dauphinois ; l’individu femelle devra connaître ces recettes sur le bout des doigts afin de ravir ses convives de mets délicats réalisés avec brio.

La délation sera bienvenue en cas de viande trop cuite ou d’odeur de brûlé. Un numéro vert sera ainsi mis à la disposition des potentiels invités d’une femme afin qu’il puisse prévenir le Comité de protection de l’esprit féminin. Ils devront alors communiquer le matricule de leur hôte et le motif de leur appel. Le comité statuera alors sur la gravité de la faute commise et donc, sur la quantité de points à lui retirer.

Offense n°9 – Être adepte des jeux vidéo

Pas question pour l’individu femelle de s’adonner à des plaisirs futiles et typiquement masculins. Lorsqu’un de ses amis se détendra devant un jeu vidéo, la décence devra obliger la femme à sortir de la pièce afin d’aller feuilleter son livre de cuisine en toute tranquillité. Si toutefois la femme souhaite se livrer à ce genre de plaisirs coupables, 5 points lui seront retirés toutes les 10 minutes.

Offense n°10 – Manger des abats

Tout aliment malodorant et gluant devra être retiré de l’assiette de l’individu femelle. L’intérêt de cette motion est de préserver son intégrité olfactive afin de ne pas heurter la sensibilité de son entourage. Les abats sont donc proscrits de son régime alimentaire.

Maintenant que je vous ai présenté ces quelques motions, permettez-moi de retirer mon habit de politicienne véreuse et de sectaire de la féminité pour vous rappeler qu’ici, on s’en fout : que vous soyez maquillées ou non, coiffées ou non, que vous abhorriez les enfants, que vous soyez en jogging Sergio Tacchini ou en train de vous sustenter d’un plat de rognons blancs accompagné d’une salade à l’ail, on vous prend comme vous êtes. Ce serait d’ailleurs bien mal à propos de ma part de vous donner des conseils de féminité sachant que je ne me débarrasse de mes éternels jeans qu’exceptionnellement et que je viens de faire cramer mon poulet laqué.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 46 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nausicaa_G
    Nausicaa_G, Le 16 août 2012 à 23h01

    Je remplie les offenses 2/3 et 4.... Les jupes je les porte très longues, les enfants j'en veux pas et faire du sport au secours!!

Lire l'intégralité des 46 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)