« Féminisme » est le mot de l’année 2017, et c’est vous qui l’avez dit

Le mot de l'année 2017 selon le Merriam-Webster dictionary, c'est « féminisme ». C'était le mot le plus recherché sur Internet cette année.

« Féminisme » est le mot de l’année 2017, et c’est vous qui l’avez dit

Si vous m’aviez demandé quel était selon moi le mot de l’année 2017, je vous aurais répondu sans hésiter : « féminisme ». Pas seulement pour ce qu’il représente pour moi, mais surtout pour le chemin qu’il a parcouru.

Le féminisme, lorsque j’ai commencé à écrire sur Internet, en 2012, c’était un gros mot. Chez madmoiZelle, on publiait des « mauvaises raisons de ne pas être féministe », mi-sérieuses mi-ironiques.

Il était de bon ton de plaisanter, quand on parlait de féminisme. Trop de sérieux sur le sujet, voilà qui pouvait rebuter.

Le féminisme, de tabou à gros mot ?

En juillet 2014, j’écrivais sur « les femmes contre le féminisme », une mouvance aussi surprenante que préoccupante : des femmes se revendiquaient « contre le féminisme », en affichant pourtant des arguments… faisant d’elles des féministes convaincues.

Étrange qui pro quo.

À lire aussi : Féminisme, militantisme et pédagogie, un équilibre délicat

En septembre de la même année, Emma Watson lançait un appel aux féministes introvertis. Du même coup, elle contribuait à désacraliser ce mot, le débarrasser de cet injuste sceau d’un extrémisme fantasmé.

À la tribune de l’ONU, par les mots d’Emma Watson, le féminisme devient « mainstream » dans le discours. Mais il renvoie toujours à des réalités bien diverses, selon l’imaginaire de la personne à laquelle on s’adresse…

Je dis « féminisme » dès que je veux faire référence à cette idée révolutionnaire, radicale, innovante, selon laquelle les hommes et les femmes devraient pouvoir jouir des mêmes droits et libertés au sein d’une société. Et que dans l’absolu, on devrait pas avoir à prendre en compte le genre des gens.

Mais j’avais bien conscience que cette définition n’était pas la plus répandue, dans l’esprit de beaucoup, beaucoup de gens.

À lire aussi : Emma Watson : « Je ne vois pas le rapport entre le féminisme et mes seins »

Quand le féminisme fait son chemin dans les consciences

« féminisme » était encore un gros mot, un étendard de rébellion contre l’ordre établi, tout juste si ce n’était pas carrément la menace d’un chaos.

Charlie mettait très bien cette sensation en scène dans son PETITIPS sur le sexisme ordinaire.

« — du coup, je suis féministe.
— Ah ! Tu vas m’engueuler parce que je m’épile ?
— Non pas du tout, tu fais ce que tu veux c’est ton corps.
— J’comprends pas : tu ne veux pas forcer toutes les femmes à sortir d’une représentation à laquelle elles s’identifient, si tant est qu’elles ne soient pas prêtes ?
— Non pas du tout ! Je suis pour que tu aies la même liberté que tes congénères masculins.
— Oh ! Ben ! Ça veut dire que… Je suis féministe ! »

Mais ça, c’était avant ? Pas tout à fait. 

Le féminisme conquiert 2017

En 2017, le féminisme s’est invité, que dis-je, imposé dans la campagne pour l’élection présidentielle. Il s’est inscrit à l’ordre du jour, dans les programmes, dans les discours, dans les mensonges aussi.

À lire aussi : L’Oeil du 20h dévoile le bluff de Marine Le Pen sur les droits des femmes

Et puis, il y a eu #MeToo. Une déferlante si forte, si impressionnante, que toutes celles et ceux qui ont brisé le silence ont été nommés personnes de l’année par le TIME.

Le mot « féminisme » cristallise peut-être toujours des résistances, des tensions, des débats, mais l’idéal qu’il porte n’est plus autant moqué : il suscite de plus en plus d’intérêt, de curiosité.

L’illustration de cette évolution, c’est le nombre et les fréquences des recherches sur le féminisme, en 2017.

Féminisme, mot le plus recherché en 2017

Selon le Merriam-Webster Dictionary, le mot le plus recherché en 2017 était « féminisme ». Il l’était déjà en 2016, mais ces recherches ont augmenté de 70% sur l’année 2017.

Certains piques d’intérêt apparaissent en coïncidence avec des articles de presse ou des interviews médiatisées. Lorsqu’une personnalité déclare par exemple qu’elle n’est « pas féministe », cette déclaration suscite des recherches sur le mot.

Alors, nous sommes en décembre 2017. Il y a toujours des anti-féministes, il y a toujours énormément de « je ne suis pas féministe, mais » qui trahissent souvent une incompréhension de ce qu’est le féminisme.

À lire aussi : Harcèlement sexuel : quand on vous dit que c’est un problème… #MyHarveyWeinstein

Il y a toujours, c’est certain, un grand besoin de féminisme dans nos sociétés. Et il y a, heureusement, de plus en plus de féminisme dans l’actualité, dans nos discussions, dans nos vies.

J’aurais choisi « féminisme » comme mot de l’année 2017, oui. Mais selon le Merriam-Webster Dictionary, c’est nous tous et toutes ensemble qui l’avons choisi. 

On dirait bien, en cette fin 2017, que le monde est en train de changer. Il était temps.

À lire aussi : Amies et alliées féministes, et si on arrêtait de se tirer dans les pattes ?

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • Manea
    Manea, Le 13 décembre 2017 à 20h47

    Ouais enfin... Si le "féminisme" de 2017 c'est celui de Macron et compagnie où on cause beaucoup mais on fait rien de concret/utile (voire on sape le travail fait par d'autre et on aggrave la précarité des femmes à côté), je me réjouis pas trop...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!