Les idées reçues sur le viol & les violences sexuelles en France révélées par une étude terrifiante

Une étude, qui vient de paraître, montre que bien des Français•es connaissent mal la réalité du viol... et en blâment souvent les victimes.

Les idées reçues sur le viol & les violences sexuelles en France révélées par une étude terrifiante

Les préjugés sur les viols sont toujours tenaces et ça fait peur. Une étude publiée ce matin par l’association Mémoire Traumatique et victimologie révèle de nombreux préjugés sexistes validant des agressions sexuelles sont toujours présent dans notre société.

À l’heure où, en France, une femme sur six (et un homme sur vingt) déclarent avoir subi un viol ou une tentative de viol au cours de leur vie, de telles idées sont graves et touchent directement des millions de victimes.

Mémoire Traumatique et victimologie est une association d’intérêt général pour la formation, l’information et la recherche sur les conséquences psycho-traumatiques des violences. Elle propose notamment une prévention et sensibilisation auprès des professionnels et associations qui travaillent avec des personnes victimes de violence.

Cette étude a été menée auprès de 1001 Français•es, âgé•es de 18 ans ou plus, entre le 25 novembre et le 2 décembre 2015. Les participant•es ont répondu sur Internet.

Les femmes ont « besoin d’être amoureuses » alors que les hommes ont « toujours envie »

J’aurais également pu appeler cette partie « comment le sexisme ordinaire peut faire appréhender différemment la sexualité »…

big-femme-doit-sexe-infographie

Dans le domaine sexuel, les femmes ne sauraient pas vraiment ce qu’elles veulent par rapport aux hommes

63% des sondé•es disent être au moins plutôt d’accord sur le fait qu’il est plus difficile de maîtriser son désir sexuel pour un homme que pour une femme. 74% affirment qu’une femme doit en général être amoureuse pour envisager un rapport sexuel. Et 25% du panel confirme que dans le domaine sexuel, les femmes ne sauraient pas vraiment ce qu’elles veulent par rapport aux hommes.

À lire aussi : 16 mensonges sur le sexe qu’il faut arrêter d’enseigner aux garçons

Ces chiffres posent plusieurs problèmes. De telles idées placent les hommes en victimes de leur désir, que les femmes ne peuvent pas forcément combler. On peut aussi avoir l’impression que cela animalise les hommes qui auraient plus de mal à se maîtriser.

De plus, ce genre de pensées culpabilisent les hommes qui ont une faible libido… Et les femmes qui en auraient une « trop forte » ! Et si l’on pourrait croire que ces affirmations sexistes ne sont l’oeuvre que d’hommes méconnaisseurs de la cause féministe, l’étude nous prouve malheureusement que les femmes sont aussi concernées par ce genre de pensées.

big-anti-feministes-tumblr

À lire aussi : « NOULÉFILLES », cet agaçant syndrome de Stockholm

Difficile de trouver une étude sérieuse sur la différence de désir entre femmes et hommes… Mais il l’est moins de trouver des exemples autour de nous qui infirment ces clichés ! Considérer les hommes comme incapables de maîtriser leur désir, c’est un premier pas vers l’excuse : « ce n’est pas ma faute si je n’ai pas respecté son consentement, c’est ma libido, c’est biologique ».

Alors au nom de toutes les victimes de ces stéréotypes, s’il vous plaît, stoppons les idées reçues.

big-rapport-sexualite-evolution

La culture du viol, ce fléau

La culture du viol était définie sur madmoiZelle de la sorte :

« Un environnement social et médiatique dans lequel les violences sexuelles trouvent des justifications, des excuses, sont simplement banalisées, voire acceptées. »

En théorie, je pense qu’on est tou•tes d’accord pour dire que forcer quelqu’un à un acte sexuel, c’est pas bien. Le viol… c’est mal. Sauf que comme dans beaucoup d’affirmations, il y a la théorie et il y a la pratique. Et dans cette pratique, de très nombreuses personnes n’hésitent pas à ajouter des exceptions.

À lire aussi : Le consentement sexuel expliqué par une tasse de thé

Beaucoup de femmes qui disent non voudraient en fait dire oui.

La culture du viol aujourd’hui, c’est de se rendre compte qu’un•e Français•e sur cinq affirme que beaucoup de femmes qui disent non à une proposition veulent en fait dire oui. C’est aussi découvrir que 40% des répondant estiment que si la victime a eu une « attitude provocante » en public, cela atténue la responsabilité du violeur… Et que 29% pensent que à l’origine du viol, il y a souvent un malentendu.

big-premiere-fois-viol

Un « malentendu » qui peut prendre forme de zone grise. Comme l’expliquait Clémence Bodoc en décembre 2014, ce fameux entre-deux prend la forme suivante :

  • Une personne qui n’est pas à l’aise dans la situation, mais ne s’y oppose pas verbalement ni physiquement
  • Une personne qui, n’ayant pas rencontré d’opposition verbale ni physique, présuppose que l’autre est d’accord.

La première personne est très souvent une femme, la deuxième est très souvent un homme.

Le problème, c’est que cette zone grise (ou ce « malentendu ») est l’un des symptômes de la culture du viol. Car si les gens agissent ainsi, c’est souvent car ce sont les rôles qu’on leur a appris à prendre : d’un côté une personne qui ne doit jamais trop exprimer son désir, doit rester passive, sous peine d’être mal considérée. De l’autre, un partenaire viril, qui ne doute pas et qui fonce. Le serpent qui se mord la queue…

Pourtant, le consentement, c’est sexy !

big-consentement-sexuel-tasse-the

À lire aussi : Le consentement expliqué par des métaphores toutes simples

Les femmes, des victimes désignées coupables

J’aurais aimé hausser des épaules en voyant les résultats de cette étude, me dire que tout va bien. Je suis du genre à aimer faire la fiesta, porter des mini-jupes et même (oh mes aïeux) aller draguer de nuit dans des bars, un peu alcoolisée.

Pour 15% du panel, la victime est en partie responsable

Cette étude m’apprend que si une victime de viol porte une tenue sexy (mini-jupe, décolleté), 27% des personnes trouvent que ça atténue la responsabilité du violeur ; pour 15% du panel, la victime est en partie responsable si elle a accepté de se rendre seule chez un inconnu.

Du coup, si un jour je suis victime d’un viol en soirée, ce sera vu par un nombre non négligeable de gens comme un peu de ma faute. Merci bien.

À lire aussi : J’ai échappé à une tentative de viol… et après ? – Témoignage

big-mon-viol-alcool-fete-secret

La culpabilisation des victimes ne s’arrête pas à la « cause » du viol, mais aussi à leur réaction. Ainsi, quatre personnes sur dix pensent que si l’on se défend vraiment autant que l’on peut et que l’on crie, on fait le plus souvent fuir le violeur.

On ne peut pas prévoir la réaction d’une victime pendant un viol

À tous ces gens, j’aimerais dire qu’on ne peut pas prévoir la réaction d’une victime pendant un viol. Si certaines personnes résistent… Beaucoup se retrouvent dans un état de sidération, dans l’incapacité de réagir.

BREAKING NEWS : dans tous les cas, un viol n’est JAMAIS de la faute de la victime. Qui est coupable ? La personne qui viole. Point.

Les mythes sur le viol… ne sont que des mythes

90% des viols sont commis par des proches

25% des sondé•es estiment que si on respecte quelques simples règles préventives, on n’a quasiment aucun risque de subir un viol. Au-delà d’une nouvelle culpabilisation des victimes (qui n’ont pas dû se montrer très prudentes !) (j’ai comme un sentiment de déjà-vu…), ce chiffre prouve qu’il y a un grand manque de connaissances au sujet du viol.

Près de la moitié des sondé•es (44%) pensent que c’est par un inconnu que l’on risque le plus de se faire violer alors que… 90% des viols sont commis par des proches.

big-viol-conjugal-hommes

Un•e sondé•e sur quatre pense que forcer une personne à faire une fellation n’est pas un viol mais une agression sexuelle. Pour rappel, la loi nous dit qu’un viol est un « acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ». La fellation forcée est un viol.

Tristement optimistes, 65% des personnes interrogées pensent qu’il y a moins de 50 000 viols par an en France. Un premier chiffre estime à 98 000 le nombre de viols ou tentatives de viol par an… Mais il ne compte pas les mineur•es.

Le viol est une réalité, pas un mythe

Pour toutes les victimes qui ont vécu un viol, il s’agit pas d’une idée reçue mais d’une réalité. Elles ne l’ont pas cherché, ne l’ont pas mérité, n’ont pas mal réagi, n’auraient pas pu l’éviter. Elles ont simplement subi ce crime.

big-violeurs-tumblr-poignant-semaine

À lire aussi : Mon viol, et le policier qui a tout aggravé

Cette étude est à la fois un coup de poignard au moral… et une chance, celle d’informer. Depuis ce matin, de nombreux sites publient les chiffres les plus alarmant de ce sondage en pointant du doigt les aspects erronés de ces idées reçues. Nous ne sommes pas seul•es à nous indigner, et ça, c’est déjà beaucoup.

Faire évoluer une pensée collective est un travail de longue haleine, mais c’est possible !

Alors comment faire changer les mentalités ? Vous pouvez, chacun et chacune, à votre échelle, faire avancer les choses. Par exemple, abordez le sujet avec vos proches, reprenez les gens quand ils disent des âneries ou bien partagez les articles qui se battent contre ce genre de préjugés.

Faire évoluer une pensée collective est un travail de longue haleine, mais c’est possible !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 22 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Margay
    Margay, Le 17 octobre 2016 à 19h09

    Dans le rapport

    "
    Par ailleurs, ces stéréotypes sont également bien ancrés chez les jeunes. Ainsi l’adhésion à la
    proposition «lors d’une relation sexuelle, les femmes peuvent prendre du plaisir à êtres forcées»
    est particulièrement forte chez les 18-24 ans, qui sont près d’un tiers à l’approuver (30,7%). Cette
    adhésion des jeunes, quel que soit leur genre, à ce type de fausses représentations est également
    forte, plus forte que celle de la tranche d’âge des 25-35 ans, et pourrait être corrélée à la
    banalisation de la pornographie, accessible à tout moment sur Internet et toujours plus “hard”"

    C'est tellement flippant :erf:

Lire l'intégralité des 22 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)