Comment je suis devenue la mère de mon mec — Carnet de Rupture #2

Par  |  | 63 Commentaires

Être la mère de son copain, c'est un piège dans lequel beaucoup de femmes tombent... Audrey, qui vient de vivre une rupture, raconte son histoire.

Dans Carnet de Rupture, Audrey, une lectrice de madmoiZelle, raconte la fin de son histoire d’amour, à cœur ouvert.

Une histoire d’amour, mais aussi d’infidélité, et de reconstruction.

Après le premier épisode, sur l’infidélité, voici le deuxième épisode de cette série, à lire chaque mardi sur madmoiZelle.com

Vous pouvez écouter cet épisode en audio dans le podcast madmoiZelle :

Télécharger le podcast
S’abonner au podcast : sur iTunesFlux RSS
C’est quoi un podcast ?

==

Il y a quelques semaines, j’ai découvert que mon mec m’avait trompée. En creusant, j’ai compris qu’une des raisons qui l’avait poussé à cet acte était aussi bête que profonde : il ne semblait pas avoir construit sa vie d’adulte comme moi.

En discutant avec une amie de cette impression d’avoir toujours facilité la tâche de mes compagnons et d’avoir peut-être contribué à leur passivité, elle m’a recommandé la lecture de la BD Les Sentiments du Prince Charles de Liv Strömquist.

À partir d’exemples populaires appuyés par des travaux de chercheurs, l’autrice nous invite à reconsidérer notre approche des relations hétérosexuelles monogames.

Sa première histoire m’a effectivement immédiatement parlé : elle illustre la façon dont les hommes et les femmes construisent leur interdépendance en grandissant dans une société genrée.

Elle s’attarde notamment sur un phénomène qui a été théorisé par Jessica Benjamin, une psychothérapeute dont les travaux servent encore aujourd’hui à de nombreux mouvements féministes, qui amène les hommes à se reposer sur les femmes tout en les maintenant à distance.

« Ses études sur les couples hétérosexuels démontrent l’existence d’un préalable selon lequel l’homme ne peut fonctionner d’une façon indépendante sans avoir une épouse, une copine, une femme disponible dans les parages.

D’après Benjamin, ces hommes éprouvent un sentiment d’aliénation de soi dans leurs relations avec les femmes. Pourtant, ces relations leur sont indispensables pour accéder à l’indépendance. »

La lecture de cette histoire me fait tout drôle…

La charge mentale, la charge émotionnelle, et les mecs

Je repense à la charge mentale et émotionnelle que j’ai accumulée dans mes relations amoureuses. En tant que féministe, ça me questionne.

Sous prétexte que mon mec faisait la vaisselle et aidait au ménage, j’ai l’impression d’avoir abandonné ma quête de l’égalité.

Je me demande pourquoi j’ai lâché progressivement l’idée qu’il s’occuperait du chat, pourquoi j’ai toujours fait les listes de courses et de repas…

Je repense à tous mes ex qui n’achetaient pas de fringues ou de chaussures tant que maman les emmenait pas en leur disant « tout de même tu peux pas porter ces trucs troués ».

Je savais que ce n’était pas normal, j’avais lu les BD (devenues virales) d’Emma, et je me sentais déjà moins seule.

À lire aussi : La BD sur la « charge mentale » génère une pétition pour un meilleur congé paternité

Je repense aux fois où j’ai prévu des cadeaux pour deux.

Je réalise que plusieurs fois, par peur de le perdre, je n’ai pas osé lui demander si c’était normal qu’il parle autant avec cette fille, ou je n’ai pas insisté quand il me disait « ça va » alors qu’il avait le regard triste…

Pourtant j’avais lu cet article de Mymy sur la charge émotionnelle et ses conséquences !

Je pense aux couples autour de moi et ça résonne. Je ne suis pas la seule à avoir cédé, pour pas passer pour la relou, la control freak de service.

Aujourd’hui, je me dis que je suis bien con de n’avoir pas osé leur dire que j’étais pas leur mère et qu’ils feraient bien d’apprendre à faire des pâtes comme des grands…

Comment ne plus être la mère de mon mec ?

Mais est-ce vraiment si simple ? Mille fois j’ai eu l’impression que c’était pas le bon moment, parce qu’on passait une bonne soirée, qu’on verrait plus tard, que peut-être ça allait passer tout seul.

J’aimerais bien donner des conseils à la moi du passé. Et si je le pouvais, je lui dirais plein de choses.

  • Déjà, prends conscience des moments qui clochent. Du truc qui t’agace. Note-le dans ta tête. Pas pour le resservir à la prochaine dispute, mais justement pour le désamorcer avant.
  • Accepte que tout ne peut pas être aussi parfait que tu l’aimerais. Prends une grande respiration… et lâche prise. Jauge ce sur quoi tu peux faire des concessions… ou pas.
  • Ensuite, confronte ta ou ton partenaire, parle-lui calmement de tes insatisfactions.
  • Si ça t’aide, fais une liste, achète un tableau des tâches et discute d’un moyen plus juste de répartir les choses. Personne n’aime les corvées, mais c’est pas parce que t’es une meuf que t’as un gène plus prévu pour les faire.
  • Si tu le sens, fais prendre conscience à ta ou ton partenaire que sur certains aspects, tu as remplacé sa mère. Franchement, ça ne peut que lui rendre service.
  • Enfin, ne repousse pas ce moment de confrontation.
  • Ne repousse pas ce moment de confrontation.
  • Ne repousse pas ce moment de confrontation. Je suis bien placée pour te dire qu’il va t’exploser à la gueule à un moment.

Et ça marche pour tout. Ça marche pour les corvées, pour le cul, pour un comportement déplacé, pour un doute que tu peux avoir sur tes sentiments.

Je réalise aujourd’hui que je mérite mieux que d’assister un enfant qui se planque dans mes jupons à la moindre occasion. Je mérite un partenaire qui décidera avec moi de notre vie !

À lire aussi : Les pères qui font le ménage permettraient à leurs filles d’être plus ambitieuses

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
  • Cococinulle
    Cococinulle, Le 4 mars 2018 à 22h15

    Une patate
    @LolaEnCiencia C'est drôle parce que moi ça me paraît tellement normal maintenant... J'attend plus rien de lui, juste des coups bas, du foutage de gueule et des soucis de plus ! Merci pour ton attention et ton message <3
    Quand on en arrive à n'attendre plus rien de l'autre que des coups bas, je pense qu'il est temps de se poser la question de si ça vaut la peine de continuer une telle histoire :erf:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?