Comment entretenir et nettoyer son matériel photo ?

Le matériel photo, ça coûte un bras, alors autant en prendre soin : c'est-à-dire l'entretenir et le nettoyer régulièrement. Encore faut-il savoir comment s'y prendre...

Comment entretenir et nettoyer son matériel photo ?

Parfois, dans les commentaires de l’article où l’on peut me poser des questions photo, je reçois des trucs où je me dis « Haha, facile ! »… Et parfois, j’entrevois la possibilité d’écrire une thèse sur le sujet. C’est ce qui s’est passé avec cette interrogation innocente d’une lectrice :

« Ah et aussi, est-ce que tu aurais des petits tips pour nettoyer et entretenir ton matériel ? »

– LonelyBay

Diantre oui, j’en ai, mais ce n’est pas aussi simple qu’il y paraît. C’est parti pour un grand voyage au pays des mille accessoires de nettoyage optique. Et tu vas voir, c’est pas forcément moins chiant que de récurer ton appart.

big-mad-gyver-menage

(Attention, tous les liens de cet article sont fournis à titre indicatif, ils ne sont pas forcément compatibles avec ton matériel !)

La Trinité de l’Apocalypse, ou comment protéger ton matériel des agressions extérieures

Tout d’abord, il faut savoir que ton matériel photo a trois ennemis principaux :

  • La poussière, c’est-à-dire tous les petits machins crades et non identifiés qui peuvent s’introduire dans la machinerie
  • L’eau, ce truc que tu avales quand tu as la gueule de bois mais qui fait griller les circuits
  • Les chocs (physiques, car sur le plan émotionnel ton matos photo s’en sort plutôt bien)

Et si tu y mets du tien, tu peux aussi compter la graisse déposée par les doigts indélicats, ainsi que les postillons.

Au quotidien :

  • Transporte ton matériel dans un sac adapté et propre, pour lui éviter cette infernale Trinité (poussière, eau, chocs, donc).

À lire aussi : Ces objets qui ont changé ma vie de photographe

  • Si tes objectifs sont interchangeables, mets-leur systématiquement leurs capuchons en plastique (aux deux extrémités) quand tu n’es pas en train de les utiliser. Si aucun objectif n’est monté, ajoute aussi le capuchon qui va directement sur ton boîtier au niveau de la monture de l’objectif.
  • Ne laisse pas l’intérieur de ton appareil exposé aux quatre vents : quand tu changes d’objectif, essaie de le faire le plus vite possible, et en tenant ton appareil orienté vers le bas, pour éviter que des particules tombent dedans. Ça n’est pas une solution miracle, mais ça limite la casse.
  • Si tu n’es pas pressé•e, tu peux aussi éteindre ton boîtier le temps de changer l’objectif : ça réduira la charge statique, et ton appareil attirera moins la poussière. Dans tous les cas, vérifie évidemment que l’objectif que tu montes est bien propre.
  • N’amène pas ton appareil dans des endroits sableux, poussiéreux, humides, sujets aux embruns… Bref, ne te le cale pas dans le bikini. Ou alors, à tes risques et périls.

i-want-to-break-free-queen

T’inquiète que chez Freddie, c’est toujours si bien nettoyé que tu ne cours aucun risque.

Si tu veux pimper ton matériel :

  • Il existe des housses souples adaptées à certains boîtiers, qui font comme une « seconde peau » aux appareils et les protègent de pas mal de micro-agressions.
  • Pour les objectifs, tu peux visser dessus un filtre UV au bon diamètre : ceux-ci ont pour avantage de bien protéger la lentille. Si tu fais une rayure, tu ne changes que le filtre et non pas tout l’objectif (et avec les dollars que t’as économisés, tu peux faire un don à madmoiZelle, par exemple) !
  • Tu peux également trouver des protections d’écran de diverses qualités, qui vont du film autocollant à la vitre en verre optique.

Toujours dans ton sac, au cas où…

Malgré tes précautions, tu as tout sali tout petit matériel ? C’est pas grave, si tu as eu la présence d’esprit de bien t’équiper avant de partir

  • Dans l’idéal, il vaut mieux se trimballer une poire soufflante pour enlever les poussières efficacement. Car quand on souffle soi-même, on a tendance à postillonner, et donc potentiellement à faire des traces sur la lentille (ne nie pas).
  • Personnellement, j’ai surtout avec moi un chiffon microfibre (que j’appelle affectueusement « chiffonnette ») quand je veux effacer vite fait les traces de doigts laissées par un•e client•e indélicat•e. Mais je sais que je prends des risques en faisant ça sans utiliser la poire au préalable, dans la mesure où je peux générer des micro-rayures. Je le fais quand même pour éviter les traces de graisse, mais j’essaie de ne pas frotter comme une bourrine, et de vérifier que l’objectif comme le chiffon ne sont pas couverts de poussière.
  • Le papier optique peut valoir la peine : il te permet de faire la même chose que ma chiffonnette adorée, sauf que comme il est à usage unique et non tissé, il a moins de chances d’abîmer ton matériel.
  • Dans tous les cas, n’utilise pas « le truc qui te passe sous la main », car CE truc va forcément être abrasif.

Le grand nettoyage

cendrillon-menage

Spoiler : on nettoie pas son boîtier comme ça, c’est vraiment une idée de merde.

  • Place-toi dans une pièce bien abritée du vent et de la poussière. La salle de bain peut être une bonne option, dans la mesure où l’humidité a tendance à retenir les particules. Évite quand même si ta salle de bain est un vrai sauna mal aéré, ton appareil risque de mal supporter la condensation.
  • Alors déjà, pitié, on évite les produits nettoyants non adaptés (solvants qui attaquent, tissus rêches qui rayent…) ! De nombreuses solutions spécial électronique ou même spécial matériel photo existent, et ce n’est pas pour rien. Les composants de ton appareil et le verre de tes objectifs sont très fragiles, ça serait quand même ballot de les abîmer en voulant les chouchouter.
  • Ne lave pas non plus ton matériel sous un filet d’eau, car, s’il n’est pas tropicalisé, tu risques de faire apparaître des champignons et des moisissures dans ses petits recoins les plus secrets.

À lire aussi : Champignons farcis au gorgonzola — Recette qui fond dans la bouche

  • Je te conseille d’utiliser une brosse plutôt douce pour l’extérieur de ton matériel, et éventuellement des lingettes adaptées ou un chiffon microfibre légèrement humide (ou imbibé d’un nettoyant adapté) pour l’écran LCD et l’œilleton.
  • Pour la lentille en elle-même, il vaut mieux commencer par enlever les poussières sèches à l’aide d’une poire soufflante, puis d’un pinceau très doux, avant de passer éventuellement un chiffon microfibre, du papier optique ou un « feutre » adapté (en vente dans les magasins photo) pour enlever les traces plus grasses (si tu as mangé des frites en utilisant ton objectif comme plat) (je ne juge pas) (si).
  • Si tu commences à voir apparaître des points sombres sur tes photos, je te plains, ça signifie que ton capteur est sale. Le capteur, c’est peut-être la partie la plus fragile de ton boîtier. Donc on n’y met pas les doigts, ni le coude, ni le reste. Je te conseille, si tu n’es pas hyper sûr•e de toi, d’aller faire nettoyer ton capteur chez un spécialiste (ça coûte généralement une cinquantaine d’euros). Sinon, de nombreux tutos vidéo sont disponibles sur le net si tu te sens d’attaque.

Pour info, j’ai perdu quatre litres de sueur de stress à chaque fois que j’ai effectué cette opération.

Et voilà, ton équipement est comme neuf… jusqu’à la prochaine fois. Hinhin. En attendant, si tu as d’autres questions à me poser, qui pourraient elles aussi motiver l’écriture d’une thèse, n’hésite pas, c’est par là.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Niwade
    Niwade, Le 13 mai 2016 à 17h17

    Merci beaucoup pour ce guide très utile !
    J'ai un hybride donc capteur directement exposé quand je change d'objectif, mais j'ai réussi à ne pas encore le salir :dowant:
    Ceci dit ce soir c'est ménage des objectifs avec les supers objets que tu as recommandé !

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)