Les femmes souffrant d’acné révèlent ce qu’elles seraient prêtes à faire pour s’en débarrasser

Par  |  | 20 Commentaires

Avoir de l'acné ou gagner moins d'argent... Cette question te semble idiote ? Marina te parle d'une étude menée par une marque de cosmétique sur l'acné et dont les résultats sont surprenants.

Les femmes souffrant d’acné révèlent ce qu’elles seraient prêtes à faire pour s’en débarrasser

L’impact de l’acné sur l’estime de soi est quelque chose que j’ai vécu et que je vis encore. Je me suis souvent retrouvée face à des médecins qui amoindrissaient cette maladie, en considérant que c’était pas bien grave et qu’il y avait pire. Certes.

50€ la consult’ pour m’entendre dire ça, merci beaucoup Captain ObviousÉvidemment qu’il y a pire.

Mais l’acné peut être mal vécu, surtout une fois l’adolescence terminée.

Curologyla marque de cosmétique américaine et son enquête sur l’acné

Le site Internet Teen Vogue rapporte que Curology, la marque américaine spécialisée dans la prescription de soins personnalisés contre l’acné, a mené une enquête intitulée The State of Acne in America auprès de 1001 femmes, à propos de leur rapport à l’acné.

« L’enquête a été menée via Google Consumer Survey [un outil qui permet de mener des enquêtes via des questionnaires, NDLR] parmi 1001 femmes, de 18 à 44 ans, qui ont souffert d’acné, de points noirs, de pores encombrés, à un moment de leur vie. »

La volonté sous-jacente de la marque (tout en gardant à l’esprit que c’est une enquête ayant pour but de valoriser ses produits) est de montrer le combat que peut représenter l’acné dans la vie d’une femme américaine aujourd’hui.

David Lortscher, fondateur de Curology (et dermatologue), explique :

« L’espoir que nous portons, à travers l’étude sur l’état des lieux de l’acné aux États-Unis, est d’exposer le combat sous-jacent de ces femmes qui ont de l’acné et de comprendre à quel point c’est important pour elles de trouver un traitement efficace.

Cette étude confirme ce que les dermatologues entendent chaque jour de la part de leurs patients — que l’acné est bien plus qu’un problème de peau.

Un changement dans l’apparence de la peau déteint de façon significative sur les personnes qui en souffrent, que ce soit sur leur plan social ou émotionnel — et c’est d’ailleurs pour ça que j’ai créé Curology. »

Les résultats de l’enquête The State of Acne in America

Ce qui nous intéresse ici ce sont les résultats de cette enquête qui sont juste éloquents (pour ne pas dire ouf, si je puis me permettre).

J’aurais bien aimé avoir cette étude avec moi lors de mes rendez-vous ratés chez le dermato, pour lui faire comprendre que je souffrais vraiment, et que ces « petits boutons pas bien méchants » avaient un impact désastreux sur l’estime que j’avais de moi et sur ma vie sociale…

  • Presque 15% des femmes entre 18 et 24 ans seraient prêtes à annuler des sorties, des rendez-vous, à cause d’une poussée d’acné.
  • (Attention accroche-toi bien !) Sur les femmes qui ont répondu positivement au fait de vouloir annuler des plans à cause de leurs boutons, 26% d’entre elles seraient prêtes à être célibataires pour 6 mois afin d’être débarrassées de leur problème de peau.
  • Plus d’un tiers des femmes interrogées serait prêtes à prendre 4 kilos, voir leur salaire amputé d’une partie, ou être célibataire si cela pouvait leur permettre d’avoir une belle peau.

Si tu veux en savoir davantage sur cette enquête menée par Curology, c’est ici que j’ai trouvé les résultats.

Je trouve ces chiffres fascinants et criants de vérité. Combien de fois j’ai annulé des soirées de peur d’être jugée par les autres, et à me sentir plus bas que terre parce que ma peau n’était pas à la hauteur de la perfection que l’on peut voir sur les réseaux sociaux

Et toi, tu penses quoi de cette enquête ? Tu la trouves proche de la réalité ? Elle t’inspire quoi ?

À lire aussi : « Dis-moi où sont tes boutons et je te dirai ce qui les provoque » : la technique du face-mapping


Marina

Marina va t'enseigner le b.a.-ba de la cosmétique. Il t'es déjà arrivé de te coucher sans te démaquiller? Sache que si elle avait été là à ce moment précis, elle t'aurait ramené des cotons et de l'eau micellaire. Il y a des choses avec lesquelles il ne vaut mieux pas déconner en sa présence !

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Radley
    Radley, Le 31 mars 2017 à 10h01

    Je rebondis sur l'association de l'acné à l'adolescence, que je considère un peu comme quelque chose d'aussi coriace qu'une moule bretonne accrochée à son rocher. Le problème de ce truc là, c'est que c'est une croyance sociétale encrée depuis des lustres, qui est tout aussi consciente qu'inconsciente. Et à mon humble avis, toute la culture de films/séries/pubs à la télé/etc n'y est pas pour rien. J'veux dire par là que dans une grande partie des cas, quand tu veux représenter un ado dans un scénario, on se contente de lui foutre une quinzaine de spots rouges sur la gueule, que le spectateur identifie immédiatement comme LE signe visuel de l'adolescence. Mais je crois que le pire est que ce signe reconnaissable en question est presque exclusivement utilisé pour les "ados-attardés-quiprennentpassoind'eux-quisevautrentdanslacrasse" ou alors le stéréotype du geek qui prend pas assez le soleil, et j'en passe. Sérieusement, vous avez déjà vu une nenette de Gossip Girl avec un point noir ? Non, bah non. Parce que être acnéique c'est être sale. Et puis quand on commence à prendre soin de soi, POUF. Tout ça disparait comme par magie, c'est super connu.
    Alors ouais. Forcément l'acné prend cette place là dans les mentalités, et c'est extrêmement dur de l'en dégager.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!