Les élections européennes 2014 en France — Tour d’horizon

Le 25 mai, on vote pour élire nos députés européens. Après avoir présenté les institutions européennes et ce que l’Union Européenne a changé dans sa vie, Marie.Charlotte te présente les candidats et les enjeux du scrutin.

Les élections européennes 2014 en France — Tour d’horizon

Pourquoi voter ?

Contrairement à une idée reçue largement répandue, « Bruxelles » n’est pas « au-dessus des lois » et ce n’est pas « Bruxelles » qui « impose sa loi » aux États membres ni aux citoyens européens.

L’adoption des textes européens résulte d’une procédure de co-décision, et nous, citoyen-ne-s, nous avons notre mot à dire dans ce processus, car nous élisons les membres du Parlement européen au suffrage universel direct ! Les élections ont lieu du 22 au 25 mai dans tous les pays membres de l’Union Européenne.

En France, on vote dimanche 25 mai. 

Pourquoi mon vote compte ?

Chaque vote compte dans chaque élection, mais l’éventail des sensibilités politiques des électeurs n’est pas représenté de la même façon selon les types d’élection.

Dans le cas des européennes, le mode de scrutin favorise une meilleure représentation des suffrages exprimés : c’est un scrutin de liste à représentation proportionnelle. Les électeurs doivent choisir une liste, et ne peuvent y apporter aucune modification (pas de panachage).

Dès qu’une liste remporte plus de 5% des suffrages exprimés, elle peut prétendre à obtenir des sièges, en fonction des résultats obtenus par les autres listes. Au total, la France doit élire 74 députés, répartis en huit circonscriptions.

Martin Vidberg nous explique fort clairement comment se déroule cette élection dans une vidéo en patates réalisée pour Le Monde :

Si les choix des électeurs seront mieux représentés, cela signifie aussi que des formations politiques habituellement battues par le mode de scrutin majoritaire en France (les élections législatives par exemple) sont susceptibles d’obtenir un nombre plus important de sièges.

C’est le cas des Verts, mais aussi du Front National.

Le Front National, premier parti en France ?

L’extrême droite pourrait réaliser un score historique : en effet, le mode de scrutin des élections européennes favorise les partis extrêmes.

Pourquoi le scrutin proportionnel favorise les extrêmes ?

Comme le montre la vidéo en patates (ci-dessus), l’élection à la proportionnelle permet aux partis minoritaires d’obtenir tout de même des représentant-e-s. Par exemple, si on reprend les résultats du premier tour des élections municipales françaises : plusieurs candidat-e-s du Front National sont arrivé-e-s en tête ou ont réalisé de bons scores.

Pour faire simple :

  • Avec un scrutin proportionnel, ils auraient gagné un nombre de sièges au conseil municipal proportionnel à leur score (et remporté la mairie en arrivant en tête).
  • Avec un scrutin majoritaire, on procède à un deuxième tour pour qu’un candidat réunisse une majorité absolue de voix.

Les partis majoritaires (PS et UMP en France) bénéficient de réserves de voix, c’est-à-dire qu’en cas de deuxième tour, ils peuvent compter sur les électeurs qui n’ont pas voté pour eux au premier tour : les écologistes, l’extrême-gauche… Des réserves dont ne bénéficient pas les partis extrêmes.

De nombreux articles analysent ce possible succès du Front National aux élections du 25 mai, en relativisant toutefois l’influence que pourrait exercer le parti au sein du Parlement européen :

Mais l’influence du FN au sein du Parlement n’est pas le seul enjeu : c’est aussi l’image de la France et son influence à l’étranger qui pourraient pâtir d’un score élevé du parti d’extrême-droite, ce qu’analyse le site Euractive : La France FN vue d’ailleurs.

Jean-Marie Le Pen faisait d’ailleurs ce matin l’objet d’un article sur Le Monde, grâce à une citation fort délicate : « Le virus Ebola peut régler les problèmes de l’immigration en trois mois ». Rappelons à toutes fins utiles que Jean-Marie Le Pen est tête de la liste Front National dans le Sud-Est.

La mobilisation est toujours très forte au sein des électeurs de ce parti, puisqu’ils savent pertinemment qu’il n’y a pas de réserve de voix. C’est pourquoi l’abstention inquiète d’autant plus les autres partis en lice : moins la participation sera importante, plus le score du FN en suffrage exprimé sera important.

C’est d’ailleurs le message utilisé par le mouvement anti-raciste européen pour motiver les électeurs :

« En mai, les opposants à l’égalité et aux droits de l’homme voteront pour leurs représentants. Assurez-vous d’en faire de même. »

Clip de la campagne #NoHateEP2014 contre les propos racistes et discriminatoires. (Sous-titres en français)

En France, SOS Homophobie fait le point des enjeux de cette élection pour les droits des personnes LGBT :

Abstention : sanction ?

L’autre tendance importante de ce scrutin est un taux d’abstention annoncé très élevé. Il était déjà important aux élections municipales en France en mars, alors qu’il s’agissait d’élections locales, aux enjeux très proches des citoyens.

Entre la tentation de sanctionner les partis de gouvernement et d’opposition, et le désintérêt des citoyens pour une institution perçue comme éloignée (à tort !) de leurs problématiques quotidiennes, l’abstention le 25 mai prochain pourrait être encore plus importante en France qu’aux dernières municipales.

Certains partis ne manqueront pas d’exploiter cette tendance à leur avantage, en interprétant la faible mobilisation des électeurs comme un signe de protestation allant dans leur sens. Ainsi, le Mouvement Républicain et Citoyen (proche de Jean-Pierre Chevènement) appelle ouvertement à boycotter le scrutin :

Des campagnes contre l’abstention

Les clips de campagne pour sensibiliser les électeurs à l’importance d’aller voter dimanche ont fleuri abondamment sur le Web. Certains sont sérieux (trop sérieux), d’autres ciblent un public en particulier, d’autres encore prennent le parti de l’humour voire carrément du What The Fuck plutôt trash.

Côté sérieux, on peut citer le clip du think tank Sport et Citoyenneté dans lequel des champion•ne•s incitent à se rendre aux urnes, en citant une statistique plutôt impressionnante : « 72% des jeunes n’iront pas voter » (vraiment ? Fais-tu partie de ces 72% ? Viens en parler dans les commentaires !) :

« We’re not sexy and we know it »

Autre approche, celle de l’agence de communication Old Continent : non, voter le 25 mai ne changera pas la face du monde, ne vous permettra pas d’éradiquer la guerre, la famine, le SIDA.

En revanche, votre choix peut influencer des problématiques beaucoup moins sexy, comme le taux d’hormones dans votre alimentation, la protection de vos données sur Internet, les études à l’étranger, les droits des consommateurs, etc. Alors non, l’Europe n’est pas sexy, mais elle agit : 

Sous-titres français disponibles sur la vidéo !

La palme du WTF peut être attribuée haut la main au clip Danois, qui met en scène « Voteman », un espèce de vengeur-musclé-macho-violent qui traque les abstentionnistes (attention, sexisme assumé). Est-ce de l’humour danois ?

L’Express a sélectionné dix de ces campagnes originales contre l’abstention.

Pour qui voter ?

Comme pour les municipales, vous pouvez retrouver toutes les listes et tous les candidats sur le site du ministère de l’Intérieur. On y accède par circonscription, pour pouvoir consulter les listes officiellement déposées.

Pour un tour d’horizon plus rapide et visuel, je vous recommande la carte interactive du Huffington Post :

Cliquez sur la carte pour être redirigées vers l’article du Huffington Post 

La boussole européenne pour s’y retrouver ?

Une équipe de chercheurs français du CEVIPOF (le centre de recherches politiques de Sciences Po) a développé une « boussole » qui permet de situer sa position par rapport aux principaux partis français en lice pour les élections européennes.

C’est long, puisqu’il faut répondre à une trentaine de questions, sans avoir forcément un avis sur chacune d’entre elles, mais le débriefing est intéressant puisqu’il permet de visualiser la position de chaque parti question par question.

Vous pouvez ensuite interpeller vous-mêmes vos candidats via Twitter sur les points qui méritent d’être précisés pour pouvoir effectuer votre choix : le hashtag #EP2014 sur le filtre « utilisateurs » vous permet de retrouver les candidats. Ils sont encore en campagne jusqu’à vendredi soir, profitez-en !

« De quel parti êtes-vous le plus proche ? »

Plus rapide d’utilisation que la boussole européenne, Vote&Vous propose 30 questions à trois réponses : D’accord / Pas d’accord / Indifférent.

Dans un deuxième temps, vous pondérez vos résultats en sélectionnant les questions qui revêtent une importance particulière pour vous.

C’est plus rapide, mais aussi moins pertinent : mon résultat me donne proche du Parti Pirate, ce qui ne me correspond pas vraiment, même si je suis effectivement une fervente partisane de la liberté d’Internet !

La présidence de la commission, enjeu électoral ?

C’est la nouveauté de cette élection : le Parlement devra se prononcer sur le choix du futur président de la Commission. Les leaders des principaux partis de l’hémicycle européen (dont Martin Schultz, contre qui Marine Le Pen avait refusé de débattre dans DPDA) sont donc en campagne pour la présidence de la Commission. Et nous, citoyen-ne-s, avons notre mot à dire dans ce choix (sans qu’il soit pour autant automatiquement acquis au parti majoritaire).

Voici la composition actuelle du Parlement européen, avant les élections de mai 2014 :

Mai 2014, infographie via Toute L’Europe

Quelle sera la composition du Parlement au lendemain du 25 mai ? C’est à nous, citoyen-ne-s électeurs, d’en décider.

Dimanche 25 mai, iras-tu voter ? Pourquoi ?

Tu pourras le dire avec Facebook, qui lance une application « Je Vote » pour annoncer à ses amis que l’on a participé aux élections !

Plus d’Union Européenne :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 63 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Melimelo__
    Melimelo__, Le 26 mai 2014 à 18h30

    harey;475077
    _______
    @Melimelo__

    Je trouve ça un peu facile de déclarer que Marine Le Pen ou le "nouveau" FN ne serait pas raciste tout en se bouchant les oreilles, comme si le simple fait de le dire était auto-réalisateur.

    Que le leader d'un parti d'extrême-droite européen trouve MLP trop antisémite ne te choque pas ?
    Le FN est en tête de liste maintenant. C'est marrant, dès qu'il à quelqu'un pour le FN tout le monde se met sur lui! "Le FN c'est le mal parce que c'est raciste" : vous avez que ça à la bouche.
    Je n'aime pas tout le programme du FN mais je pense que c'est le parti qui pense le plus à l'avenir de la FRANCE seulement. La France ne bénéficie pas, comme le Royaume-Uni d’une réduction de sa contribution au budget de l’UE. Elle est même le pays qui supporte la partie la plus importante du surcoût entraîné par ce régime de faveur accordé au Royaume-Uni.
    Et puis la France a été pénalisée par la politique monétaire européenne par la surévaluation du franc maintenue par des taux trop élevés, entrainant la perte de millier d'emplois. Depuis l’introduction de l’euro, l’Allemagne est le seul pays de la zone à avoir amélioré le solde de son commerce extérieur.
    La zone euro à la croissance la plus faible et le chômage le plus élevé du monde. Vous entendez pas vos grands parents ou vos parents dire qu'avant trouver du travaille était beaucoup plus facile ?
    En tout cas pour moi, tout les partis sont merdiques et même si on change de partis, y'a jamais rien qui change...

Lire l'intégralité des 63 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)