Dormir en culotte est plus risqué que vous ne le pensez

Par  |  | 82 Commentaires

Tu aimes vivre dangereusement ? Et bien, porte une culotte dans ton sommeil mon enfant. Un infectiologue détaille les conséquences sur la santé de ne point dormir la vulve à l'air.

Dormir en culotte est plus risqué que vous ne le pensez

Quand j’étais petite, mes parents me disaient que si je dormais en culotte, j’allais faire des cauchemars. 

Oui, vraiment. J’ai toujours eu du mal à cerner l’objectif de cet avertissement, sans parler de mon doute légitime quant à la pertinence de cette pédagogie de la menace. Mais c’était avant de lire cet article

Un médecin infectiologue y explique tous les risques pour la santé lié au port nocturne du slibard.

Dormir avec une culotte multiplie les risques d’infections

Co-auteur de « Microbiote vaginal : La révolution rose » qui vient de paraitre, Jean-Marc Bohbot nous met en garde dans une interview au Figaro Madame.

Comme les frifris culottés ne peuvent déjà pas respirer une bonne partie de la journée, pourquoi continuer à s’asphyxier l’abricot la nuit venue ?


Meuf réveille-toi, t’as une culotte !!! 

Pour réduire les risques inhérents au port de sous-vêtements, le médecin conseille donc de limiter leur usage nocturne afin d’éviter plusieurs désagréments, tels que :

  • Les irritations

Le frottement du tissu sur la zone fragile de vulve peut être à l’origine d’un inconfort, voire de sensations de démangeaisons et de brûlures précise le médecin.

  • Les mycoses

Enfermer ses parties intimes dans des matières souvent synthétiques créerait un environnement propice à la prolifération des bactéries.

En faisant monter la température de la vulve et en emprisonnant l’humidité, les sous-vêtements préparent notamment un terrain parfait pour les champignons.

Quid du fameux coton qui respire ?  Selon le Dr Bohbot, il va au contraire « absorber toute l’humidité et créer des sécheresses vaginales », ce qui ne fait pas beaucoup plus envie.

  • Les infections urinaires

La culotte serait finalement un sacré nid à microbes car elle peut faciliter la survie et le voyage de germes venus de la vessie ou de l’anus vers la vulve, et ainsi causer des cystites par exemple.

Bref, il n’y aurait que du bon à laisser respirer son entrejambe, à la nuit tombée. Je n’ai plus qu’à remercier mes parents pour m’avoir transmis cette saine habitude, même sous un prétexte totalement bizarre.

Pour celles que le cul nu nocturne indispose, notre chère cheffe de rubrique mode Élise tient peut-être une piste de compromis !

« Microbiote vaginal : la révolution rose », de Jean-Marc Bohbot et Étienne Rica, éditions Marabout, 17,90 €

Et vous, vous dormez le frifri à l’air libre ou c’est slip obligatoire comme à la piscine ? 

À lire aussi : Insomnies : pour bien dormir, il suffit de jouir !

7 surprises choisies par Elise, + de 35€ de valeur
18.90€ + livraison

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Kaelly
    Kaelly, Le 24 avril 2018 à 6h10

    Article très intéressant, j'aurais cependant une petite remarque. Vers la fin de l'article il y a noté que les germes pourraient aller de la vessie ou de l'anus vers la vulve et créer des cystites mais la vessie est stérile, les cystites sont des infections urinaires, le vagin en revanche n'est pas stérile (sinon ce serait bien embêtant d'y laisser entrer quoi que ce soir sous peine d'infection, surtout un penis ^_^) les cystites peuvent donc venir de bactéries de l'anus ou du vagin.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!