Créer son entreprise : mode d’emploi

Créer son entreprise est une étape parfois difficile à franchir. Abby a sauté le pas, vous raconte les débuts de sa petite entreprise et vous file quelques conseils !

Créer son entreprise : mode d’emploi

Depuis plus d’un an maintenant, je suis à mon compte. J’ai créé ma boite (sous le statut d’auto-entrepreneur) le 1er Avril 2010. Date de la blague mais pourtant, un an et demi plus tard, je ne changerais ma situation pour rien au monde. Comment j’en suis arrivée là ? C’est comment d’être son propre boss ? Est-ce que c’est dur à gérer au quotidien de bosser pour soi ? C’est parti pour un tour d’horizon de la création d’entreprise en tête à tête avec soi même.

MAIS POURQUOI ?

Fin d’études en Juin 2009. L’équivalent d’une licence pro dans le web en poche, je me lance dans la recherche d’un boulot. J’atterris à plus de 100 km de ma ville d’attache pour un CDD de 3 mois. Catastrophe, la ville où je me trouve sent des fesses, ma patronne est une vraie plaie en mode radasse perchée sur des Louboutin, on me fait faire des choses pour lesquelles je ne suis pas qualifiée. Retour à la case ville d’amour après 3 mois à déprimer et enchaînement sur un nouveau CDD de 6 mois. Même soucis, mes patrons sont franchement pas avenants, le taf m’intéresse pas des masses et surtout j’ai l’impression de passer à côté de quelque chose.

Si je continue comme ça, qu’est-ce qui m’attend ? Des CDD à répétition dans des boites dont je partage pas vraiment les valeurs ? Bosser sur des missions qui m’intéressent moyennement ? Tout ça pour quoi au final ? La précarité, l’ennui et des prises de tête au quotidien… Pas terriblement excitant cette histoire.

Je profite des quelques mois d’indemnités chômage que j’ai devant moi suite à mes CDD pour tenter le coup. Tant qu’à bosser, autant bosser pour soi après tout. Je pars avec une idée en tête : un an max pour créer une structure, tenter d’en vivre et surtout m’amuser un peu dans mon boulot quotidien histoire d’éviter la déprime qui me guettait chaque matin quand je partais bosser avec des boulets aux chevilles.

ON FAIT COMMENT ?

Le statut d’auto entrepreneur venait de voir le jour quelques mois auparavant, on m’en avait parlé à l’école comme d’un statut particulièrement adapté aux activités du web. Je n’y connaissais pas grand chose en créa d’entreprise et ça avait l’air simple donc j’ai foncé. Une inscription en 15 minutes sur internet et un papier reçu quelques jours plus tard par la poste avec mon numéro SIRET (le Graal pour pouvoir bosser à son compte) et je pouvais me lancer. Mon bureau était prêt (une planche de bois posée sur des tréteaux dans un coin de ma chambre), j’avais bien aligné ma souris, ma motivation était surpuissante mais clairement je n’avais aucun client.

Il a donc bien fallu que je me bouge les fesses pour commencer à faire rentrer des pépètes. Au début, on ne cherche pas bien loin : la famille, les amis, les connaissances… On choppe un mini contrat, puis un autre et peu à peu en quelques mois j’ai réussi à monter un réseau me permettant d’avoir des contrats régulièrement et surtout, super important : dégoter des contrats réguliers mensuels ou trimestriels qui permettent d’assurer un revenu fixe tout les mois.

LIKE A BOSS

Pitite vidéo d’illustration :

Chargement du lecteur...

Ouais I’m the boss ! Bon pour le coup je suis juste le boss de moi même. Personne ne me fait mon café, je fais mes photocopies moi même, les réunions de travail internes à l’entreprise consistent pour moi en une longue réflexion assistée par le soutien moral et poilu de mes animaux de compagnie (très important la compagnie quand on passe la journée à la maison) et je dois aussi gérer moi même les aspects chiants type comptabilité, relance clients et promotion de l’entreprise.

Je me gère seule et en soi c’est déjà une grande joie. Pas de hiérarchie au dessus, je choisis les contrats sur lesquels je veux bosser, je n’ai de compte à rendre à personne, je bosse aux horaires que je veux et même que parfois je « vais au bureau » en pyjama. La pause de 14h pour mater une série, partir faire du shopping ou aller au sport quand il n’y a pas un rat est quasi quotidienne. En échange, je bosse tard le soir/la nuit puisque j’ai un rythme de sommeil un poil en décalage. Après bien sûr cette liberté demande un minimum de conscience professionnelle et d’organisation pour mettre un gros coup de collier quand il y a masse de taf à livrer.

ALORS C’EST BEAU GOSSE OU PAS AU FINAL ?

Malgré ce portrait idyllique, tout n’est pas rose tout les jours. Il y a évidemment des périodes avec des creux dans l’activité (période de vacances) et il faut avoir gagné et épargné suffisamment les mois de fastes pour tenir le coup financièrement. Il y a la vie sociale qui change aussi. L’entourage ne comprend pas toujours que bosser de chez soi ne veut pas dire glander toute la journée en attendant que le fric tombe. De même qu’en période de grosse bourre il faut parfois annuler des sorties ou RDV au dernier moment. Bosser pour soi c’est devoir gérer la relation client, gérer les impératifs de temps et être seul à assumer les imprévus sans patron derrière qui se cacher en cas de pépin.

Cependant, je m’amuse dans mon travail, je gagne bien ma vie (mieux que si je bossais pour un patron), je rencontre plein de monde et bosse dans plein de domaines différents, j’ai une liberté dont je n’aurais jamais pu tâter le bout du nez si j’étais restée dans le circuit normal. En bref, retourner bosser pour un patron, jamais de la vie (si possible) !

POUR CREUSER UN POIL

Si tu veux des infos sur le statut d’auto entreprise, va faire un petit tour sur http://www.lautoentrepreneur.fr/ et sur http://www.auto-entrepreneur.fr/ pour les infos pratiques et administratives.

Et le forum est ouvert pour les questions ;)

— Illustration Timtimsia

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Hoppípolla
    Hoppípolla, Le 4 novembre 2011 à 16h49

    Bonjour,

    Merci pour l'article, instructif ^^ J'ai moi-même le statut de freelance, inscrite à la Maison des Artistes. c?est un statut intéressant, même s'il faut en comprendre les rouages au début.

    Si des Mad' ont des questions à ce sujet, n'hésitez pas, j'essaierai de répondre ^^

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)