Le clown de « Ça », source de bien des cauchemars, change de look : pour ou contre ?

Par  |  | 14 Commentaires

Le clown de Ça, roman horrifique de Stephen King, a traumatisé des générations, notamment grâce à une adaptation télé. Pour son arrivée au cinéma, il change de look... et les avis divergent.

Le clown de « Ça », source de bien des cauchemars, change de look : pour ou contre ?

En 1986, Stephen King publie Ça, un diptyque qui marquera l’histoire du roman d’horreur.

Ça et son inoubliable clown maléfique

Il met en scène une bande de gosses un peu pétés, le Club des Ratés, aux prises avec un être maléfique prenant souvent l’apparence d’un clown et enlevant des enfants dans la petite ville de Derry.

Le premier tome se déroule durant les années 50.

Trente ans après avoir quitté le cauchemar, le Club des Ratés se reforme pour retourner à Derry et lutter à nouveau contre Grippe-Sou, le monstre de leur enfance.

stephen-king-ca

En 1990, Ça est adapté en mini-série pour la télévision.

Certes, les effets spéciaux ont mal vieilli, le jeu d’acteurs est un peu bancal et l’adaptation prend pas mal de libertés avec des passages controversés du roman, mais un élément marque les esprits.

Tim Curry (Rocky Horror Picture Show) incarne un terrifiant Grippe-Sou et son interprétation du clown maléfique hante des générations. Coulrophobes, cachez-vous les yeux !

it-clown-tim-curry

Cette version de Grippe-Sou, assez fidèle à la description faite par Stephen King (même si le monstre, par essence protéiforme, change souvent d’apparence), a notamment inspiré pas mal des clowns errants qui ont défrayé la chronique ces dernières années.

Ça version 2017

En bonne fan de Stephen King, je vous en ai déjà parlé sur madmoiZelle : 2017 ne verra pas seulement La Tour Sombre prendre vie à l’écran, mais présentera également Grippe-Sou aux salles obscures.

Un remake de Ça sort au cinéma en septembre, et c’est Bill Skarsgård qui a « un gros nez rouge, deux traits sur les yeux… ».

Voici l’apparence du clown qu’il incarne, selon les photos publiées par Entertainment Weekly :

Fraise bouffante, tenue blanche aux pompons rouges, manchettes foisonnantes de dentelle… le Ça de 2017 pourrait être sorti d’une troupe française du XIXème siècle et a des allures de Pierrot, bien loin du costume bariolé endossé par Tim Curry.

Alors, pour ou contre ce nouveau look ? Mettons les éléments dans la balance.

Le nouveau look du clown dans Ça : les arguments pour

Le clown, c’est LE cœur de Ça. C’est ce qui fera le film ou l’anéantira. D’ailleurs, on en sait très peu sur le reste de l’adaptation, tant c’est le méchant qui focalise l’attention.

Pour que le Ça de 2017 soit son propre film avec sa propre identité, il lui faut donc s’éloigner du clown de Tim Curry qui a marqué la mémoire de tant de gens.

Au fond, le costume endossé par Bill Skarsgård n’est pas si différent de celui de 1990. Les formes sont les mêmes, les pompons aussi, mais le tout est blanc, avec ces détails de rouge sang comme une ligne de vie dévalant la silhouette…

Ce clown fait écho au Grippe-Sou que tout le monde connaît, mais en s’en détachant. C’est une version en négatif, presque délavée, et le maquillage n’en ressort que plus vivement. De loin, ces traits donnent au clown une allure de tête de mort.

Le blanc a un côté fantomatique, le costume semble daté, originaire d’une époque révolue. Ce qui rend la présence du clown dans le paysage urbain encore plus incongrue… encore plus effrayante.

Pic by tim visentin

A post shared by Andy Muschietti (@andy_muschietti) on

Sur l’Instagram du réalisateur, on découvre de petits aperçus…

Le nouveau look du clown dans Ça : les arguments contre

La particularité de Grippe-Sou, c’est qu’il est protéiforme : il change d’apparence à loisir.

Un peu comme un Épouvantard d’Harry Potter, il s’adapte à qui le regarde, prenant le physique de sa plus grande peur ou du gentil clown qui saura l’attirer dans son antre.

À lire aussi : Si ta phobie actuelle t’avait tuée dans une vie antérieure… de quoi la « dernière toi » serait-elle morte ?

C’était déjà bof logique qu’un gosse suive ce bonhomme, mais écoutez, les enfants sont parfois bas de plafond.

tim-curry-it

Mais le design du nouveau Grippe-Sou n’a rien de très ancré dans l’imaginaire collectif américain.

Honnêtement, un monstre métamorphe se retrouvant face à des gosses du Maine dans les années 50 prendrait-il vraiment cette apparence sortie tout droit du siècle dernier ?

pierrots-paris

Pierrots du carnaval de Paris, 1920

Or, si on ne croit pas à l’aspect attrayant de Grippe-Sou, il devient moins terrible. Ce qui le rend si effrayant, c’est sa capacité à attirer les enfants sans les forcer… pour mieux se déchaîner.

On pourrait donc estimer que ce nouveau clown n’est « qu’un » monstre, et pas l’entité horriblement doucereuse qui hante les égouts de Derry. Ce qui serait sous-estimer le personnage !

Bien sûr, ces deux opinions sont à prendre avec des pincettes puisqu’on a pas encore vu Grippe-Sou bouger dans une vidéo, et qu’on a pas encore entendu sa voix, critère essentiel de la peur. Patience, donc, avant de se faire un avis définitif !

Mais allez, ça reste entre nous… t’es pour ou contre, toi ?

À lire aussi : Des photos de cirque des années 50 colorisées

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (14) Facebook ()
  • Kaus Australis
    Kaus Australis, Le 31 décembre 2016 à 14h53

    Nah j'aime pas. À mon avis il devrait être encore plus mignon, genre les clowns rieurs de Dumbo. Le fossé entre l'apparence et le comportement serait vraiment glauque :3

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!