« Au moindre doute », la nouvelle campagne du Collectif féministe contre le viol

Pas facile de mettre les bons mots sur des violences sexuelles : « viol », « abus »... Le Collectif féministe contre le viol interpelle les femmes qui sont dans le doute pour les encourager à appeler le numéro officiel, avec cette nouvelle vidéo.

« Au moindre doute », la nouvelle campagne du Collectif féministe contre le viol

Alors que le 25 novembre (journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes) approche, le Collectif féministe contre le viol (CFCV) lance une nouvelle campagne de sensibilisation. Elle sera diffusée dans les médias le 15 novembre, mais est d’ores et déjà disponible sur YouTube.

À lire aussi : « Proches », une campagne contre le viol et pour sensibiliser l’entourage des victimes

Avec une première vidéo intitulée Au moindre doute, l’association cherche à attirer l’attention des femmes qui se demandent si elles n’ont pas subi des violences sexuelles.

En effet, comme le montre le spot, celles-ci se tournent plus facilement vers des forums non dédiés à la question, ce qui peut alimenter leur confusion ou leur mal-être… alors qu’il existe un numéro officiel pour répondre à toutes leurs questions, et si nécessaire leur apporter une aide : 0800 05 95 95.

À lire aussi : « Appeler un viol un viol », ou l’importance du consentement expliquée en BD

Et comme il est parfois difficile d’envisager d’appeler directement, des informations sont également disponibles sur le site officiel du Collectif féministe contre le viol.

big-premiere-fois-viol

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Calypso13
    Calypso13, Le 8 novembre 2016 à 20h22

    cha2701
    Alors je trouve ce spot très bien dans l'ensemble. Réaliste et tout. Mais y'a un truc qui vraiment me chagrine : dans les campagnes anti-viol "officielles", la victime montre toujours clairement et bruyamment son non-consentement.
    C'est con hein, mais c'est des trucs comme ça qui font qu'on se demande VRAIMENT si ce qu'on a vécu est un viol ou non. La zone grise. Ce petit non du bout des lèvres, qui se perd après dans la paralysie provoquée.
    Et même quand on sait, qu'au plus profond de soi on sait, ben ce genre de vidéo, ce genre d'idée qu'on nous rabache encore et encore ("un viol, c'est des pleurs, des cris, des non à tue tête"), ben ça fait douter même des années plus tard.
    Je suis mille fois d'accord avec toi! J'ai trouvé la vidéo vachement bien faite car on sort du cadre "inconnu tard la nuit dans une rue sombre", mais j'aimerais aussi qu'on parle du viol "par surprise" (personne endormie) qui ne peut même pas exprimer ou non son consentement. On en parle pas assez. Vraiment pas assez.

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)